02 juin 2008

Le Bernois s’éclipse

Depuis 20 ans, l’UDC, sous l’impulsion de Christoph Blocher, a dessiné avec précision son action politique. Tous les quatre ans, chaque plateforme électorale a été l’occasion de définir son action et de l’expliquer aux électeurs. Cela a été aussi l’occasion pour les responsables cantonaux de se rencontrer, de discuter, de développer un esprit de parti. Petit à petit, il y a eu convergence politique, discours commun, tout canton confondu. C’est ce même discours qui a plu aux électeurs. C’est la force même de l’UDC : clarté du discours parce qu’unité de vue. Les décisions prises à de larges majorités par l’assemblée des délégués, qui réunit régulièrement 500 à 600 représentants de toute la Suisse le prouvent. Le pacte passé avec le peuple, lors de la campagne électorale de cet automne, en a été l’achèvement.

 

Le problème posé par la petite vacherie du Parlement, le 12 décembre dernier, est justement que la promesse faite aux électeurs UDC ne pourra pas être tenue par Eveline Widmer-Schlumpf. Pas plus, il faut bien l’avouer, par son alter ego moustachu qui, en 2003, voulait déjà rejoindre les rangs radicaux. Ni l’un, ni l’autre n’a pris le temps de fréquenter son parti, de le vivre de l’intérieur, de le voir vieillir. Et pour cause.

 

Le départ de Samuel Schmid n’est pas une surprise, juste la conséquence d’une liaison adultérine. Il régularise sa situation. Il était temps.

21:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il ne faut tout de même pas oublier que lors de la dernière élection, Samuel Schmid a eu le soutien de l'UDC.......

Écrit par : salegueule | 02 juin 2008

2 mots pour S.S., "Bon débarras" !
Je dirais même "Enfin"...
Avec ce que certains appellent "purges staliniennes", les nouveaux et anciens membres savent exactement ce qu'il en est.
D'ailleurs, ceux-là même qui critiquent l'UDC, ne font pas mieux...
Au PS, la famille Villa, Jean-Claude Doriot...on se demande quand viendras le tour de Beer, Moutinot ( certainement en 2009 ), M. Leuenberger, Micheline Calmy-Rey...
On peut toujours critiquer, mais quand on fait pareil, il est + honnête de se retenir de toute critique, non ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03 juin 2008

Voyez la lâcheté des partis qui maintiennent leurs élus (certains cités par Victor)coûte que coûte; c'est là que le bât blesse et que la volonté populaire est bafouée!

Il faut une action ANTE et non POST; n'oublions qu'ils ont un pouvoir absolu, assuré par le statut d'élu exécutif que d'aucuns n'auraient ailleurs, dans quelqu'autres républiques bananières).

J'ai une petite pensée pour l'UDC qui se voit trahi doublement par des gens qui doivent leur carrière personnelle à ce parti; par principe, ce type de magouille - sanctionné dans la vie - est inacceptable parmi les représentants suprêmes de la loi.

Écrit par : Osiris | 03 juin 2008

Franchement, à l'heure où un mariage est annulé pour mensonge sur la virginité, regardant hier soir sur TSR2, l'émission "Classe Politique", écoutant les inepties de Dominique de Buman, je me demande vraiment qu'adviendras-t-il des fauteuils de l'UDC, gagnées haut la main ! ( 29% ) !

S.S. + E.W.S., comprendront-ils 1 jour, ce qu'ils ont fait ?
Où est la fidélité dans un "couple" politique ?

Magouilles ? Partout sanctionnées ! Vie privée, vie professionnelle, vie sociale, mais pourquoi faut-il attendre 4 ans, dans la vie politique, pour sanctionner ces "magouilleurs" professionnels ? ( par professionnels entendez à de multiples reprises ! )
HONTE !...est-ce 1 mot trop fort ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03 juin 2008

Non, mais vraiment, ce 1er Mai 2008, a entendre le discours du président du PS, Christian Levrat, ancien syndicaliste, combattant des PTT, CFF...l'entendre dire la droite, la droite, la droite, alors que les PTT & les CFF, sont en mains des socialistes, (et pas depuis hier!) à commencer par le ministre M. Leuenberger, Ulrich Gygi, Jean-Noël Rey & co.; à la longue, ses œillères doivent vraiment rendre aveugle...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03 juin 2008

Monsieur Bertinat, j'aimerais vous demander par la présente une petite leçon de politique. Ayant suivi le débat hier soir, de "Classe Politique", je ne vois vraiment pas la logique.

1. demander à être membre d'un parti, acceptation dans le parti;
2. avec le temps, on propose sa candidature, pour être élu;
3. avec de la chance, on est élu, du parti, par les voix tant des membres que des sympathisants d'un parti;
4. avec des promotions et évolutions, on arrive à devenir conseiller fédéral;
5. on déclare que "pour le bien du pays"...halt, stop...là, mon niveau intellectuel se braque...

Dans le parti, grâce au parti, pour le parti...et...soudain...on invoque le bien du pays...mais...le peuple qui vous a élu(e)...où est-il ?
Les 2 UDC...S.S. & E.W.S.; ne doivent-ils pas, au poste le + haut, représenter leur parti d'origine, duquel ils sont issus et donc forcément ... le peuple ?

Ces véritables "masturbations" intellectuelles, me dépassent vraiment...excusez du terme, mais je ne trouve pas un autre + approprié...

Pierre-Yves Maillard, invité sur un plateau, expliqué dans les années 1992-1993, que le PS se devait de sortir du gouvernement, vu le peu de résultats...il espérait donc une vue et des résultats pour "le peuple" votant pour le PS...et non pas pour tout le peuple...suisse...
Cet exemple, de PYM, complique encore + ma compréhension...voyez-vous ?
Et franchement, le programme de UDC-Suisse ne tient qu'en 3 petits et malheureux points...c'est pas compliqué, c'est pas la mer à boire, que de respecter 3 points...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03 juin 2008

Les commentaires sont fermés.