21 juillet 2008

Par ici la sortie!

Tout s’écroule autour du Bernois. Ce qui n’a rien d’étonnant. A la longue, à ne rien oser, à chercher à plaire, à se distancer de son parti (pour ne pas déplaire), à n’être pas trop à droite sans être vraiment adroit, à éviter les débats jusqu'à donner une conférence de presse en interdisant aux journalistes de poser des questions, ce virtuose de la langue de bois s’enlise dans une affaire qui met en lumière toute l’escobarderie du personnage dont l’UDC a fait les frais depuis son élection au Conseil fédéral en 2000.

 
Comment s’étonner qu’il cherche maintenant à se décharger sur son chef de l’armée ?

 
C’est bel et bien Samuel Schmid qui a choisi le commandant de corps Roland Nef pour occuper le poste de chef de l’armée. Il était au courant des problèmes de celui-ci avec sa compagne d’alors. C’est toujours Samuel Schmid qui n’a rien dit à ses collègues du Conseil fédéral. C’est toujours lui qui a été informé par SonntagsZeitung, le 27 juin dernier, de manière détaillée, de la nature des accusations contre Roland Nef dont le quotidien suisse-allemand était en possession. C’est encore et toujours Samuel Schmid qui affirmait vendredi passé ne rien connaître de ces informations et qu’il continuait de faire confiance à son chef de l’armée.

 
C’est Samuel Schmid qui le suspend aujourd’hui et a le culot de déclarer qu’il lui a peut-être fait «trop confiance»…

 
Si l’on ne veut plus d’un pareil chef pour l’armée, l’on ne voudra certainement pas plus d’un pareil chef du département militaire.

21:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Avis partagé ! Quoique.... Serait-il possible que tous nos "bons" partis au gouvernement soutiennent Monsieur Schmid pour éviter un "blochérien" ? Nooon !!! "ils" ne pourraient faire cela....
Biclan-3p se pose la question (voir son blog) de tous ceux qui veulent la tête de Monsieur Schmid, mais diable, que veulent-ils en faire ?

Écrit par : Biclan3P | 21 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.