06 novembre 2007

Le Chancelier Hensler pousse un peu loin le bouchon

C’est un secret de polichinelle dans le microcosme politique : le chancelier Robert Hensler tient mordicus au vote en ligne. Son projet est à bout touchant et un texte de loi modifiant la Constitution doit prochainement passé devant le Grand Conseil. Puis, si ce dernier partage l’enthousiasme du Chancelier, il y aura votation populaire. L’on devine son impatience mais aussi quelques craintes au travers de son texte paru dans les colonnes de la FAO (2 novembre): « Il serait dommage que les élus du peuple bloquent ce débat ».

 

Si l’on peut comprendre l’angoisse qui étreint le Chancelier, sa démarche est franchement discutable. Son avis n’est pas celui d’un Chef de département – pas de 8e Conseiller d’Etat ! - et la liberté dont il jouit dans les colonnes de la FAO devrait lui inspirer un minimum de prudence lorsqu’il s’exprime.

 

Le Parlement pourrait très bien renoncer à cet outil moderne pour des raisons sécuritaires ou financières. Il est inutile de s’appesantir sur les finances cantonales mais il reste encore quelques précisions quant à l’utilisation du vote en ligne. Ainsi, si de nombreuses sécurités sont données par le système genevois, l’on reste sur sa faim en observant les contrôles ponctuels qui seront effectués auprès des votants. Par exemple, quel doit être le nombre de contrôles opérés pour le sérieux de l’opération et suite à ceux-ci quel est le seuil d’irrégularités observées qui annulerait un vote ou une élection ?

 

Le Grand Conseil pourrait choisir de développer les services publics en ligne. Un Français sur deux utilise l’e-administration. Le rapport remis en septembre dernier par Capgemini classe la Suisse parmi les pays européens les plus en retard. Elle côtoie la Slovénie, la Roumanie et le Pologne. Là aussi, en mettant la priorité sur le développement de guichets internet, de substantielles économies seraient faites !

 

Certes, Genève pourrait être le premier canton à utiliser le vote par internet. A moins que Neuchâtel ou Zurich ne nous volent la vedette. Mais chaque chose en son temps. Et surtout chacun à sa place.

23:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour lancer le débat, je vous recommande l'article suivant:
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00181335/fr/
de Chantal Enguehard intitulé:
"Vote internet: failles techniques et recul démocratique"

Merci de prendre le temps de lire ces 23 pages !

Écrit par : Mathias Schmocker | 08 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.