22 octobre 2009

M. Rappaz et la « pénible affaire »

Vous êtes nombreux à avoir relayé ma demande et écrit au rédacteur en chef du téléjournal. Une première liste est publiée ci-dessous. C’est votre soutien qui a sans doute obligé M. Rappaz, après son assistante, à m’adresser un courriel que voici :

Monsieur Eric Bertinat,
Contrairement à ce que vous indiquez dans votre blog je n'ai pas "refusé sèchement" l'idée d'un "soutien aux otages sous forme d'incrustation à l'antenne". Plutôt que de propager de fausses informations je vous propose de me poser directement les questions avant de me mettre en cause publiquement.
Comme vous le constaterez ci-dessous en lisant cet échange de mail avec le site www.otages.ch la TSR n'a absolument pas pris position sur les questions que vous soulevez. Pour une raison toute simple : nous n'avons pas été interpelé !
Par ailleurs comme vous l'avez peut-être encore constaté hier soir nous sommes très attentifs à cette pénible affaire.
Je vous laisse  donc corriger vos informations et vous prie de retirer immédiatement mon adresse e-mail de votre blog.
Aves mes salutations.

Bernard Rappaz
Rédacteur en chef Actualité



Voici ma réponse :

Monsieur le rédacteur en chef,
Que vous ayez refusé sèchement ou simplement refusé ou encore rien refusé parce que vous n'avez pas été approché personnellement ne change rien à l'affaire. M. Valente a pris contact avec deux de vos journalistes qui, à vous lire, n'ont pas fait suivre sa demande. Il vous l'adresse aujourd'hui. Nous sommes nombreux à attendre votre réponse.
Si je vous mets publiquement en cause, c'est tout simplement parce que c'est vous, responsable du téléjournal, qui avez déclaré à l'ats (20 octobre) avoir rejeté la requête de M. Valente. Qui raconte des bobards ?
La demande d'incrustation du nombre de jours de détention me paraît devenir toujours plus nécessaire. Hier soir, sur le site de TSR, l'épouse d'un des deux otages "estime (...) qu'il faut parler des deux otages et mobiliser l'opinion.
Je ne corrigerai donc pas mon blog et continuerai à inviter un maximum de personnes à vous faire connaître leur soutien dans la démarche de M. Valente.
Avec mes meilleures salutations.

Eric Bertinat
Député


Il faut donc continuer à manifester notre désir que lors du téléjournal figure le décompte des jours de détention de nos deux compatriotes. Que celles et ceux qui n'ont pas encore adressé le mail suivant le fasse rapidement:

Monsieur le rédacteur en chef,

Nous avons appris avec consternation votre décision de refuser la demande de M. Valente d’afficher chaque jour, lors du téléjournal, le nombre de jours de détention de nos deux otages en Libye. Dans la réponse que vous donnez suite à l’intervention de M. Bertinat, vous indiquez que dans le traitement de l'affaire Khadafi, votre ligne rédactionnelle consiste à couvrir l'actualité (…) et à donner les informations confirmées.

L’affichage du nombre de jours de détention de nos deux compatriotes est non seulement d’actualité mais est, jour après jour, une information confirmée.

Nous vous demandons instamment de revenir sur votre décision. Nous pensons qu’il est nécessaire que nos otages soient soutenus par tous les moyens dont nous disposons. La télévision publique peut faire ce geste quotidien de solidarité nationale. Il semble qu’il ne dépende que de votre bonne volonté.

Nous espérons vivement que vous prendrez notre demande en considération et que cette information, que nous retrouverons chaque jour dans un petit coin de l’écran de télévision, témoignera de notre amitié aux otages, à leurs familles, à leurs amis.

Signature.

Marche à suivre:

1. Copiez ce texte dans votre mail !
2. Envoyez votre mail à l’adresse : bernard.rappaz@tsr.ch !
3. Adressez-moi votre mail en copie (eric.bertinat@bluewin.ch) pour que je puisse tenir à jour la liste de tous ceux qui veulent obtenir auprès du rédacteur en chef de la TSR ce petit geste de soutient lors de l’ouverture du téléjournal !
4. Diffusez à tous vos amis et vos connaissances ce texte accompagné des 3 points indiqués ci-dessus à tous vos amis !


Les personnes suivantes ont envoyé un mail :
Eric Bertinat, Député
Stéphane Florey, Député et chef de groupe
Philippe Guénat, Député
Patrick Hulliger
Max Nigg
Loly Bollay, Députée
Mireille Luiset
Jean-Luc Ador, Député et chef de groupe
Jean-Luc Rimaz
Marc-André Rudaz
Aurore Wassmer
Catherine Buchet, Conseillère municipale Ville de Genève
Christo Ivanov
Patrick Lussi, Conseiller municipal Lancy
Antoine Bertschy, Député
Fabiano Forte, Député
Anselm Zurfluh, directeur du musée du Château de Penthes
Pierre Keller
Ludovic Patry
Daniel Herren
Michel Stambach
Jean-Pierre Klöti
Marcel Genevay
Haykel Ezzeddine
Soli Pardo, Constituant et président UDc-Genève
Jean-Claude et Francine Birchler
Christina Meissner
Eliane Michaud Ansermet
Mikaël Meyer
William et Janine Walz
Albert Mizrahi, Conseiller municipal Meyrin
Alain Zogmal
Micheline Pace
Frank A. Salamon
Herbert Baume
Gilbert Magnenat
Michel Golaz
Leila Emamzadah
Thony Hoegen
Théo Berclaz
Ludovic Patry
Valérie Cuenca, Conseillère municipale Vernier
Myriam Zapata-Welti
Riclet H. Clot
Adriana Schweizer, Conseillère municipale Meyrin
Jean-Daniel Mottier
Nathalie Elter
Gilles Parsoz
Robert et Arlette Ducret
Alexandre Czech
Stéphanie Burtin
F. Talarico
Christian Imhof
Pascal Moret
Hans R. Brauchli
Jean-Pierre Chalut
Cyril Jacques
Stéphane Gsell
Thomas Bläsi, Constituant
Michel et Rosita Gutknecht
Jean-Marie Champion
Roger Marty
Raoul Dutoit
Sylvie Fauquex
Nicolas Dousse
Murielle Joye-Patry
Hubert Patry
Jean-Luc et Sylvie Ruffieux
Paul Aporta
Jacqueline Delahaye
François Salomon
Marie-France Volandré
Per Amann
Rolf Zwicky
Willy Bellaiche
Sylvain Calvel, Conseiller municipal Ville de Genève
Pierre Schifferli, Constituant
Christian Masset
Hans-Erich Holzer
Jacques Hämmerli, Conseiller municipal Ville de Genève
Olivier Klingele
Sandra Borgeaud
Erich Wirth
Alexandre Luiset
Fernando Landerer
Daniel Gonzalez
Erik Bassi
André Kolly
Marc Falquet

12:06 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et oui, c'est pas évident d'accepter de ne pas se faire obéir pour un policier ...

Écrit par : Djinius | 22 octobre 2009

Dans l'écrit du rédac', on lit "interpelé" : est-ce vraiment possible? On en serait doublement choqués! Quant à la teneur de la réponse, elle suinte de mauvaise foi. Triste constat pour une affaire aussi dramatique ...

Écrit par : Micheline Pace | 22 octobre 2009

Monsieur Bertinat je ne suis pas de votre bord politique cependant, sur ce cas précis, je soutiens totalement votre démarche. Un geste de solidarité à un moment où personne ne sait si les otages sont en vie. Lamentable comportement d'une télévision pitoyable, incapable de nous proposer des programmes intelligents. Gérée par des personnes sans la moindre vision de leur mission au service des Suisses. A quoi servent nos redevances, sinon à offrir des sièges en cuir luxueux à des ronds de cuir incompétents.
Jean-Paul

Écrit par : Jean-Paul | 22 octobre 2009

Bonjour Eric,

Je salue votre forte implication dans cette triste affaire concernant le refus de M. Rappaz d'accéder à la demande de Stéphane.
J'ai adressé il y a quelques instants un mail au rédacteur en chef (vous et Stéphane en copie), comme vous l'avez si brillamment suggéré.

Je suis ravie de constater que bon nombre de personnes se sont déjà mobilisées et ont fait de même.

Pour ma part, comme je l'ai mentionné à Stéphane, j'invite également celles et ceux qui ont un "titre honorifique" à l'utiliser..pour une fois que ce dernier pourrait servir, il ne faut surtout pas hésiter !

Bien à vous
Exellente journée

Écrit par : Valérie Cuenca | 22 octobre 2009

bonjour, Eric

Me balladant sur le Net, j'ai lu un passage sur le sujet:

"Le chef de l’actualité à la TSR a ajouté: «Sur le dossier libyen, notre ligne de base est de nous en tenir aux faits, à l’actualité. Notre travail n’est pas de faire campagne et de sortir de notre devoir d’information». Pour s’enfoncer encore un peu, M. Rappaz a brandi l’argument selon lequel c’est une affaire très compliquée, et puis on se sait pas tout, et enfin une telle action pourrait être à «double tranchant». Cerise sur le gâteau, Bernard Rappaz a osé avancer que l’un des otages n’était pas complètement suisse! Oui, il a osé.

Ce refus de se mouiller un minimum pour les otages suisses, de la part de la télévision de service public, est une véritable honte. Et s’abriter ainsi derrière des arguments de petit fonctionnaire est indigne d’un journaliste qui participe jour après jour à la formation de l’opinion en Suisse romande, grâce à un monopole digne de la Corée du Nord (ou de la Libye)."

(trouvé sur http://commentaires.blog.24heures.ch/ )

J'espère que M.Rappaz n'a pas osé être assez "puant" pour argumenter qu'un des otages n'était pas complétement Suisse?

Bien à vous et l'action continue

Écrit par : Mireille Luiset | 24 octobre 2009

Bonjour,
Est-ce que cela dépend du seul Monsieur Rappaz ? En effet, vu la puissance du média et sa diffusion sur TV5 monde, l'affaire de ces incrustations à l'écran (sans doute efficaces, il est vrai, comme ce fut le cas en France) est politique.
Or M. Rappaz n'a pas de pouvoir politique. Le CF met en place une stratégie à ce qu'on croit comprendre, et M. Rappaz n'est pas dans le secret du CF.

Le mieux ne serait-il pas de demander à des instances politiques fédérales... ?

Écrit par : Jean Romain | 24 octobre 2009

C'est super maintenant, vous faites une "petite histoire" type dispute de clocher dans l'insoluble affaire Kadhafi. Quel est l'intérêt de cette bisbille ? C'est trop facile en fin de chaîne (sans jeu de mot) d'attaquer M. Rappaz. Trop d'informations contradictoires sont apparues dans cette affaire tant au niveau politique que des médias, alors cessons de diffuser des contre-vérités car il semble que même le CF ne soit pas au courant de l'évolution de cette affaire. Arrêtons ce cafouillage et laissons-nous aider par des pays tiers comme l'Espagne.

Écrit par : demain | 24 octobre 2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Eric,

un mail a été envoyé aux parlementaires fédéraux pour leur demander de soutenir la demande exprimée d'incruster le décompte des jours dans nos TJ sur les chaines nationales : SF, TSR, RSI.

Demain, effectivement, il y a eu beaucoup d'informations contradictoires dans cette affaires, beaucoup d'erreurs, beaucoup d'effets de manche aussi inutiles que dangereux, mais maintenant il est temps d'agir.

Le Clan Khadafi dépense des millions pour son image de marque. Leur coller l'étiquette : preneur d'otages à travers nos chaines nationales, aura très vite raison de leur honnorabilité, achetée à coup de millions, en particulier dans la francophonie notamment en afrique.

Bien à vous,

Stéphane


PS. Une fois de plus c'est juste ahurissant de devoir perdre une énergie pareille pour demander une action qui aurait du se faire naturellement dès la fin de la conférence de presse du Conseil fédéral...

Écrit par : Stéphane | 25 octobre 2009

Ce qui me surprend, c'est que l'année passée quand l'affaire a commencé à tourner au vinaigre, le mot d'ordre du DFAE à toutes les entreprises par le biais de l'ambassade était que toutes les personnes travaillant en Libye, devaient partir sur le champ à cause d'éventuelles représailles. Ces deux personnes n'ont pas pu ou pas voulu partir et sont évidemment maintenant une monnaie d'échange dans cette affaire qui dépasse l'Etat de droit que nous sommes.

Écrit par : demain | 25 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.