14 novembre 2007

Accords bilatéraux : 2009 pointe son nez

La ca-ta ! C’est ce que nous promettaient les accros de l’adhésion lors de la campagne sur les accords bilatéraux en 2002. Cinq ans plus tard, l’accès au marché communautaire se révèle « plutôt » positif à observer les bons résultats de notre économie. « Plutôt » parce qu’à ce jour, aucune véritable étude critique n’a été présentée sur la démarche bilatérale.


Préférant la prévention à ce qui pourrait être un accident de parcours (un référendum populaire en 2009) Economiesuisse signale les risques qu’il y aurait à barrer la voie bilatérale qui « convient bien à notre pays » dans l’un des ses dossiers intitulé Les relations entre la Suisse et l’UE et les défis à venir*.

 
On comprend aisément la position de la fédération des entreprises suisses. On comprend moins les réponses données par les banques et les gestionnaires de fortune indépendants genevois à la question d’une éventuelle remise en cause de la libre circulation des personnes avec l’UE**. Ainsi, pour les banques employant de 50 à 199 personnes, 50% d’entre elles jugent cette les effets d'une remise en question « insignifiante » voire « positive » (pour 8%). Pire, ce pourcentage monte à plus de 90% pour les petites banques (jusqu’à 49 employés) et les gestionnaires de fortune! Précisons que ces types d’établissements représentent la majorité des établissements interrogés et que par extrapolation l’échantillon complet représente 13'800 emplois bancaires sur 18'800, ainsi que 850 dans le secteur des gérants indépendants.


Cette molle indifférence face à l’un des thèmes majeurs des accords bilatéraux et à leur prorogation surprend. On aurait apprécié un commentaire plus sérieux, moins dogmatique, qu’une « remise en cause des accords bilatéraux serait considérée comme négative ». Ce qui ne correspond évidemment pas aux réponses données.


Mais le débat ne fait que commencer!

____________________

Notes :
* N° 21 du 29 octobre 2007 (voir dossier complet)

** Ces réponses figurent dans les résultats de l’enquête conjoncturelle 2007-2008 de la Place financière genevoise.

21:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Quelle est la position de l'UDC quant au maintien ou non des accords billatereaux ? Car nous savons que l'UDC était contre mais au vu de l'immense apport financier et la croissance de la Suisse grâce à ces accords.... quelle est le mot d'ordre du parti ? maintien ou referendum pour les casser ? MERCI.

Écrit par : Genevois | 15 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.