Nauralisation genevoise

Imprimer

Il était au bord d’un trottoir, à Genève. Une lettre à la main, il hélait les passants. L’un d’entre eux s’est arrêté. Il a pris le temps nécessaire pour comprendre les raisons de cet appel. L’homme voulait comprendre quelle mauvaise nouvelle pouvait bien annoncer la lettre qu’il venait de recevoir. Dans un très mauvais français, il explique qu’il avait peur de devoir quitter la Suisse. La lettre lui apprenait qu’il venait d’être naturalisé (par la Ville de Genève)...

 

Cette histoire m’a été racontée par une tierce personne. Mais elle ne m’étonne pas vraiment.

Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.