28 novembre 2007

La mâle détermination de l’Entente

A force de trainer les pieds, le Conseil d’Etat s’est pris une bonne bourrade. Lors de la séance de la commission des finances consacrée au budget, l’Entente et l’UDC ont décidé de forcer la marche tranquille de l’Exécutif vers un éventuel redressement de ses dépenses promis pour 2009. En l’obligeant à économiser 1% supplémentaire, soit 19 millions de francs, la droite donne un signe fort : il y a encore des possibilités de réduire les dépenses publiques. A l’exécutif d’appliquer cette décision !

 
Pour l’heure, l’Entente maintient cette exigence pour voter le budget 2008 et appelle l’UDC à faire de même. Pourquoi pas. Nous verrons si cet amendement est soutenu avec obstination par tous les partis bourgeois en séance plénière. Mais relevons tout de même que l’UDC, contrairement à l'Entente, ne se sent en rien tenue par le Discours de Saint-Pierre. Elle a toujours dénoncé les mesures décidées par le Conseil d’Etat, les jugeant insuffisantes pour redresser sérieusement les finances publiques et réduire notablement la dette. Ce qui n’est pas le cas des radicaux et des démocrates-chrétiens qui ont accepté jusqu’à présent la méthode douce du Conseil d’Etat. Comment comprendre ce brusque accès de testostérone ? Impatience, gesticulation de circonstance ou calcul postélectorale ? Les quinze jours qui nous séparent du vote du budget seront riches de bruissements de couloirs. A l’Entente de tenir bon.

23:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.