30 août 2007

Vive Johannes Gees, artiste en avance sur son temps !

 

Eglises et mosquées

Le tj de 19h30 a montré un reportage tourné à Zurich et intitulé «Zurich la provoc». Un artiste suisse, Johannes Gees, a mis en place des hauts parleurs dans des clochers à Bâle, à Zurich et à Berne. Et d’offrir ainsi aux quidams alémaniques l’agréable voix d’un muezzin en pleine forme lançant ses appels à la prière. On se serait cru à Istambul. Cette ville connaît depuis une année une progression fulgurante de minarets équipés de hauts parleurs permettant, dès l’aube, à chaque habitant d'entendre les appels à la prière. Il paraît que c’est très apprécié par les dhimmis venus en touristes dans cette ville. Mais revenons à la provocation de Johannes Gees qui a laissé les passants «médusés» voir «carrément irrités» selon la journaliste présente. Si ces passants ont jugé que l’initiative contre la construction des minarets relevait plus de la science-fiction que de la réalité, l’expérience vécue a dû les confirmer dans l’urgence de la signer. On se demande maintenant ce que Johannes Gees va inventer pour protester contre l’initiative UDC qui veut que les criminels étrangers soient renvoyés de Suisse ? Une chose est sûre, il va falloir imprimer de nouveaux cartons de signatures pour l’initiative UDC !

 

Mais admettons tout de même que cet artiste soit en avance sur son temps : nos jolis clochers n’étant plus utiles pour appeler les rares fidèles pour la messe ou pour la récitation de l’Angélus, les voilà «reconvertis» en minarets pour contenter d’autres fidèles beaucoup plus fidèles à leur religion. Fadaise que tout cela me direz-vous ! Pas en Suisse ! Pas en Europe ! Et surtout pas pour demain ! Je vous invite à lire l’article récent écrit par un journaliste anglais et paru dans le quotidien PRESENT de ce jour. Il répond à tous les Johannes Gees qui trouvent qu’il est ridicule de s’inquiéter de quelques minarets parsemant le paysage suisse. Quelques minarets ? M’ouais, au début...

 

L’islamisation de l’Europe :

la preuve par le « Londonistan » (1)

 

Recevant récemment une cousine américaine venue passer quelques jours à Londres, le journaliste britannique Daniel Johnson a joué les guides : «J’ai, pour l’occasion, dû regarder la ville à travers ses yeux, une ville où je suis né il y a exactement cinquante ans et où j’ai passé la majeure partie de ma vie d’adulte.»

(...) Daniel Johnson, sa cousine et sa fille décidèrent d’aller déjeuner dans un restaurant indien très connu :

— Nous avons été choqués d’être traités comme des citoyens de seconde zone. Après avoir attendu longtemps, on nous a conduits à la plus mauvaise table. Le service était lent et dépassé. Nous comprîmes alors pourquoi nous étions si mal traités : les clients musulmans avaient les meilleures tables tandis que les dhimmis étaient relégués à l’arrière-plan. Les serveurs, tous originaires du Pakistan (et depuis peu à en juger par leur accent), s’ils avaient reçu une sorte d’éducation, c’était probablement dans une école coranique fondamentaliste. Leur attitude démontrait qu’ils n’avaient jamais entendu dire le moindre bien sur l’Occident.

Revisitant «sa» ville, Daniel Johnson a vérifié ce qu’il pressentait : «Dans tout le pays, les mosquées poussent comme des champignons. Quelques-unes servent simplement à accueillir une population musulmane exponentielle. Mais beaucoup d’autres offrent une chaire aux prêcheurs islamistes. Le problème, c’est que les non-musulmans ne sont généralement pas les bienvenus dans ces mosquées et qu’il est difficile de savoir quelles mosquées sont potentiellement dangereuses »

 

Il y a quelques mois, le problème de cette islamisation évidente fut soulevé par une émission de télévision intitulée Undercover Mosquee («mosquée clandestine»). Des journalistes avaient pu filmer les prêches d’imams islamistes. Avec un résultat édifiant : «Programmé en prime time sur la Chaîne IV, le film dressait un portrait alarmant des sermons djihadistes dispensés dans quelques-unes des mosquées les plus importantes de Grande-Bretagne.»

Après cette émission, la police des West Midlands demanda aux réalisateurs de leur montrer l’intégralité du reportage pour en savoir plus sur des matériels incendiaires entreposés dans les mosquées et évoqués dans le film.

La Chaîne IV, pourtant réputée «libérale», c’est-à-dire «de gauche», fut menacée de poursuites pour avoir diffusé des discours haineux. «Les poursuites ont été abandonnées, écrit Daniel Johnson, mais non sans que la chaîne et ses reporters aient été sérieusement intimidés. Il faudra courir pour trouver un media suffisamment courageux pour oser envoyer des reporters clandestinement dans les mosquées désormais.»

On se «consolera» en se disant que la Grande-Bretagne n’en est pas encore arrivée à la situation de la Hollande où l’évêque catholique de Breda, Martinus Muskens, vient d’inviter les chrétiens à dire «Allah» quand ils parlent de Dieu afin de marcher vers «une vie harmonieuse» :

— Allah est un très beau mot pour Dieu. Ne devrions-nous pas l’employer ?

A partir de maintenant, nous diront Allah quand nous ferons référence à Dieu.

«Nous ferions aussi bien de transformer l’abbaye de Westminster en mosquée, écrit Daniel Johnson. L’abbaye (…) est une juxtaposition nette des deux composantes de la civilisation occidentale, le judéo-christianisme et la démocratie (…). Des moyens de protection contre les menaces islamistes sont renforcés à Westminster et à Whitehall. Mais la menace culturelle, ce que le secrétaire de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein a récemment appelé “l’islamisation de l’Europe”, est ignorée. Le jour où les églises et les synagogues d’Europe seront islamisées, les parlements et les tribunaux suivront.» - Alain Sanders, PRESENT, 31 août 2007

 

(1) Londonistan est le nom donné à la fin des années 1990 par les services secrets français, et depuis tombé dans le langage médiatique, aux réseaux islamistes djihadistes, souvent proche d'Al Qaida, qui, ils affirmaient avaient alors pignon sur rue à Londres. Le lieu le plus symbolique en était la Mosquée de Finsbury Park.

 


21:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

29 août 2007

Nauralisation genevoise

Il était au bord d’un trottoir, à Genève. Une lettre à la main, il hélait les passants. L’un d’entre eux s’est arrêté. Il a pris le temps nécessaire pour comprendre les raisons de cet appel. L’homme voulait comprendre quelle mauvaise nouvelle pouvait bien annoncer la lettre qu’il venait de recevoir. Dans un très mauvais français, il explique qu’il avait peur de devoir quitter la Suisse. La lettre lui apprenait qu’il venait d’être naturalisé (par la Ville de Genève)...

 

Cette histoire m’a été racontée par une tierce personne. Mais elle ne m’étonne pas vraiment.

17:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24 août 2007

Affiche UDC : fête de famille à l'extrême gauche

 

L’extrême-gauche genevoise tousse et voilà que la magistrature de la Ville de Genève s’enrhume. Le kamarade Vaneck, le souffle un peu court, dénonce les affiches de l’UDC et voici que le Conseil administratif de la Ville de Genève, la goutte au nez, dénonce rageusement nos affiches.

Mais l'indignation paie: les journalistes leurs ouvrent leurs colonnes, ils sont pris en photos, les micros se tendent : la notoriété, c’est magnifique ! Surtout après les divisions et les basses querelles que viennent de vivre les kamarades. Lénine, le grand jour n'est pas encore arrivé! C’est bien joué de la part de ces partis marxiste résiduels, quoique la stratégie sente tout de même la naphtaline. En pointant un doigt rageur sur le pauvre « mouton noir » qui vient de violer ou de tuer (ou les deux) sa victime, à moins qu’il n’ait pourri les jeunes de notre pays en leur vendant avec mépris sa dope ou encore en vivant de la prostitution mais en bénéficiant de l’aide sociale et du penchant naturel que portent les partis gauchistes au « mouton noir », il bien évident que les insultes gratuites de racisme et de xénophobie font plutôt marrer les vieux de la vieille de l’UDC. Et même les jeunes qui nous rejoignent.

Pourtant, ces marxistes pathétiques, ces vieux beaux de 68, cette gauche caviar avides de sièges au Parlement ne sont pas complètement stupides. Ils ont bien compris le danger que représente l’initiative de l’UDC. Elle vise une minorité d’étrangers dont plus personnes ne veut en Suisse : les criminelles ! Ces salauds, qui dans un pays qui n’est pas le leur, un pays qui les accueillent et les soignent, qui enseignent leurs enfants, se permettent de tuer, de violer, de dealer, de se livrer au trafic de la prostitution. Les exemples foisonnent dans vos journaux, à longueur d’années. Où y a-t’il du racisme lorsque l’on veut durcir une loi pour protéger Suisses et Etrangers.

 

 

Même les étrangers nous contactent pour signer notre initiative.

 

Nous avons bien compris que devant le grand vide politique qu'ils essayent de fourguer aux électeurs, l’UDC est une bonne poire qui leur permet de se refaire une santé. Tout à coup, ils existent et même ils se réunissent : A Gauche toute, parti du travail, Indépendants et SolidaritéS, voilà les camarades-chamailles qui se retrouvent bras dessus, bras dessous pour pourfendre l'UDC. Pour un peu, on serait content pour eux. Leurs foucades faisaient peine à voir: contre les transferts d’actifs, contre la nouvelle loi sur le chômage, contre la nouvelle loi sur l’aide sociale, contre l’extension du centre commercial de Balexert, contre la loi punissant l’affichage libre... Tiens, tiens ! Il faudra maintenant lancer un référendum contre l’affichage officiel. Tout cela fleur bon les bonnes années du NKVD.

 

 

Mais nous pensons à vos petits cœurs tout palpitants de haine contre les bourgeois et peut être même contre ces étrangers qui soutiennent l’UDC. Nous vous proposons donc une nouvelle affiche qui fera sur vous, nous l’espérons, autant d’effets qu’une bonne tisane de Valériane, de Passiflore et de Kawa (cette plante adoucit le caractère affirment les indigènes des îles d’Océanie).

 

Comme Roger Couderc l’aurait dit : bonne nuit les petits !

 

 

mouton blanc

01:47 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

16 août 2007

L’UDC, le parti de tous les Suisses

Les 3 listes « UDC-International » déposées à Zurich, Schaffhouse et Genève ont surpris plus d’un chroniqueur. D’autant plus que la presse s’échine à nous faire croire que les Suisses de l’étranger votent majoritairement à gauche, s’appuyant sur un sondage qui date de 2003. Les expatriés sondés étaient alors favorables à l’adhésion à l’UE, à l’ONU et à l’EEE.


L’UDC pense le contraire ! C’est pourquoi depuis 1992 elle accorde une attention particulière à nos compatriotes émigrés pour qu’ils participent toujours plus activement à la politique nationale. Au sein du parti, une section leur est réservée, au même titre de les sections cantonales. Les responsables du parti s’engagent également pour les rencontrer aux quatre coins du monde. C’est un effort conséquent et à leurs frais. A Genève, André Reymond s’est particulièrement investi durant la législature qui s’achève : Chine, Corée, USA, Canada, Tchéquie, Allemagne, Maroc, France, etc. autant de destinations, autant de rencontres qui ont permis à notre président, comme à d’autres élus nationaux UDC, de rencontrer et d’entendre cette fameuse Cinquième Suisse.


La plupart des Suisses de l’étranger rencontrés partagent bien souvent le même point du vue que l’UDC. La Suisse les désespère par le laxisme ambiant plutôt qu’elle ne les séduit par sa tolérance et son humanisme béat. Il est vrai que peu de pays dans lesquels ils vivent acceptent de la part des étrangers ce que la Suisse autorise à ses résidants. Ne sont-ils pas aux premières loges pour faire ce constat ?

 

En cette fin de semaine, le Congrès des Suisses de l’étranger se réunira cette année à Genève. L’UDC tiendra un stand avec enthousiasme et avec aussi une certaine fierté pour le travail accompli. Elle compte bien provoquer un intérêt croissant auprès des 700'000 Suisses qui, comme nous, aiment la Suisse.

21:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11 août 2007

Jeunes socialistes contre l’UDC : quel flop !

C’est l’histoire de Perrette et le pot-au-lait, version jeunes socialistes suisses. Pour lutter contre l’initiative « Pour le renvoi des criminels étrangers » expédiée à tous les ménages suisses, la veille du 1er août, les jeunes socialistes ont appelé à retourner les cartons de signatures vierges, fantasmant que pareille démarche coûterait des millions de francs de frais postaux à l’UDC. L’opération « coup de poing » des jeunes socialistes fut surtout un coup de pub pas chère pour l’UDC. Pire, serait-on tenté de dire, plein de compassion pour cette jeunesse engluée dans son idéologie démodée : il n’y a eu aucune mobilisation dans les rangs de la gauche, malgré les appels pathétiques des candidates genevoises au Conseil national. Pour celles et ceux qui garderaient encore quelque espoir dans le PS, nous ne pouvons que recommander la lecture du denier numéro de l’Hebdo. L’article de Pierre-André Stauffer (« Socialistes genevois – le désert rouge ») vaut son pesant de cacahuètes...

 

Pour l’anecdote, le secrétariat de l’UDC-Genève a reçu trois cartons de signatures vierges, mis sous enveloppes et... timbrés. Au secrétariat général de l’UDC, à Berne, seuls quelques 300 formulaires sont arrivés selon le mode d’emploi savamment élaboré par les jeunes socialistes.

 

Par contre, l’initiative « Pour le renvoi des criminels étrangers » connaît un succès sans précédent. On se l’arrache !

 

22:16 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |