30 avril 2007

Du sentiment d’insécurité

Le trafic de la drogue flanque les boules aux Genevois ! Depuis un peu plus d’une année, ils ont déposé cinq pétitions pour se plaindre de ce sinistre spectacle. Trois d’entre elles proviennent d’habitants des Eaux-Vives. Baladez-vous quai Gustave-Ador et vous les comprendrez ! A force de pétitions, les signataires semblent avoir été entendus : comme quoi, il ne faut pas craindre de répéter les choses ! D’un même élan, les membres, tous partis confondus, de la commission des pétitions ont signés la motion 1759. Celle-ci demande un état des lieux concernant l'insécurité liée au trafic de drogue et les intentions du Conseil d’Etat pour lutter contre cette situation inadmissible. Soit dit en passant, certains magistrats (du canton comme de la ville) qui résident eux-mêmes aux Eaux-Vives ne devraient pas tomber de la lune en découvrant les demandes de cette motion...

Dans l’exposé des motifs de la M 1759, il est fait mention de sentiment d’insécurité. Ces deux petits mots sont à dénoncer parce qu’ils falsifient la réalité. Il est dit dans le texte de la motion que les tractations qui s’effectuent sur la voie publique contribuent à renforcer un sentiment d’insécurité. L’utilisation récurrente de cette formule est politiquement réductrice et fausse la réalité. Il y a bien longtemps que plus personne à Genève n’a l’impression que l'insécurité est en augmentation: les Genevois en ont la certitude! Et cela depuis une dizaine d’années. Les chiffres en matière de criminalité sont parlants. Les infractions pénales, petites ou grandes, ont triplé depuis 1998. Dans le même temps, la population a augmentée de 30% et les forces de l’ordre ont vu leur effectif diminué dans la même proportion. Les pétitionnaires font part de leur irritation bien compréhensible devant l’invraisemblable tolérance dont font preuve les responsables politiques en général et Laurent Moutinot en particulier. Ils ne manifestent pas un sentiment d’insécurité mais condamnent bel et bien une absence de tranquillité, de sécurité et d’ordre publics. Autant de missions que la police doit remplir et ne parvient plus à accomplir (article 3 de la loi sur la police) !

La Tribune du 27 avril révélait que les saisies de stupéfiants ont augmenté de 50% durant le premier trimestre 2007. Excusez du peu ! Juste de quoi renforcer le sentiment d’insécurité ?

18:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.