19 novembre 2007

L’Entente à la croisée des chemins

Les voix venues de la droite qui ont permis l’élection d’Eric Leyvraz n’ont pas fini de secouer l’Entente et les derniers textes rageurs parus sur le blog de La Tribune de Genève vont continuer à saper le vieil édifice.


L’Entente a fait son temps. Certains le comprennent, d’autres pas. Certains ont compris qu’avec l’UDC, ils formeront une nouvelle force à Genève et que chacun sortira gagnant aux élections avec une vraie formation de droite possédant un programme clair et précis. D’autres ne le comprennent pas. Leurs rêves carriéristes s’appuyant sur toutes sortes de magouilles aboutiront sur autant d’échecs. Guy Mettan en fait l’amère expérience. D’autres Guy Mettan suivront.


La politique a changé. Pour reprendre le mot prononcé par Nicolas Sarkozy durant sa campagne présidentielle, la politique s’est décomplexée. Enfin ! Aujourd’hui, ceux qui disent ce qu’ils pensent et agissent en conséquence s’imposent. A l’opposé, ceux qui restent recroqueviller sur des positions politiques dépassées vont disparaître: les radicaux et le PDC peinent à conserver 7% de l’électorat, les libéraux perdent 2% pour passer en dessous des 15%.

 

La politique suisse exige des alliances qui permettent de gouverner.

Les démocrates-chrétiens, en ne voulant pas l’admettre, cherchent désespérément à gauche et à droite, de quoi grossir leurs maigres rangs. L’élection perdue pour la première vice-présidence du Grand Conseil a montré l’entêtement de ce vieux parti. Ni la gauche, ni la droite ne l’ont soutenu.


La prochaine échéance est déjà devant nous. Espérons que la réélection du Procureur général ne sera pas une nouvelle occasion pour l’Entente de mesurer sa faiblesse sans l’UDC. Nous l’espérons sincèrement pour l’avenir de Daniel Zappelli.

 

 

00:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.