08 mars 2010

Journée de toutes les femmes ordinaires

En ce 8 mars 2010, j'ai une pensée toute particulière pour toutes les femmes qui ne sont pas émancipées, pas féministes, pas libérées, pas revendicatrices, pas révoltées. Bref, les femmes qui sont simplement des femmes, qui font la vie plus belle parce qu'elles remplissent le grand vide d'un monde d'hommes. Ces femmes ordinaires sont autant d'Eve suivant tous les Adam dans leur quête du paradis perdu. Elles sont aussi autant de Marie qui donne la vie. En cela, elles sont extraordinaires. Elles seules peuvent atteindre la perfection d'une silhouette tout en courbes, se transformer au long de leur grossesse en mère avant de supporter l'épreuve terrible d'un accouchement. A ses cotés, à ce moment, l'homme ne peut que se sentir inférieur, que lui tenir la main. Très fort.

Elles seules se dévouent jour et nuit pour leur bébé. La nuit, l'homme dort. Elles seules pleurent lorsqu'arrive le premier jour d'école, écoutent avec une patience d'ange ses enfants tout au long de leur adolescence, ne trouvent pas le sommeil parce que ces enfants n'en sont plus et qu'ils rentrent bien après minuit. Elles sont mères à plein temps.

A ses cotés, l'homme n'est qu'égoïsme, sauveur du monde, en perpétuelle compétition avec ses semblables et préoccupé par son équipe de hockey. Comment cet éternel gamin deviendrait-il père de famille sans l'amour d'une femme assumant parfaitement son rôle ? Il en a besoin. La femme au foyer, c'est l'application parfaite du développement familiale durable ! C'est une véritable bénédiction.

Notre société n'accorde plus grand cas à ces femmes ordinaires. Elle schématise la femme d'aujourd'hui, la veut libre de son destin et de son corps mais l'asservit aux top-modèles glacés des magazines. Elle l'oblige à la réussite professionnelle, l'habille en homme et l'occupe du matin au soir. La société n'a pas libéré les femmes, elle a réduit son rôle pour en faire un contribuable. Elle ne respecte plus l'aspiration intime des femmes mais leur a érigé un modèle, un stéréotype, un standard à accepter. C'est pour cela, sans doute, que l'on célèbre aujourd'hui la femme et non les femmes.

Pourtant, ce sont ces femmes ordinaires qui sont l'avenir de l'humanité. Elles le savent heureusement, elles qui n'ont pas oublié qu'elles sont naturellement complémentaires à l'homme, qui ne revendiquent pas une égalité utopique, qui  ne s'érigent pas en concurrente. Elles savent que sans cette complémentarité, l'humanité n'a plus d'avenir. C'est leur dignité. Elles méritent bien plus qu'une journée de la femme !

 

 

23:10 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Lourd !!!

Écrit par : Sabourjian | 08 mars 2010

Monsieur Bertinat,

Puisque votre parti à une assise fédérale, je me permets de vous soumettre les brèves observations qui suivent puisqu'il y a lieu de modifier une loi fédérale.


Le Tribunal fédéral a retenu le principe suivant.

"Les contribuables résidant à l'étranger qui réalisent l'essentiel de leur revenu (plus de 90%) en Suisse doivent être qualifiés de quasi-résidents et être traités comme des contribuables résidents, de manière à ce que leur situation personnelle et familiale soit dûment prise en considération."

Dont acte. Il faudra leur permettre de faire une déclaration complète de l'intégralité de leur situation financière l'année après le prélèvement à la source et régulariser.

Par contre, pour ceux qui ne sont pas quasi-résidents, l'accord de libre circulation n'exige pas qu'on leur accorde certaines des déductions qui sont aujourd'hui admises. Il convient donc de modifier la législation et les supprimer.

Quand on s'aligne sur l'union européenne c'est dans les deux sens.

Pour travailler à Genève on peut opter pour des frais de logement bas et des frais de transport élevé et dans ce cas on déduit les frais élevés de transports. C'est le cas des frontaliers et on déduit les frais de transport.

Mais ou peut aussi opter pour des frais de transport bas et des frais de logements élevés et dans ce cas il faut déduire les frais de logement. C'est le cas des habitants de Genève.

Pour rétablir l'équité il faut donc modifier la législation et introduire une déduction pour loyer élevé (sans qu'il s'agisse d'un logement de luxe bien sûr). Déduction sociale, s'il en est, et qui profitera aux classes moyennes.

L'équité c'est aussi pour les habitants de Genève.

Les barèmes d'imposition à la source actuels tiennent compte de diverses déductions forfaitaires. Il faut les supprimer et augmenter les barèmes en conséquences. Tout sera corrigé dans la procédure de régulation.

Tout ce qui précède peut se faire à prélèvement fiscal constant.

Écrit par : CEDH | 09 mars 2010

CEDH, en gros, vous voulez dire, les gros poissons protégés par l'udc et les petits attaqués de plein fouet par la mise en place de tribunaux d'exceptions, un peu, comme pour commémorer la belle et regrettée époque stalinienne !
Blocher déclare t-il ses revenus provenant de ses investissements dans ses succursales, très sales, localisées à l'étranger !

Écrit par : Sabourjian | 09 mars 2010

Affaire Garbade-Polanski, l'un a commis des actes pédophiles sur un garçon de 14 ans ou moins, il y a moins de 4 ans en Suisse et il n'est pas enfermé, l'autre aurait eux une relation sexuelles il y a 32 ans en Californie avec une fille de 13 ans et demi et il a déjà fait plusieurs mois de prison et reste en résidence surveillée avec un bracelet électronique, l'un est Juif, l'autre est un "anti-sioniste" ayant gérés des comptes de terroristes dictateurs, il faudrait quand même un jour se débarrasser de l'emprise nazie dans notre pays !
Les enfants californiens sont 1000 fois plus protégés en Suisse que nos propres enfants ! merci messieurs les juges de merde !

Catherine Focas | 08.03.2010 | 19:44

Un célèbre pénaliste genevois a vu sa peine réduite, aujourd’hui, par la Cour correctionnelle. Il avait été condamné à 15 mois de prison avec sursis en 2008.

Défendu par Mes Alec Reymond et Pascal Maurer, il s’en sort aujourd’hui avec 300 jours-amende (à 120 francs le jour) avec sursis. L’avocat était accusé d’avoir profité de deux adolescents pour assouvir ses pulsions sexuelles.

Il avait contesté sa condamnation et avait recouru jusqu’au Tribunal fédéral (TF) qui lui avait donné partiellement raison. L’un des jeunes à qui il avait prodigué un massage et de qui il avait effleuré le sexe avait-il vraiment moins de 16 ans (âge de la majorité sexuelle) au moment des faits? Le TF a eu un doute sur ce point.

Ce doute a été partagé, cet après-midi, par les juges de la Cour correctionnelle qui, dans l’incertitude, ont acquitté l’homme de loi sur cet acte-là. Ils lui ont également accordé une circonstance atténuante: celle du long temps écoulé depuis les faits. Ils ont estimé que depuis lors il s’était bien comporté. Pour ces deux raisons, ils ont décidé de réduire sa peine.

Mais ils ont rappelé que «sa faute était loin d’être légère». Ils considèrent que les gestes commis sur l’autre adolescent âgé de 14 ans sont graves. Le pénaliste l’a masturbé et sucé jusqu’à éjaculation. Il est aussi question d’actes de sodomie.

L’enjeu principal aujourd’hui pour cet homme est la décision disciplinaire que prendra la commission du barreau. Un avocat condamné pour des actes d’ordre sexuel avec des mineurs peut-il continuer à exercer la profession? La décision devrait être prise ces prochaines semaines.

Écrit par : Sabourjian | 09 mars 2010

Et les avocats du violeur qui se font prendre en photo suite à cette "victoire".
Il doit y avoir des réseaux bizarres dans cette ville, c'est pas la première fois, quand on voit la prison de champ d'ollon remplie de voleurs de pommes et monsieur garbade attendre sagement que le barreau le confirme de l'autre côté du barreau, ça me fait mal au cul pour ses gamins !
Genève est complétement pourrit par le fric sale et ses petits jeux vicieux !

Écrit par : Sabourjian | 09 mars 2010

... j'ai failli rendre mon petit déjeuner à la lecture de votre torchon...

Écrit par : Boo | 09 mars 2010

@ Sabourjian

Vous écrivez :

"CEDH, en gros, vous voulez dire, les gros poissons protégés par l'udc et les petits attaqués de plein fouet par la mise en place de tribunaux d'exceptions, un peu, comme pour commémorer la belle et regrettée époque stalinienne !"

Meuh non :

Il faut modifier la législation et introduire une déduction pour loyer élevé (sans qu'il s'agisse d'un logement de luxe bien sûr). Déduction sociale qui profitera aux classes moyennes qui habitent Genève.

Écrit par : CEDH | 09 mars 2010

Excusez moi, M. B. je met en copie ce que j'ai fait paraitre dans le blog de J-F. qui n'aime pas beaucoup que l'on dise la vérité et qui a la censure très à gauche !

Commentaires

Ah, ce cher J-F, quand Garbade est à la une, il parle de Pasini et quand Pasini est à la moins 5, il parle de Garbade !
Toujours cet appoint et cette manière de ne pas mettre sur la table, ce qui pourrait faire l'actualité de notre canton !
Oui il y a beaucoup de salopards dans notre petite ville, mais laissons les sur le haut du pavé, c'est tellement mieux ainsi !
Vous allez encore m'envoyer un mail, comme pour hommelibre, mais dans celui la, vous ne pourrez par me dire que l'affaire est close !
Ah, oui, comme d'habitude, quand on parle des petits chouchoux portés sur nos petites têtes blondes, vous allez d'abord, vite me censurer !
Comme vous êtes prévisible, J-F. !

Ecrit par : Sabourjian | mardi, 09 mars 2010

A propos d'infidélité avec Pasini, c'était il y a 30 ans, j'ai eu une histoire de 3 mois avec Ula, sa femme, ça a durer 2 ou 3 mois, jusqu'au jour où il a fait sa crise, lui de son côté et dans le mensonge le plus parfait, la trompait avec une hystérique luxembourgeoise tandis que Ula, m'a ramener fièrement dans la villa familiale, je m'était ses pantoufle, lisait son journal et lui décochait un "salut mec" quand il rentrait le soir !
Nous mangions avec la bonne et les enfants, (je me suis aussi fait la bonne, enfin les bonnes) et il Dotor montait se coucher dans la chambre à coucher tout seul, pendant que Ula et moi, œuvrions sur les confortable sofas du salon, entouré des statues pré-colombiennes érotiques de la collection du cerf !
Elle voulu que nous partîmes en bus VW pour les Indes, mais je préfère voyager seul !
Enfin le jour venu, ou le galopin se jeta à genoux et promis à sa belle teutonne qu'elle ne l'y reprendrait plus !
Depuis les Pasini m'évitent un peu, alors que j'avais malgré moi peut être sauvé un couple, je suis devenu un sujet d'oubli, c'était juste un petit rappel ! ! !

Ecrit par : Sabourjian | mardi, 09 mars 2010

Écrit par : Sabourjian | 09 mars 2010

@ UDC non censée être le parti de l'étranger

Il est intéressant de relever que le droit de l'Union européenne prévoit l'obligation d'être assuré maladie dans le pays ou l'on travaille et non dans le pays de résidence. Selon cette règle les frontaliers devraient être assurés à Genève. C'est ce que prévoyaient au départ les bilatérales
.
Cependant, peu après l'entrée en vigueur des bilatérales, le traité de libre circulation a été modifié, en douce par une commission mixte, et ils ont obtenus une dérogation.
.
Ils peuvent s'assurer en France.
.
Toutefois, le frontalier doit dans les trois mois suivant sa prise d'emploi en Suisse faire une demande de dérogation en prouvant qu'il a une assurance française suffisante. Ce n'est pas une invention Suisse mais l'accord qui le prévoit. Ceux qui travaillaient en Suisse lors de l'entrée en vigueur avaient un délai limite de quelques mois qui est échu depuis longtemps.
.
Bien peu l'ont fait.
.
Le service cantonal de l'assurance maladie doit donc sommer de s'affilier ceux qu'il n'a pas pas dispensés de l'affiliation et, s'il ne le font pas, le faire d'office.
.
Respectons les accords que nous ont imposés les frontaliers.
.
Cette dérogation nuit aux retraités qui, installés en France, vivent principalement d'une retraite Suisse comme l'AVS. En effet, ils ont l'obligation de souscrire à une caisse maladie suisse à des primes adaptées à la France.
.
Ces primes sont très élevées puisque ce sont des personnes âgées et qu'il n'y a presque plus qu'eux comme assuré, les plus jeunes, les frontaliers, ayant désertés.
.
Les frontaliers se foutent de nos vieux et de leurs vieux.
.
Ils doivent être affiliés, s'ils ont triché, et nos vieux en profiteront.





@ Frontaliers demandant une réduction d'impôt.

Il faut joindre la preuve de votre affiliation à une assurance maladie. Si ce n'est pas une caisse maladie suisse, elle devra être suffisante, soit être agrée comme telle par les autorités françaises (attention il en est qui ne le sont pas !). Si ce n'est pas le cas vous serez finalement conduit à être obligé de vous affiliez à une caisse maladie suisse.
.
De plus, vous joindrez la décision du service de l'assurance maladie qui, lors de votre prise d'emploi en Suisse ou de votre déménagement en France, vous a exonéré de l'assurance maladie suisse. Si vous ne l'avez pas fait et travaillez (ou avez déménagez) depuis plus de trois mois, il et trop tard et, après sommation, vous serez affilié d'office à une caisse maladie suisse, dont la prime est élevée, avec des pénalités, et devrez payer votre assurance française jusqu'à résiliation.
.
A ce sujet, vous pouvez consulter le document officiel conjoint français et suisse intitulé

Note conjointe relative à l’exercice du droit d’option en matière d’assurance maladie dans le cadre de l’Accord sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union européenne,

dont l'adresse internet est :

www.kvg.org/fr/file/droit-option-f.pdf

Écrit par : CEDH | 09 mars 2010

Qu'en savez-vous de l'aspiration intime des femmes ????

Qui parle de réduction du rôle de la femme ? Pas elles !

Et quel rôle ? Jusqu'à nouvel avis il n'y a en a pas qu'un. Ce n'est pas "la société" - elle a bon dos ! - qui prône "UN modèle, UN stéréotype, UN standard à accepter", mais bien vous avec votre éloge de la "femme ordinaire".

Il y a des femmes qui bossent à l'extérieur, il y a des femmes au foyer, il y a des femmes heureuses au bureau, il y a des malheureuses au jardin public, des grosses à l'usine, des minces au fitness, des jupes dans le métro, des pantalons à la Migros, des revendicatrices, des sereines, des femmes qui ne supportent pas la douleur, des femmes insensibles, des vulgaires, des raffinées, des cocues, des séductrices, des femmes au foyer qui paient des impôts sur leur fortune, des femmes qui paient les études de leur époux, des lesbiennes mères, des hétéros sans enfants, des meurtrières, des consolatrices, des destructrices.

Ce sont toutes des individus extraordinaires faisant partie de notre société ordinaire, tout comme les hommes.

Écrit par : Liseval | 09 mars 2010

Quant à votre image de l'homme, immature, superficiel, tout juste bon à souffrir en silence pendant que sa femme accouche, ramener son argent à la maison et dormir comme une masse pendant que sa femme pouponne. Un homme de 2010 qui ne s'implique pas dans les soins et l'éducation de ses enfants, qui n'a pas un soupçon de psychologie ou de sensibilité pour consoler sa progéniture... Merci pour eux, ils apprécieront ! En tous cas je ne connais pas beaucoup de femmes "ordinaires" qui rêvent d'être les "compléments" de tels individus.

Écrit par : Liseval | 09 mars 2010

Merci Liseval... j'ai décidé d'être plus... hmmm.... brève.... mais je partage votre point de vue : )

Écrit par : Boo | 09 mars 2010

Ainsi donc, votre monde se partagerait entre les femmes "émancipées-féministes-libérées-revendicatrices-révoltées" (des chiennes de garde?) et les bonnes épouses-mère extraordinaires ? Et en face des beaufs égoïstes et indifférents à leur progéniture, uniquement préoccupés par le sport ou le boulot ??
A quelle époque vivez-vous donc ???

Écrit par : Anne | 09 mars 2010

Mmmmmm...
Je lis le texte d'Eric et les commentaires.
Et reste songeuse...
Un petit regard sur le passé, sur mon entourage d'amies...sur ma vie.

À l'époque (années '70 )mes "potes" hommes et femmes me disaient que "j'étais un modèle pour les femmes..."
Reporter photographe sportive,dans un monde d'hommes (foot, rugby etc...)et d'actualités, j'ai été la 1ere femme à faire partie de l'ASPF.
Sans que ce ne soit un choix délibéré ou un défi, simplement cela s'est fait naturellement par une évolution suite à ma formation.

3 fils plus tard (^_^) élevés en grande partie seule,(là non plus pas vraiment par choix délibéré mais par les circonstances de la vie...et mon caractère indépendant)"ramant" entre le travail et les bambins...

Si c'était à refaire, j'avoue que mon choix se porterait sur un mode de vie plus "conventionnel".(Pouvoir s'appuyer sur l'épaule d'un "macho" ce n'est pas si mal^^)

Et lorsque je constate le chemin parcouru par certaines de mes amies, "femmes libérées" ou pas, hétéros ou pas, plutôt frustrées car ayant l'impression d'avoir raté leur vie car seules ou presque..,
Lorsque j'entends les plaintes de celles qui arrivent à l'échéance biologique et n'ont pas fondé de famille ou de couple stable...

Une amie très chère (belle, brillante, superbe carrière et très indépendante) qui choisit le pire échappatoire (suicide) devant le dernier échec affectif.

Et d’autres, moins « libérées », mariées, enfants ou pas, époux présent 25 ans après…

J’avoue avoir un peu de nostalgie (je n’aime pas le mot : regrets) en me remémorant le cocon familial, mes parents…

C’est beau la Liberté, à condition qu’elle ne soit pas une fausse liberté.

L’égalité des droits, des salaires, tout ceci est pleinement justifié.

Pour moi, la Femme a aussi le droit de revendiquer ses envies d’être reine d’un foyer plutôt que servante d’un patron ou carriériste.

Et….n’oublions pas que si certains hommes sont machos…ce sont des femmes qui les ont élevés ! ;)))

Il n'y à pas UNE vérité, seulement des choix de vie.

Écrit par : Mireille Luiset | 09 mars 2010

Je voulais jsute revenir sur l'article de lundi dans lequel il annonçait (TDG) victorieusement l'impunité d'une avocat J-P. Garbaed suite à son inculpation pour pédophilie sur des garçons de 14 ans, à Genève il y a 3 ou 4 ans !
Le sursis autant pour l'amende que pour la peine ridicule de prison de 15 mois, ce type n'en était pas à son premier viol, il se fait prendre suite aux traumatismes consécutifs à ses actes monstrueux et la totale impunité tant en justice que dans l'article de la TDG, si l'on compare avec l'affaire Polanski, c'est une invitation aux pédophiles de sévir en Suisse ! Dans le cas de Polanski, il s'agissait d'une affaire commise il y a 32 ans avec une fille de 13 ans et demi, qui a retiré sa plainte et il a été incarcéré 2 mois en préventive à Zurich puis il est en résidence surveillée depuis plusieurs mois avec un bracelet électronique et en plus il a été invité officiellement en Suisse pour participé à un festival !
Est-ce que c'est parce que Garbade est anti-sioniste à s'en méprendre qu'il a jouit d'autant de complaisance ou est ce que c'est par ce que Polanski est Juif qu'il a droit à tout cette hargne ?

Écrit par : Sabourjian | 10 mars 2010

Les commentaires sont fermés.