A travers les travées

  • Les inquiétudes syndicales confirmées par la CJUE

    Imprimer

    La dépêche de la rts a de quoi laisser songeur. Elle nous apprend que la Cour de justice européenne (CJUE) a rejeté les critiques des syndicats suisses. Comme ça ? Sans que personne ne recourt à son jugement ? Koen Lenaerts, président de la CJUE, juge la défense des mesures d’accompagnement qui doivent servir à lutter contre le dumping salarial né de la libre circulation comme étant du «protectionnisme». Et d’aller beaucoup plus loin que la simple critique : certaines de ces mesures d’accompagnement pourraient être déclarées comme illégales par la CJUE.

    Lire la suite

    Lien permanent 3 commentaires
  • Veille de 1er août : Défendons la vertu et l’héroïsme

    Imprimer

    J’imagine, en cette vieille du 1er août, les nombreux maires et autres syndics de notre beau pays sécher sur leur discours. Depuis des décennies, ils étaient rodés à cet exercice : évoquer leur amour du multiculturalisme et leur haine d’un pseudo racisme, vanter la Suisse ouverte et dénoncer le repli et l’exclusion de l’autre. Et voilà qu’il leur faut à présent parler du climat et se faire les chantres de la fin de notre planète, étouffée par les PET, l’oxyde d’azote, les produits phytosanitaires et autres pets de nos vaches.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • Veille de 1er août : Défendons la vertu et l’héroïsme

    Imprimer

    J’imagine, en cette vieille du 1er août, les nombreux maires et autres syndics de notre beau pays sécher sur leur discours. Depuis des décennies, ils étaient rodés à cet exercice : évoquer leur amour du multiculturalisme et leur haine d’un pseudo racisme, vanter la Suisse ouverte et dénoncer le repli et l’exclusion de l’autre. Et voilà qu’il leur faut à présent parler du climat et se faire les chantres de la fin de notre planète, étouffée par les PET, l’oxyde d’azote, les produits phytosanitaires et autres pets de nos vaches.

    C’est d’une autre pollution que je me propose de vous parler en cette fête patriotique qui célèbre l’union de trois cantons soucieux de la défense de leurs libertés.

    Je la trouve fort bien exprimée dans le dernier ouvrage du cardinal Robert Sarah, « Le soir approche et déjà le jour baisse ». D’une plume trempée dans une encre couleur pourpre, le prélat nous dit sa tristesse, mais non son désespoir, de voir que l’Europe a perdu sa noblesse. « Nous sommes entrés dans une civilisation du chaos et des désirs. » Aussi, il est plus important que jamais de rappeler aux consciences la dimension politique et social du christianisme, son caractère imprescriptible de fait public. « La crise européenne est essentiellement une crise spirituelle, elle a sa racine dans le refus de la présence de Dieu dans la vie publique. (…) Une culture profane est une terre inconnue et méprisable. » Et de rappeler que « L’entreprise multiculturelle européenne exploite un idéal de charité universelle mal compris. La charité n’est pas un déni de soi. Elle consiste à offrir à l’autre ce que l’on a de meilleur et ce que l’on est. Or ce que l’Europe a de meilleur a offrir au monde, c’est son identité, sa civilisation profondément irriguée de christianisme. »

    Le cardinal Sarah évoque des valeurs que personne ne peut altérer et qui sont la meilleure garantie de notre liberté. Si ces valeurs ont disparu – ou presque – dans l’Europe de l’Ouest, la Suisse qui est, géographique et historiquement, à la charnière de notre continent a un rôle éminent à jouer pour l’avenir de notre continent. Elle se dot de résister par sa neutralité affichée et sa démocratie directe qui calment les appétits libéraux et relativistes de nos autorités (qui confondent selon le cardinal « liberté et libertinage »). C’est pourquoi il convient de célébrer dignement notre patrie, dans son essence et non dans la superficialité de nouvelles valeurs que nous imposent les médias.

    La Suisse est indépendante et neutre, elle doit le rester pour ne pas se diluer dans une Union européenne qui nous fera perdre jusqu’à nos dernières valeurs. Notre liberté est fondée sur notre croyance en Dieu et en son fils Jésus-Christ. Nous pourrions attendre de nos élus ce courageux rappel, cet ancrage et ce cap. Nous ne l’entendrons pas. Nous entendrons leurs illusions et leurs défenses de nouveaux droits (pour les minorités, l’environnement, etc.), qui aliènent toujours plus nos libertés.

    Ce 1er août, fidèles à nos vaillants aïeux, refusons le chaos de notre époque et sa liberté débridée, son manque de sacrifices et ses compromis. Défendons la vertu et l’héroïsme que vantaient Soljenitsne, nos acquis et notre liberté.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Veille de 1er août : Défendons la vertu et l’héroïsme

    Imprimer

    J’imagine, en cette vieille du 1er août, les nombreux maires et autres syndics de notre beau pays sécher sur leur discours. Depuis des décennies, ils étaient rodés à cet exercice : évoquer leur amour du multiculturalisme et leur haine d’un pseudo racisme, vanter la Suisse ouverte et dénoncer le repli et l’exclusion de l’autre. Et voilà qu’il leur faut à présent parler du climat et se faire les chantres de la fin de notre planète, étouffée par les PET, l’oxyde d’azote, les produits phytosanitaires et autres pets de nos vaches.

    C’est d’une autre pollution que je me propose de vous parler en cette fête patriotique qui célèbre l’union de trois cantons soucieux de la défense de leurs libertés.

    Je la trouve fort bien exprimée dans le dernier ouvrage du cardinal Robert Sarah, « Le soir approche et déjà le jour baisse ». D’une plume trempée dans une encre couleur pourpre, le prélat nous dit sa tristesse, mais non son désespoir, de voir que l’Europe a perdu sa noblesse. « Nous sommes entrés dans une civilisation du chaos et des désirs. » Aussi, il est plus important que jamais de rappeler aux consciences la dimension politique et social du christianisme, son caractère imprescriptible de fait public. « La crise européenne est essentiellement une crise spirituelle, elle a sa racine dans le refus de la présence de Dieu dans la vie publique. (…) Une culture profane est une terre inconnue et méprisable. » Et de rappeler que « L’entreprise multiculturelle européenne exploite un idéal de charité universelle mal compris. La charité n’est pas un déni de soi. Elle consiste à offrir à l’autre ce que l’on a de meilleur et ce que l’on est. Or ce que l’Europe a de meilleur a offrir au monde, c’est son identité, sa civilisation profondément irriguée de christianisme. »

    Le cardinal Sarah évoque des valeurs que personne ne peut altérer et qui sont la meilleure garantie de notre liberté. Si ces valeurs ont disparu – ou presque – dans l’Europe de l’Ouest, la Suisse qui est, géographique et historiquement, à la charnière de notre continent a un rôle éminent à jouer pour l’avenir de notre continent. Elle se dot de résister par sa neutralité affichée et sa démocratie directe qui calment les appétits libéraux et relativistes de nos autorités (qui confondent selon le cardinal « liberté et libertinage »). C’est pourquoi il convient de célébrer dignement notre patrie, dans son essence et non dans la superficialité de nouvelles valeurs que nous imposent les médias.

    La Suisse est indépendante et neutre, elle doit le rester pour ne pas se diluer dans une Union européenne qui nous fera perdre jusqu’à nos dernières valeurs. Notre liberté est fondée sur notre croyance en Dieu et en son fils Jésus-Christ. Nous pourrions attendre de nos élus ce courageux rappel, cet ancrage et ce cap. Nous ne l’entendrons pas. Nous entendrons leurs illusions et leurs défenses de nouveaux droits (pour les minorités, l’environnement, etc.), qui aliènent toujours plus nos libertés.

    Ce 1er août, fidèles à nos vaillants aïeux, refusons le chaos de notre époque et sa liberté débridée, son manque de sacrifices et ses compromis. Défendons la vertu et l’héroïsme que vantaient Soljenitsne, nos acquis et notre liberté.

    Lien permanent 0 commentaire
  • L’UDC et les autres partis

    Imprimer

    Ces derniers jours, l’actualité bien qu’estivale, presque somnolente, n’en est pas moins riche d’enseignements. Deux événements, quoi que différents, s’imbriquent dans une même logique : il y a un fossé qui n’est pas près de se combler entre l’UDC et les autres partis. Un clivage historique, presqu’à la française, entre la gauche et la droite bourgeoise (guère différentes dans ses valeurs modernes) et une droite populaire qui attend du gouvernement qu’il défende prioritairement sa population et se montre prudent dans ses engagements en matière de politique extérieure. Or, depuis l’après-guerre, c’est l’inverse que se passe, renversant un ordre ancien pour y substituer un ordre nouveau, mondialiste, véritable contre-pied d’une société chrétienne, ordonnée, cultivée et identitaire.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire