15 avril 2007

La réalité du vote "homogène"

L’augmentation constante d’une immigration essentiellement musulmane conduit inéluctablement à un vote «homogène». C’est ce que j’affirmais dans un récent billet du 12 avril (voir ci-dessous). Une personne, née en Suisse de parents mélangés selon ses propres termes, me fait part de son courroux : Le vote «homogène» ? D’où tirez-vous cette information ? Des précisions, s’il vous plaît : dites-moi donc pour qui je vote, d’un bloc avec mes coreligionnaires, cela m’intéresserait.

 

Ce vote "homogène" se constate dans tous les pays de l'Europe de l'Ouest. Toutes les récentes élections (Belgique, Hollande, Allemagne) montrent un vote musulman compact, majoritairement à gauche. Ce qui est normal. La gauche soutient activement des prestations sociales élevées. Elles sont très attractives pour les immigrés provenant du nord de l’Afrique, de la Turquie et des pays de l’Europe de l’Est. Mais les avantages sociaux ne sont pas la seule explication du soutien des musulmans aux socialistes. La gauche veut imposer le vote des étrangers, elle est peu disposée à défendre l’identité chrétienne de la Suisse, elle est d’ores et déjà prête à faire de nombreuses concessions pour favoriser l’accueil des immigrés. Mais ce choix lui fait perdre une bonne partie de son électorat, des Suisses qui se sentent lâchés et qui trouvent refuge vers l'UDC. En 2003, lors des élections nationales, le parti de Christoph Blocher avait fait le plein des votes auprès des personnes aux faibles revenus. Par contre, le segment 80'000F-160'000F était acquis au parti socialiste. Les soixante-huitards d'alors avaient gravi l'échelle sociale mais n'avait pas perdu le goût de la révolution. Le parti à la rose compense la perte de ces suffrages par une politique de naturalisations sans précédent et l'attribution du droit de vote aux étrangers. Il ne peut qu’attirer le vote « homogène » d’une communauté dont l’histoire, la religion et les us et coutumes sont totalement étrangères au nôtres.

 

Au sein de notre population, les personnes de confession islamique sont en constante augmentation. 5'000 en 1960 elles sont plus de 20'000 aujourd’hui à Genève. Qu’ils soient naturalisés ou qu’ils soient étrangers résidant dans une commune depuis 8 ans, leur vote identitaire prend de plus en plus de poids. Il est exclusivement égoïste, défend les intérêts de leur population qui n'a, elle-même, que peu de valeurs à partager avec nous et, dans certains cas, leur vote est directement influencé par la cause islamiste (demande d'enlever le crucifix dans les écoles, port du voile, horaires de piscines séparés pour les femmes, imposition de la nourriture halal aux cafétérias, célébrations religieuses, etc). Le jour où les musulmans seront suffisamment nombreux, ils activeront référendums et initiatives. Les affiches, écrites en arabe, fleuriront sur nos panneaux.

 

J’exagère, direz-vous ? Le poids électoral des musulmans permet déjà à divers analystes de penser que les succès actuels des partis de droite seront sans lendemain. Dans quelques années seulement, l’impact du vote "homogène" fera basculer toute l’Europe à gauche de manière spectaculaire et permettra à l'islam de progresser dans nos contrées. Voilà de quoi satisfaire mon détracteur. Voilà de quoi remettre en question l'intégration, telle que pratiquée jusqu'à présent. Voilà de quoi faire trembler nos valeurs laïcistes, notre opposition à une immigration incontrôlée, à des prestations sociales inéquitables et coûteuses, notre amour du travail bien fait, notre respect du bien privé et de l’Etat de droit et enfin notre attachement aux valeurs chrétiennes. Voilà de quoi retrousser nos manches pour que la Suisse trouve solution à ce problème majeur. Et vite ! On ne parle que d’une ou deux dizaines d’années pour rester maître chez soi.

 

Note:

Sur ce sujet, je vous propose de découvrir un article paru récemment dans The Washington Times du 11 avril 2007 et traduit sur l’excellent blog http://www.bafweb.com/

15:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.