12 mars 2009

Oui à la douane de Cornavin !

Le Conseil d’Etat veut fermer la douane de Cornavin. Ce qui signifie que les actuels contrôles douaniers ne pourront plus se faire. Ils seront remplacés par des contrôles embarqués dans les trains. Qu’elle est la raison avancée par l’exécutif genevois ? C’est l’engorgement du trafic en gare de Cornavin. Supprimer la douane, c’est libérer deux voies au trafic CFF de plus en plus dense.
C’est résoudre partiellement un problème. C’est en créer un autre bien plus grave. C’est une fausse bonne idée du Conseil d’Etat. L’UDC a déposé ce jour une motion s’opposant à cette décision qui péjore clairement la sécurité. Mais la motion UDC propose aussi une solution à l'engorgement du trafic ferroviaire suisse en gare de Cornavin.


Plus de 70 trains circulent quotidiennement entre la France et la Suisse. Dans des contrôles embarqués, comment avoir le temps et les moyens pour vérifier les pièces d’identité des passagers  et bagages? Contrôler 700 voyageurs de la SNCF entre Bellegarde et La Plaine dans une double rame TGV revient à mettre sur pied deux équipes. Ce qui signifie qu’il faut disposer de quatre fois plus de personnel. Les effectifs sont déjà insuffisants à la douane de Cornavin. Il n’existe aucun moyens radio. Les gardes-frontières ne pourront pas assurer la sécurité du personnel engagé ni procéder à des contrôles via la centrale d’engagement.

Notre canton frontière est une destination pour l’immigration en provenance d’Espagne et de France. Aujourd’hui, les personnes qui ne remplissent pas les conditions de séjour en Suisse sont remises directement aux autorités françaises. Demain, les formalités de rapatriement seront infiniment plus complexes et moins nombreuses. Les contrôles embarqués ne peuvent pas assurer une qualité de contrôle égale aux contrôles fixes. Cela revient à diminuer la sécurité à Genève.

L’UDC s’oppose au démantèlement du poste de douane de Cornavin. Mais devant l’augmentation du trafic ferroviaire, elle propose aussi au Conseil d’Etat d’évaluer la possibilité de faire circuler des trains arrivant de Suisse sur les voies 6 et 7 dans les plages d’heures disponibles. Une solution qui permettra de maintenir la sécurité de notre canton toute en soulageant une partie du trafic Cornavin-Cointrin.

14:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il me semble qu'avec l'entrée de la Suisse dans Shengen ces contrôles sont superflus.
Vous avez-voter OUI alors il faut assumer les problèmes liés au mécréants qui prennent cet itinéraire

Écrit par : david | 12 mars 2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Bertinat,

en voilà une belle de genevoiserie... fermer le poste de contrôle de Cornavin pour mettre des patrouilles plus nombreuses et coûteuses dans les trains avant l'arrivée à la frontière...

Décidément, on ne réfléchit pas tous avec le cerveau.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 12 mars 2009

Les locaux de Cornavin ont été refaits à neuf, on passe sans contrôle. Pourquoi avoir dépensé autant pour rien. De plus pas de contrôle de police dans le TGV. Pas de contrôle de police dans la ville et le canton. On nous parle de dérive sécuritaire mais on est loin du compte.

Écrit par : demain | 12 mars 2009

" Le Conseil d’Etat veut fermer la douane de Cornavin. " ???

Je ne vois vraiment pas en quoi le douane de Cornavin relèverait de la compétence du Conseil d'Etat ? C'est une compétence qui relève de la Confédération, jusqu'à plus ample informé ...?
Cependant, si je devais me tromper dans mon affirmation, je prie l'auteur de démentir mes propos en justifiant ses allégations ...

Ne s'agit-il pas plutôt d'un souhait que le Conseil d'Etat adresse aux autorités fédérales : en l'occurence au Département fédéral des finances dont dépend l'Administration fédérale des douanes ?

Si j'ai bien compris l'auteur, cette suppression serait censée résoudre un problème de saturation du trafic ferroviaire sur les voies 7 et 8 de Cornavin ?
Si tel est le cas, alors l'ensemble du problème concerne la Confédération : l'Administration fédérale des douanes d'une part, et les CFF d'autre part. Franchement, en quoi le Conseil d'Etat est-il concerné, lui qui a déjà suffisamment de problèmes en souffrance sur les bras ?

Quant au fond du problème soulevé par l'auteur, Schengen a supprimé le contrôle des personnes aux frontières, mais pas le contrôle des marchandises !

La proposition de motion mise en lien par l'auteur mentionne entre autres :
" ... que les commerçants genevois ont besoin de faire attester leurs
déclarations d’exportation dans le trafic voyageur pour leur clientèle
touristique en partance pour l’étranger;... "

Mais omet de préciser que le problème sera le même pour les personnes résidant en Suisse et qui y importeraient des marchandises achetées à l'étranger - en France par exemple - sous déduction de TVA. Ces personnes après avoir fait attester leurs déclarations d'exportation par les douanes françaises de Cornavin, ne pourront plus s'acquitter de leurs obligations en payant la TVA suisse ...?

En poussant la réflexion un peu plus loin, cette hypothétique supression de la douane suisse de Cornavin est-elle réellement d'actualité, connaissant les pressions qui s'exercent actuellement sur la Suisse à cause du secret bancaire ? En effet, si la Suisse devait être soumise à des sanctions de la part de l'UE, il serait souhaitable qu'elle puisse conserver une certaine marge de manoeuvres en rétablissant provisoirement le contrôle des personnes aux frontières, c'est-à-dire en suspendant unilatéralement les accords de Schengen ...

Je prends cette information, qui émane de l'UDC (?), avec beaucoup de circonspection et souhaite qu'elle soit étayée ...

Merci !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 12 mars 2009

Les commentaires sont fermés.