29 mars 2009

Pour une nouvelle loi sur la police

Depuis longtemps, la rémunération et la gestion des heures supplémentaires de la police posent problème. Souvenez-vous. En 1995, les Genevois avaient exigé, lors d’une votation populaire, qu’un rapport analyse les services de l’Etat. Ce fut le rapport Andersen. Bien avant le rapport Annoni et le rapport de la Cour des comptes. Concernant la police, les conclusions de la célèbre fiduciaire étaient sensiblement identiques à celles des récents rapports qui interpellent aujourd’hui la commission des finances. Ces problèmes sont extrêmement graves. Ils minent l’action de la police. Ils coûtent très chers aux concitoyens. Ils posent des problèmes d’égalité de traitement entre fonctionnaires. Ils posent même des problèmes de performance en matière de sécurité à Genève.

Pour s’en rendre partiellement compte, reprenons un passage tiré du rapport de la Cour des comptes (page 6) : « Genève est le seul canton à connaître un âge de la retraite des fonctionnaires de police aussi bas. Les cantons latins et les cantons urbains de Bâle-Ville et de Zürich indiquent une retraite généralement à 60 ans avec une exception à 58 ans dans le canton de Vaud. Genève est le canton où la durée de travail est la plus courte et où ils bénéficient des jours de congés les plus nombreux. La structure de la rémunération à Genève est l’une des plus compliquées avec une grande partie qui n’est pas soumise à la prévoyance professionnelle ». La lecture de ce rapport mérite d’être complète (pour ce faire, cliquez sur le lien).

Quinze ans (meci à ronron!) séparent le rapport Andersen du rapport Annoni et de celui de la Cour des comptes. Quinze ans durant lesquels rien n’a été entrepris pour améliorer la situation. Pourquoi ?

Je ne vois que deux réponses envisageables. Soit les responsables concernés (chef de département, hiérarchie et syndicat) ne sont pas à la hauteur de la tâche, soit ils ne sont pas capables d’imposer les changements nécessaires.

A l’attitude agressive du syndicat de la police manifestée avant même la parution des deux rapports a suivi les propos critiques du chef du Département envers le rapport de la Cour des comptes. M. Moutinot, songeant aimablement à son successeur, annonce pour l’automne une révision de la loi de la police pour améliorer « les choses dans certains cas » et pour augmenter les salaires des policiers en début de carrière. Ce léger mouvement du menton ne rassure guère quant à la volonté politique de régler sérieusement l’entier des graves disfonctionnements relevés. Les députés UDC seront particulièrement attentifs à ce que ces deux rapports de qualité ne finissent pas comme feu le rapport Andersen. Dans un tiroir, quelque part à la Tour Baudet. Les nombreux problèmes devront trouver des solutions, des vraies solutions, sommes-nous tentés de préciser.

Avant d’être cloué au pilori par M. Schlechten, précisons qu’il n’a jamais été dans l’esprit de l’UDC d’affaiblir la police, bien au contraire. Nous sommes conscients que le sujet est délicat et qu’il est compréhensible que les policiers se sentent particulièrement concernés, comme l’est n’importe quel salarié. Nous sommes également conscients que de bons salaires sont nécessaires pour assurer la relève dans une profession pénible. D’où l’urgence de régler ces problèmes avec toute la liberté d’action nécessaire à cet exercice.

18:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le problème des heures supplémentaires à la police est simple à régler... que les policiers les notent avec les mêmes majorations que tous les fonctionnaires, c'est à dire 150 % le samedi et 200% le dimanche, sans parler des soirées et nuits... et il n'y aura plus d'injustice entre fonctionnaires....

NB pour info 1995 à 2009 : ça fait 15 ans et pas 25.... avec ce genre de calculs vous pourriez presque siéger à la Cour de comptes.....

Écrit par : ronron | 29 mars 2009

Monsieur,
Vous dénoncez à travers votre écrit de "graves dysfonctionnements". Sans vous clouer au pilori, ou avant d'envisager de le faire, je vous sollicite afin que vous nous présentiez une liste exhaustive de ceux-ci, car rien dans les conclusions lues ne s'apparente à ces mots. De nombreux avantages sont présentés, des erreurs de gestion du personnel sont relevées, l'OS Spoerri est décrié, mais pas sa légalité et enfin il est démontré que le système de compensation horaire de la police n'est pas plus favorable que celui en place pour les autres fonctionnaires de l'Etat (3 B 5).

Une mauvaise gestion étatique oui, un mille-feuilles indigeste certainement, mais en aucun cas de graves dysfonctionnements. Actuellement nous ne contestons pas les conclusions du rapport de la cour des comptes, qui ne parlent jamais d'actes illégaux, mais les modes de calcul généralistes utilisés et le rapport de synthèse qui est bâclé.

Depuis janvier, nous travaillons avec M. HILER sur une nouvelle grille salariale, et une modification de notre rémunération. Nous travaillons aussi avec M. MOUTINOT sur l'évaluation de l'âge de notre retraite.

Si nous voulons arriver à un résultat satisfaisant pour toutes les parties en cause, il vous faut laisser ces travaux aboutir avant de crier au loup, car ils vous seront présentez.

Enfin, vous mettez la responsabilité de l'inertie de ces 15 dernières années sur le dos des Conseillers d'Etat, voire des syndicats de police. Vous oubliez quelqu'un dans cette liste, et pas des moindres, le Parlement. Le pouvoir est entre les mains des Députés et du Grand Conseil dans notre République,nous le savons tous, alors venir stigmatiser les autres sans oser se retourner pour regarder les manquements éventuels de ses paires, c'est garder la tête dans le sable, ce qui n'est pas très positif de la part d'un parti qui prétend avoir une vision d'avenir, pour Genève, pour sa police et pour la sécurité de ses citoyens.

Écrit par : Minet | 29 mars 2009

Je suis heureux de voir quelqu'un qui s'inquiète pour nos retraites. Monsieur le Député, la PSI (police sécurité internationale)ne bénéficie pas d'une retraite adaptée à l'image des autres services de sécurité : gardes-frontières, pompiers et policiers. Je me réjouis de voir les vrais solutions que vous allez proposer ...

Merci.

Écrit par : Clyde | 30 mars 2009

Cher Monsieur, la dernière révision de la Loi sur la Police est très récente. Les problèmes qui se posent aujourd'jui étaient déjà bien connus à l'époque. Pourtant....J'ai tout de même l'impression que les députés ne connaissent pas réellement le fonctionnement des services étatiques, leurs besoins, leurs moyens. En ce qui concerne la Police, il manque surtout une vision qui tienne compte de l'environnement socio-économique. On a surtout privé la Police des moyens indispensables pour évoluer et qu'à ce titre, il faut des hommes et des femmes capables et volontaires pour réaliser les réformes nécessaires. Au lieu de cela, le Grand-Conseil à voté l'amendement Grobet qui vise à rémunéner un cadre pour une responsabilité qu'il n'assume pas. C'est grotesque et insultant. Car il est représentatif de ce que l'on pense de la Police: un Etat dans l'Etat, corporatiste et macho et dont les cadres sont les premiers complices, s'ils ne sont pas victimes. Combien de cadres ont-ils des compétences de gestionnaires, sont indépendants des syndicats, ne sont pas issus de la base, sont des femmes, disent ce qu'ils pensent et non ce que l'on veut entendre, passent le discours de haut en bas et pas seulement dans le sens inverse etc. etc. Notre police est sclérosée grave et avant de bidouiller une nouvelle loi sur la police, il conviendrait surtout de la soumettre à un audit. Encore faut-il que le parlement et le gouvernement aient une vision claire et puissent s'imaginer de quel type d'organisation a besoin une police moderne, acceptée de la population et qui possède le doigté nécessaire pour opérer dans une cité à vocation diplomatique et internationale. Autrement dit, une police qui n'est pas coupé du monde extérieur. Bien à vous.

Écrit par : Dixit | 30 mars 2009

Une nouvelle fois, Dixit dresse un portrait d'une police qu'il a du connaître il y a plus de dix ans.

Dire que les cadres sont complices de ce corporatisme, s'ils ne sont pas victimes, c'est ne pas avoir mis les pieds dans la Grande Maison depuis un moment.

Dire que les cadres ne sont pas des gestionnaires, alors qu'ils suivent une formation poussée depuis quelques années, c'est ignorer que la "famille" a changé.

Dire que les cadres sont dépendants des syndicats, c'est faux, demandez donc à l'AGEPOL.

Dire qu'il n'y a pas de femme aux postes de cadres, c'est juste oublier qu'une culture d'entreprise ouverte a permis à ces femmes flics de travailler à mi-temps, pour s'occuper aussi de leurs enfants. Les choix de carrière sont aussi des choix de vie.

Dire que les cadres sont issus de la base, c'est ne pas regarder l'organigramme de l'EMG, les brigades spécialisées y sont bien représentées, alors que les gens de la base, les "cons des postes", pas assez.

La police de "grand-papa", avec tout le respect que je dois aux anciens, n'est plus d'actualité, tout comme vous cher Dixit.

Exit Dixit ..

Écrit par : Minet | 30 mars 2009

L'UDC ne perd par de temps et vient de déposer une proposition de motion au titre évocateur : pour que le Conseil d'Etat adopte un plan de mesures conforme aux recommandations de la Cour des Comptes.

Si à travers cette motion ces députés UDC mettent en doute les travaux entrepris par le Conseil d'Etat pour restructurer la police, ils prouvent également que le rapport de synthèse de la Cour des Comptes était insuffisant, imprécis. En effet, ces élus que je ne nommerai pas, reprennent les raccourcis du rapport de synthèse, les mêmes qui ont été contestés pour leur généralisme et leur manque de précisions. De ce fait, les faits exacts ne figurent pas dans cette proposition de motion, mais simplement des généralités avec lesquelles on ne peut pas sérieusemetn travailler. Les policiers vous remercient pour cette aide inattendue qui nous permet de démontrer que nous avions raison au sujet de la qualité du rapport de synthèse établi par des Magistrats.

Écrit par : Minet | 02 avril 2009

Les commentaires sont fermés.