29 décembre 2009

Une médaille au service de la cause communiste

Le 29 janvier 2010, le Conseil administratif de la Ville de Genève célèbrera officiellement M. Eolo Morenzoni, membre du parti communiste suisse, ancien brigadiste international de la guerre d’Espagne et lui remettra la médaille «Genève reconnaissante». Créée le 11 mai 1928, cette médaille est destinée à marquer la reconnaissance de la Ville de Genève à ses généreux donateurs ainsi qu’à d'anciens fonctionnaires «méritants». Dans les années 1990, des artistes, musiciens, écrivains, ont également reçu cette récompense, le Conseil administratif voulant marquer sa gratitude à des personnalités ayant contribué par leur talent à la connaissance, au rayonnement et à la richesse symbolique de la Ville.

En quoi ce Tessinois mérite-t-il la reconnaissance de Genève? En rien! Seule la manie qu’a la gauche à s’auto-glorifier, à infliger au bon peuple ses héros, à livrer sa version de l’histoire, explique ce geste. Le tout aux frais des contribuables, bien entendu.

La Suisse s’est penchée à plusieurs reprises sur ces volontaires engagés dans les rangs des républicains lors de la Guerre Civile espagnole. A cette époque, la justice militaire suisse condamnait ces activistes à la prison pour affaiblissement des forces défensives du pays. Insupportable pour la gauche. Comment accepter qu’une personne au service du communisme soit condamnée à l’opprobre? La conseillère fédérale Ruth Dreifuss, dans une allocution officielle, avait qualifié la lutte des combattants suisses en Espagne contre la dictature fasciste de courageuse, de nécessaire au maintien de la démocratie dans la République espagnole, puis avait conclu à la pleine réhabilitation politique et morale de ces volontaires.

Elle interviendra en 2008 grâce à une initiative parlementaire déposée par des élus. C’est l’occasion de mettre en valeur les idéaux révolutionnaires qui provoquent tant de nostalgie sur les bancs socialistes. Le rapporteur de la commission des affaires juridiques, Carlo Sommaruga, loue l’idéal démocratique (tel que défendu par les communistes espagnols) plus important à ses yeux que le respect des lois : «Cette proposition de réhabilitation ne vise aucunement à remettre en cause l’article 94 du Code pénal militaire qui interdit de s’engager dans une armée étrangère. Son seul objectif est de faire comprendre que, compte tenu de la place qu’occupe la démocratie dans l’échelle des valeurs de la Suisse, compte tenu aussi de ce que l’histoire nous a appris depuis, le combat pour l’idéal démocratique doit primer sur l’application aveugle de la loi.».

Le Parlement, sauf l’UDC, accepte ce projet de loi. Les brigadistes suisses de la guerre d’Espagne sont réhabilités.

Dans un article paru dans Le Courrier (14 avril 2009), M. Morenzoni déplore qu’ainsi «nous évitons de l'examiner. Il faut que notre jeunesse connaisse la politique menée par le Conseil fédéral de l'époque.». Les brigadistes suisses ont été tour à tour emprisonnés pour leur engagement au service d’une armée (ou d’une cause) étrangère puis réhabilités. Il faut encore revisiter l’histoire de manière à satisfaire la gauche helvétique. Et leur accorder une médaille.

«Genève reconnaissante» suffira. Après les généreux donateurs, les fonctionnaires méritants et les artistes, l’exécutif de la Ville de Genève nous propose un brigadiste international. Il y aura d’autres occasions de célébrer l’un de leurs: défenseurs des demandeurs d’asile déboutés, squatters, clandestins, etc. Et pourquoi pas le prisonnier de Guantanamo arrivé récemment à Genève? Ne font-ils pas tous passer l’idéal démocratique avant l’application bornée des lois?

17:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Evidemment comme toujours le passé communiste reste ignoré ( volontairement je ne sait pas ).S'avent-ils que les brigades international en Espagne étaient activement soutenu par Staline avec son rêve d'une Europe totalement communiste avec ses goulags et ses purges ?

Une médaille de la honte.

D.J

Écrit par : D.J | 29 décembre 2009

Être ami avec Madame Dreifuss peut être très utile lorsqu'on recherche un travail, un travail en plus très bien payé d'ailleurs!

Écrit par : dominiquedegoumois | 29 décembre 2009

Parler de se battre pour la démocratie alors que ce fut un combat pour une Espagne stalinienne et tout simplement inadmissible .Il n'y a jamais en de démocratie communiste .

D.J

Écrit par : D.J | 29 décembre 2009

Connaître Mme Dreifuss est plus utile que militer pour l'UDC pour un boulot!

Écrit par : FrançOIS. T. | 29 décembre 2009

@DJ : Staline n'a pas soutenu les brigadistes espagnols. Ils les a laissés se dépatouiller face aux soutiens allemands nazis des franquistes.
Staline a peut-être rêvé d'une Europe totalement communiste, mais il n'a jamais soutenu activement des fronts communistes en Europe de l'Ouest (je schématise, c'est un concept venu après la 2ème Guerre). Il a lâché les communistes allemands après leur avoir enjoint de ne pas faire alliance avec les socio-démocrates allemands, ce qui a permis à Hitler de prendre le pouvoir avec 33% des voix ; il a lâché les communistes italiens, ...etc.
Etre libéral déclaré comme vous le dites de vous-même vous autorise à lire d'autres revues que le Reader's Digest.

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 29 décembre 2009

@ Anne -Marie ,

Vous devriez lire le "livre noir du communisme " un travail fait par des historiens et des universitaires et très documentés .L'URSS a bien armés les brigadistes et a envoyés des experts militaire russes sur le terrain ( 700 à 800 en permanance )sur les ordres de Staline .Le parti communiste espagnol à cette époques était complètement supervisés par le Komintern et le NKVD ancètre du KGB .

La seul chose est que Staline n'a pas envoyé des troupes russes sur le front espagnole , mais il a bien joué un rôle important dans cette guerre civils.

Faudra un jour arrêter de minimiser les crimes communistes et d'arrêter aussi de coller le portrait du salopard Ché guevara un peu partout . On ferait de même avec les nazis , vous seriez la première à être scandalisée .

D.J

Écrit par : D.J | 29 décembre 2009

Je ne minimise rien, et je sais que Staline a un temps soutenu et armés les brigadistes, mais il ne l'a jamais fait pleinement et il a très vite ordonné le lâchage des "camarades". Et il n'a jamais eu de velléités "impérialistes" sur l'Europe.
Ses crimes, il les a perpétrés sur ses terres, contre son peuple et ceux qui étaient dans la sphère directe de l'influence soviétique : ça ne les rend pas plus sympathiques, bien au contraire.
Croyez que j'ai lu plusieurs livres sur ce très triste sire.
Quant à moi, je n'oublie pas qu'en face des brigadistes, des "PUMistes" et des autres républicains (socio-démocrates, démocrates,...), il y avait Franco et ses troupes. Que ce dernier a renversé un gouvernement légal. En français, ça s'appelle un coup d'Etat. Et que sa victoire a conduit l'Espagne à plusieurs années de dictature.
Nous ne referons pas l'histoire ici. Nous ne saurons jamais si l'Espagne républicaine aurait versé dans le communisme totalitaire ou dans une démocratie "normale", à la mode suisse. En revanche, ce que l'on sait, c'est que l'extrême-droite franquiste en fit une dictature, que cela vous plaise ou non. Les crimes de Franco ne sont peut-être pas aussi nombreux que ceux de Staline, mais ils ont été aussi douloureux pour ceux qui ont dû les subir.
On peut saluer ici la sagesse du roi et du peuple espagnol, qui ont su surmonté ces trente ans de plomb et promouvoir une démocratie moderne, sans esprit revanchard. Et j'espère que le gouvernement actuel ou ceux qui le suivront arriveront à régler la question de l'autonomie des provinces basques et catalanes avec la même sagesse.

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 29 décembre 2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Bertinat,

cette médaille est délivrée sur demande ? Ou sur étude d'actes divers et variés ?

Auquel cas, je serai heureux d'offrir cette dernière à mes filles...

Ceci dit, pour glorifier des communistes, complies tacites de l'extermination de peuples entiers juifs, non communistes, etc... je suis scandalisé.

C'est bien mignon de glorifier des criminels, mais des communistes qui ont les mains couvertes de sang, revient à donner la légion d'honneur à Hitler.

Le communisme a fait des millions de morts à travers le monde. Médailler l'un d'entre eux, c'est médailler l'ensemble de cetet pensée criminelle.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 29 décembre 2009

Franco ou les communistes , les espagnoles n'en avait pas besoin . Mais sur un pied d'égalité ,je n'accepte pas que les combattants franquistes soit des salauds et les communistes des gentils qui méritent leurs médailles .

"Et il n'a jamais eu de velléités "impérialistes" sur l'Europe."

Vous rigolez j'espère ;et l' Europe de l'est après la guerre ? c'est quoi d'après vous , Staline a imposé son idéologie et son controle à la moitié du continent ; Staline et l'URSS après sa mort ont soutenu tout ce qui se rapportaient à l'idéologie communiste et cela dans le monde entier. Komintern veut dire international communiste .ça veut bien ce que ça veut dire .

D.J

Écrit par : D.J | 29 décembre 2009

Décidément, c'est admirable d'être encore aussi lourdement anticommuniste.

Cela vous a comme un goût de folklore ancien, de fête des rosières, le barbapapa de notre jeunesse.

C'est simple, ce genre d'argumentation rappelle le communisme lui-même.

Où ne va pas se cacher la nostalgie d'un adversaire clairement identifiable.

Il existe encore en Chine, direz-vous. Mais est-ce encore du communisme ?
A Cuba ? Mais pour combien de temps ? En Corée ? C'est encore plus primitif que les régimes communistes anciens, si bien qu'on dirait quelque chose comme la préhistoire.

Non : messieurs Bertinat et D.J., vous avez un vrai problème de concordance des temps.

Voyez : ce ne sont pas des communistes dissimulés derrière les rideaux qui ont fait la peau du secret bancaire, ou qui ont déséquilibré nos capacités innées dans la concurrence fiscale. Non : les Etats-Unis et l'Europe, fleurons de la libre entreprise et du marché libre, ont obtenu en un tournemain ce que la gauche suisse réclame depuis des siècles.

Aujourd'hui, le capitalisme n'a plus peur de personne, et plus besoin de personne pour se tirer des balles dans le pied, et par la même occasion, dans les jambes de pas mal de monde.

A l'évidence.

Vraiment, le communisme a perdu, on vous en assure. Il n'y a plus urgence.

Vous pouvez vous reposer.

Si si..

Écrit par : yves scheller | 29 décembre 2009

en tout cas...c'est pas à vous M Bertinat que l'on risque d'offrir une médaille du mérite..tout au mieux obtiendriez-vous à mes yeux une médaille de la bêtise...!

Écrit par : M.U.R | 30 décembre 2009

beaucoup d'amalgame de votre part Mr bertinat... je ne suis pas sûr que vous puissiez mettre dans le même sac les brigades internationales qui luttaient tout de même contre l'instauration d'une dictature militaire laquelle refusait de respecter le vote démocratique et les dérives du stalinisme mais bon.. il est vrai que vous avez toujours été très "vigilants" à l'égard des communistes...

Écrit par : matthieu | 30 décembre 2009

@ M.U.R.

Un peu de tenue. Une invective n'est jamais un argument.

Écrit par : yves scheller | 30 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.