06 août 2008

Soljenitsyne n’a jamais été un dissident

La plupart des quotidiens francophones, dans les hommages qu’elle a diversement rendus à Alexandre Soljenitsyne, a titré sur « la mort d’un emblème de la dissidence » ou sur la disparition « d’un monument de la dissidence ». La Tribune de Genève, quant à elle, évoquait « l’écrivain dissident » et affirmait inopportunément que « L’ex-dissident est resté muet sur les dérives de Poutine ».

 

Dissident ? Ce terme manque singulièrement de précision pour un hommage à celui qui avait réussi à déconsidérer l’idéologie communiste et être de ceux qui déracinèrent l’arbre soviétique. Un dissident, rappelons-le, était un intellectuel communiste qui entendait dénoncer les « déviations » staliniennes du pouvoir communiste, tout en demeurant fidèle au marxisme ou du moins à une certaine forme de socialisme.

 

Dès son premier ouvrage, c’est bien au contraire en opposant au régime communiste et à son idéologie totalitaire que se dresse Alexandre Soljenitsyne. Il a été, avant tout, un ardent anti-communiste. Il a été un opposant total et déterminé du marxisme-léninisme. Ce que n’a jamais été la presse occidentale. Loin s’en faut !

19:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'ai toujours détesté cette volonté de s'approprier ses contemporains étrangers.

Johnny Weissmuller, Ionesco, Cioran, Negresco, Henry Coanda...tous sont devenus des français (à part Tarzan, qui est aprêment disputé entre les suisses, les allemnds, les autrichiens et les américains)...

Il s'agit du même processus, mais dans un autre domaine...le même abus de langage prévaut aussi au sujet d'Alexandre Soljenitsyne.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06 août 2008

Ionesco n'est pas devenu français parce que les Français ont voulu se l'approprier. Il l'est devenu parce qu'il avait une mère française, le français comme langue maternelle, qu'il a écrit dans cette langue et qu'il a passé la plus grande partie de sa vie en France. Il a même pris la nationalité française.

Cioran n'avait pas de mère française, mais comme beaucoup d'intellectuels roumains, il était attiré par ce pays qui avait alors une forte influence dans toute l'Europe de l'Est (à l'époque, les gens des bonnes familles de ces pays apprenaient le français comme première langue étrangère) et a fini par s'y installer définitivement après y être venu faire ses études. De plus, comme Ionesco, il écrivait aussi en Français.

Je regrette, mais je ne connais pas les autres. D'après ce que j'ai pu trouver sur eux dans Wikipédia et Universalis, ils sont bien roumains, mais ont tous passé plusieurs années de leur vie à l'étranger, notamment en France (Coanda y a apparemment travaillé pendant des années, et pas juste dans son coin).

Mais comme disait mon ex-copain roumain, parfait francophone et francophile, les Roumains ont apparemment toujours beaucoup voyagé et semé plein de petites graines un peu partout!

Il ne s'agit donc pas du tout du même abus de langage.

Par ailleurs, je crois qu'il est tout à fait clair pour tout le monde que Soljenitsyne était un fervent opposant au communisme, et non pas simplement un marxiste en désaccord avec le pouvoir en place. Par contre, j'ai l'impression qu'il est beaucoup moins clair qu'il n'en était pas pour autant un démocrate convaincu ni même un grand défenseur de la liberté ou des Droits de l'Homme. Au contraire, il semblerait que toutes ses références renvoient au 19ème siècle et il défendais un concept d'âme russe qui fleure bon une utopie nationaliste, nostalgique d'un âge d'or qui n'a, en fait, jamais existé. Bon, j'avoue que je me base sur des interviews qu'il a données ces dix dernières années pour faire cette assertion. Mais, je dois dire que sa vision d'une Russie repliée sur une orthodoxie stricte, défenseuse d'une morale étriquée imposée au peuple, quitte à supprimer ou limiter certains droit de la Chartes des Droits de l'Homme, un peuple, lui-même limité à l'éthnie "russe", ce qui exclurait tous les autres anciens peuples de l'empire qui aujourd'hui se trouvent encore dans les frontières actuelle de la République de Russie, ne m'enthousiasmait pas particulièrement. Pas plus que la jeunesse russe, apparemment plus occupée à développer une meilleure vie qu'à ressasser le passé.

Mais la raison plus "profonde" de mon peu de sympathie pour le bonhomme: il est la cause de la mauvaise note que j'ai eue à ma première dissertation (13 ans)! Et ça, je ne suis pas prête de l'oublier: une citation sans queue ni tête à décortiquer et un nom à dormir debout! Le tout, pour un hors-sujet, qui m'a valu un "2" pointé (sur 6)!! :(

Écrit par : Greypowered | 06 août 2008

Désolé, mais ce qui vaut ses huit années de camps à Soljenitsyne, c'est bien un acte de "dissidence". Il reproche en effet à Staline de ne pas avoir trouvé un compromis avec Hitler. A cette époque, Soljénitsyne est communiste (il a très tôt épousé les idéeux révolutionnaires), et défend une vision proche de celle de Lénine. C'est par la suite seulement qu'il s'opposera à l'idéologie communiste, sans toutefois adhérer à celle du capitalisme (envers lequel il se montrera toujours critique).

Écrit par : Lionel Chiuch | 07 août 2008

"Il reproche en effet à Staline de ne pas avoir trouvé un compromis avec Hitler."

Parce que le pacte Ribbentrop-Molotov, c'est quoi, à votre avis ?

Même si ce "compromis" ne fut pas respecté par Hitler, ce pacte est quand même toujours en vigueur.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07 août 2008

Certes, Victor. Néanmoins, je vous renvoie à Wikipedia (qui n'est pas l'unique source sur ce point): "Selon Soljenitsyne, la guerre avec l'Allemagne nazie aurait pu être évitée si le gouvernement soviétique avait trouvé un compromis avec Hitler. Soljenitsyne accusa le gouvernement soviétique et Joseph Staline d'avoir été plus responsable qu'Hitler des terribles conséquences de la guerre sur le peuple soviétique. Il fut condamné à l'époque comme traître".

Écrit par : Lionel Chiuch | 07 août 2008

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dissidence

Un dissident est une personne amenée à se séparer d'une communauté ou du parti dont il était membre.
Il ne reconnait plus la légitimité de l'autorité (notamment politique) à laquelle il devait se soumettre jusqu'alors.
Le terme de dissident est ainsi utilisé pour qualifier une personne qui conteste de façon plus ou moins radicale le système politique du pays dont elle est résidente.

A l'UDC, ils en ont 2, de dissidents, Samuel et Eveline...


http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Soljenitsine

L'occident découvre alors un homme orthodoxe conservateur et profondément slavophile très critique sur la société occidentale de consommation.
Il se retire avec sa famille dans le Vermont pour écrire l'œuvre dont il rêvait depuis sa jeunesse : La Roue rouge.
Épopée historique qui retrace l'embourbement de la Russie dans la folie révolutionnaire, elle compte plusieurs milliers de pages.

Durant sa carrière littéraire,il a été successivement ou simultanément accusé d'être nationaliste, tsariste, ultra-orthodoxe, antisémite ou favorable à Israël, traître, complice objectif de la Gestapo, de la CIA, des francs-maçons, des services secrets français et même du KGB.
Soljenitsyne a répondu à ces accusations en les juxtaposant pour qu'elles s'annulent entre elles, dans son autobiographie littéraire, Le grain tombé entre les meules, et encore récemment dans un article de la Litératournaïa Gazeta, « Les barbouilleurs ne cherchent pas la lumière ».

En France, l'historien trotskiste Jean-Jacques Marie a consacré un article à chaque tome de Deux siècles ensemble, qu'il qualifie de « Bible antisémite ». Selon Jean-Jacques Marie, « Soljenitsyne expose, dans Deux siècles ensemble, une conception de l'histoire des Juifs en Russie digne de figurer dans un manuel de falsification historique » en rétablissant une histoire des pogroms « telle qu'elle a été vue par la police tsariste ».

L'antisémitisme, fut le seul (?) point commun entre les nazi (national-socialistes) et les communistes.
L'URSS qui livre des armes aux arabes, la Roumanie qui instruit les combattants palestiniens de Yasser Arafat...il y en a tant à dire...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07 août 2008

Intéressant...je dois avouer que je ne connais pas vraiment la biographie de cet écrivain. Mon commentaire plus haut, comme je l'ai indiqué, se base essentiellement sur des interviews qu'il a données ces dix dernières années. Et ce que j'aurais dû préciser, concernant le vocabulaire journalistique, c'est que la plupart des journalistes utilisent souvent le mot "dissidents" et "opposants" de façon interchangeable. En gros, pour eux, dissidents ou opposants, vous êtes en porte-à-faux avec le pouvoir, du coup, ça devient kif-kif. A mon sens, dans les rapports de ces derniers jours à son sujet, Soljenitsyne était bien décrit comme un opposant au communisme et non pas un simple dissident idéologique.

Écrit par : Greypowered | 07 août 2008

Comme quoi, des fois, en s'interdisant le parti pris, on arrive à y voir clair...

Votre "2" pointé (sur 6)!! :(; ne doit pas éluder l'antisémitisme et autres points de vue...

Vous imaginez ce que dut coûter à un trotskiste, d'en parler de l'antisémitisme, d'un communiste comme Soljenitsine...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07 août 2008

Certes, certes... L'UDC sait exactement ce qu'est un dissident... Les leçons de Bertinat sont tout simplement consternantes de vacuité.

Bon week-end néanmoins.

Écrit par : cndavid53 | 08 août 2008

M Bertina,
nous vous laissons seul juge des sorties de votre "Président Valente"
Comme vous le constaterez, il est fort dommageable que votre parti non content de prendre une position franche sur la maltraitance, Vous, M. Bertina, Président UDC-GE, laissez vos représentant faire la roue et se pamer sur les blogs de la tdg, illustrant de façon criante,l'inertie politique de l'UDC....du moins se qui l'en reste...

Sur ces mots,
Bien à vous,
Sarah Emonet-David Sanchez



Voici les propos de M le Président Valente:

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Sir Blondesen,

la différence entre des D.J, des Sarah, des David et des gens de vécu, c'est l'expérience.

Vous avez plus apprendre d'un BLondesen, que vous ne l'imaginez. Car la vie ne s'apprend pas dans les livres, mais de l'expérience qu'elle nous amène.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Ecrit par : Stéphane | 20.08.2008

Voici otre Réponse:
Stéphane,
Il me semble que nous n'avons pas fait appel à vos serviceS de garde du corps.
Que vous revalorisiez l'expérience de Blondesen, cela vous regarde.
Mais nous vous demandons, de ne pas associer nos noms à cette rtriste entreprise...qui connait la crise...
Le fait d'avoir besoin de briller aux yeux d'un homme d'expérience que vous appeler "sir", vous regarde...
les sarah et les David, vous demandent de vous occuper de vos affaires et de bosser un peu avant de venir prêcher la bonne parole.
Nous sommes tristes de constater que les rumeurs se confirmes,vous êtes un homme arriviste et creux...Et cessez une fois pour toute vos grands airs professorales !
Expliquez nous un peu "vos grands dessins poltiques", avant de vous faire appeler "Président" par votre "sir" à vous...
Vous la tenez bien haute...pour un homme qui n'a même pas été élu au suffrage populaire...CONSTATEZ CHERS LECTEZRS, A L'UDC BLOCHERIENNE, VIVE LE PISTON...
NE VOUS ETOBNNEZ PAS QUE VOTRE PARTI EST EN PLEINE DELIQUESSENCE. HEUREUSEMENT, LE MCG ACCUEILLERA VOS DISSIDENTS, LES BRAS OUVERTS. ATTENTION CHER STEF. VOUS ALLEZ FINIR PRESIDENT D'UN ROYAUME DE PACOTILLE
HEUREUSEMENT, POUR NE CITER QUE M. DUMITRESCU, IL VOUS RESTERA TOUJOURS "UN COUPLE, 2 ENFANTS ET 1 PORTE-MONNAIE, VOUS RESTEREZ TOUJOURS L'ENFANT DES QUARTIERS..."
DAVID ET SARAH

Ecrit par : sarah Emonet | 20.08.2008

Écrit par : sarah Emonet | 20 août 2008

Les commentaires sont fermés.