11 mai 2009

Pâquis: la répétition générale à Athènes ?

Dans un quartier d’Athènes, un groupe de crânes rasés exhibant des symboles nazis ont décidé de déloger 500 immigrés illégaux de leur squat. Qui, à leur tour, se sont défendus à coups de pierres. Rejoints par des groupuscules d’extrême gauche et des ONG favorables à l’immigration massive. La police grecque a essayé d’éviter le pire. Et le pire ne faisait que commencer. Alors occupée à séparer les potes de tout bord, elle s’est faite attaquée à son tour par des anarchistes.

Mais ce n’est pas tout. Les habitants du quartier, excédés par la présence importante des immigrés, sont descendus dans la rue et ont donné un coup de main aux néonazis.

Que des néonazis s’en prennent à des immigrés, eux-mêmes défendus par des gauchistes, il n’y a rien d’étonnant. Que des habitants d’un quartier participent aux échauffourées pour s’en prendre aux immigrés, c’est déjà plus surprenant. Cela en dit assez long sur le ras-le-bol de la population grecque. C’est une première en Europe.

Un ras-le-bol que les habitants des Pâquis ne doivent pas être loin de partager avec leurs lointains voisins européens. On ne peut pas éviter de songer aux derniers événements survenus aux Pâquis. Dans ce quartier, la présence de dealers, pour la plupart tricheurs d’asile et se livrant en toute impunité une guerre des gangs sous les fenêtres des habitants, a révélé que les limites de l’acceptable était largement dépassées. Ce ne sont pas les mâles gesticulations de la police genevoise suivies de la rapide remise en liberté de la centaine de dealers arrêtés qui ont rassuré les Pâquisards. MM. Moutinot et Zappelli devront, en matière de descente de police, rapidement faire mieux. Avant que la prochaine descente ne se fasse aux flambeaux …

00:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Hé oui!
Mais à la différence d'Athénes, ce ne sont pas des crânes rasés qui risquent d'intervenir, car aucun mouvement néo-nazi ne s'implique.(et je n'ai pas connaissance de véritables néo-nazis à Genève, si ce n'est que certains qualifient volontier de Fascisme le moindre sentiment de patriotisme )
Des jeunes patriotes, des jeunes d'origines étrangères subissant des actes inadmissibles de la part de délinquants, de braves gens poussés à bout, des commerçants, suisses et étrangers.
C'est tous ceux-ci qui risquent de prendre la décision de "nettoyer" le quartier, la ville.

Écrit par : Mireille Luiset | 11 mai 2009

Pourquoi ne pas lancer une action civique en occupant tous ensemble les rues des Pâquis, une marche silencieuse par exemple.Il est vrai que nous sommes loin des échauffourées d'Athènes mais là-bas des jeunes sont au chômage et la génération 600 Euros s'est investie massivement dans les mouvements politiques d'extrême gauche et extrême droite. L'immigration du sud non contrôlée dont beaucoup vivent illégalement en Europe, souvent de vols ou pris le trafic de drogues. Comment tous ces gens sans un sous font pour traverser et payer les passeurs à coût de 2000/5000 dollars ? La plupart doivent certainement rembourser leurs dettes.

Écrit par : demain | 11 mai 2009

Si une poignée de Winkelried aux bras noueux se décidaient à "faire le ménage" une fois pour toute aux Pâquis, pas sûr que cela plairait au chef du Dépt
(Moutinot) à la cheffe de la police et au PG, et pas sûr non plus que les
Winkelried de service seraient relâchés aussi rapidement que les dealers car
dans ce cas on invoquerait toutes sortes de lois pour punir sévèrement les citoyens qui auraient ainsi exprimé leur ras-le-bol. Triste constat mais
certainement pas loin de la vérité...

Écrit par : bidouille | 11 mai 2009

Les mâles gesticulations de la police sont préférable à vos idées Monsieur, car un crâne rasé de nasillons n'a jamais apporté une bride de solution, tout comme l'UDC genevoise depuis 3 ans, parti qui s'est fait voler ses électeurs par le MCG entre autre.

Faire passer un budget pour enfin des effectifs importants à la police serait une idée que Riton n'a visiblement pas envie de mettre sur la table, préférant avec ses amis proposer d'engager des chômeurs ayant moins de 50 ans dans se corps, juste surréaliste comme vision ...

Minet le Pyromane.

Écrit par : Minet | 12 mai 2009

Chaque parti à son idée pour "nettoyer" les Pâquis mais il ne fait aucun doute que les partis de gauche prennent le train en marche dans un but purement électoral car jamais ils ne prendront une bonne décision concernant les dealers et la drogue. Eh oui, citoyens, c'est l'année des hannetons ! Les belles promesses rendent les fous joyeux ! Je parie qu'après les élections, la police ne mettra plus les pieds aux Pâquis ! Si le PS, les Verts et l'AgT font semblant d'êtres concernés, c'est uniquement pour ne pas perdre des voix dans ce quartier. Ces partis font semblant de soutenir la police mais tout le monde sait qu'entre eux et les flics, c'est toujouts la bagarre, il n'y a qu'à regarder les manifs et vous comprendrez aisement que la gauche est contre toutes interventions policières. Leurs propositions ce n'est que de la poudre (blanche) aux yeux !

Écrit par : Octave Vairgebel | 12 mai 2009

Bonjour Monsieur Octave VAIRGEBEL,

Je soutiens la police et ses actions. Mais, je pense la même chose que vous. Il a fallu une sorte de pression populaire de la part des Pâquisards, une lettre à Monsieur MOUTINOT et à la police pour que le chef du DI entreprenne quelque chose. C'est surtout le fait que celà dégénère qui lui a fait prendre conscience qu'il devait faire des opérations policières dans ce quartier. Effectivement, la gauche est contre toutes interventions policières. Il y a tout de même aussi un constat à faire : la pétition soutenue par le Parti Radical Genevois pour mettre les criminels multirécidivistes violents en détention administrative pendant 24 mois et l'exaspération des habitants des Pâquis dont je fais partie -il ne faut toutefois pas oublier celle des Eaux-Vives aussi - a fait office de "détonateur" pour une amorce de sécurité. Les partis de gauche font effectivement semblant de soutenir la police, ils ont peur de la mobilisation des habitants des Pâquis - quartier populaire où ils risqueraient de perdre un certain nombre de voix cet automne. Quant au Parti Socialiste, je ne l'ai jamais entendu soutenir les commerçants des rues de Fribourg, de Neuchâtel, à vrai dire, c'est vrai il ne faut surtout pas soutenir l'économie en ces temps difficile.
Bravo, Cher Monsieur Octave VAIRGEBEL, votre analyse est très réaliste et pertinente.
Bien à vous cordialement,
Béatrice FUCHS

Écrit par : beatrice fuchs | 12 mai 2009

Bref:
Nous attendons toujours des actes.
Tous ces "zizous" dealers etc qui pourrissent la ville ont une patrie.
Nos autorités pourraient prendre des décisions, elles en ont les moyens.
Prétendre qu'il est impossible de retourner ces cadeaux empoisonnés à l'expéditeur est faux.
Comment expliquer cette léthargie?
Allez Hurry up!

Écrit par : Mireille Luiset | 13 mai 2009

Dernières nouvelles du Front ;)
Mme Bonfanti, après 3 ans de réflexions, vient de découvrir qu'elle a les moyens pour agir!
Mais encore une fois avec des gants.
Sur quels critères s'est basé le choix de l'établissement fermé? (Le Twenty)
Car il n'est et de loin, pas le seul lieu public concerné par la délinquance à Genève.
Pourquoi UN coup de poing? Pour donner le temps aux autres établissements de s'organiser, de passer entre les mailles du filet? Donner le temps aux délinquants de tous poils de trouver d'autres planques? Alors que la police connait les lieux concernés ainsi que les particuliers hébergeant des délinquants.
Autre réflexion:
90% des clients des dealers de Genève viennent de France voisine (avec pour résultat par exemple, le crime des Eaux-Vives...) et ce sont souvent des revendeurs car les prix sont plus attractifs en Suisse.
À quand un durcissement des lois bien trop laxistes en Suisse? S'aligner sur les lois françaises par exemple.
Développer la structure des contrôles aux passage des frontières semble aussi une mesure indispensable.
Accessoirement, les Eaux-Vives attendent toujours, surtout aux alentours de la rue de Montchoisy.
Bref: la situation n'est pas prête d'être réglée vraiment, le problème va se déplacer momentanément mais rien ne change sur le fond.
Toujours autant de clandestins, NEMs et autres charmants "touristes" venant agrémenter un quartier baignant dans une gracieuse multiculturalité, à en croire Madame Bonfanti, qui avoue quand même ne pas y mettre les pieds ;)

Bonsoir à toutes et à tous

Écrit par : Mireille Luiset | 14 mai 2009

Les commentaires sont fermés.