17 avril 2010

Stop aux réclames pour lupanars !

venus.jpgDepuis que l'accord sur la libre circulation est entré en vigueur, la prostitution a explosé à Genève. Une personne sur 170 habitants s'adonne à la prostitution dans la Cité de Calvin. 130 salons érotiques, 2'700 prostitués et prostituées. Ce milieu est non seulement celui de la débauche mais aussi celui de la criminalité. (...) la prostitution n'est pas claire dans la tête des gens qui, bourrés d'idées reçues, mélangent la fiction littéraire à la réalité et font voisiner dans un flou artistique les putes au grand cœur et les salopes, les bêtes de plaisirs et les anges dévoyés, les putains respectueuses et les putains respectables. (L'Événement du Jeudi, 10 avril 1986). Faut-il favoriser ce commerce en laissant libre d'accès les panneaux publicitaires ?

Pour les députés UDC, la réponse est non ! Ces publicités réduisent la femme à un objet sexuel et inculquent à nos enfants, dès le plus jeune âge, une image dégradante et mercantile de la femme. Nous proposons donc d'interdire la publicité sur le domaine public pour la prostitution de salon et celle d'escorte en modifiant la loi sur les procédés de réclame.

A cette image dégradante de la femme, mais aussi aux conditions de vie déplorables des prostituées, notre demande devrait trouvé un écho auprès des associations engagées dans la défense de la femme, telle que le Centre de liaison des associations féminines genevoises animée avec brio par Mme Claude Golovine. Nous prendrons contact avec elle. Les députées de tous bords politiques, nous semble-t-il, devraient être sensibles à ne pas aider d'une manière ou d'une autre ces pratiques et donc « réserver un bon accueil au présent projet de loi », selon la formule consacrée. Et puis aussi quelques femmes connues pour leur engagement féministes, telle Mireille Valette. Et d'autres encore. Nous prendrons contact avec chacune d'entre elles

 

23:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà qui rentre bien mal dans les thèmes de l'UDC. Souveraineté, renvoi des criminels étrangers et fiscalité. Sortir de ces trois créneaux pour venir soulever un moralisme à 2 sous, c'est vraiment la preuve que l'UDC Genève s'enfonce dans l'insignifiance. La population n'en a a rien faire de la prostitution. La classe moyenne craint pour sa sécurité, les emplois et les prélèvements obligatoires monstrueux dont elle est l'objet. Venir faire du moralisme bon marché, alors que c'est si loin des préoccupations de la classe moyenne démontre que l'UDC ne fait que se perdre dans l'insignifiance et laisse la place au MCG pour soutenir les véritables préoccupations du peuple genevois, parmi lesquelles ne figure pas la prostitution. Je serais d'ailleurs intéressé de savoir si les députés UDC ont voté ou non, en bons laquais de l'entente et en cousine pauvre des Libéraux, la nouvelle loi sur la prostitution.

Écrit par : Henri Patry | 18 avril 2010

Les mafias auront Genève, la Suisse, l'Europe et le Monde à l'usure!

Écrit par : dominiquedegoumois | 18 avril 2010

Les mafias des balkans (bulgare, albanaise,...) commencent à s'implanter en Suisse mais la palme d'or revient à la mafia italienne (qui blanchit son argent dans les banques suisses) surtout calabraise est exceptionnelle, car discrète, infiltrée dans tous les business a envahi l'Europe de l'Allemagne à l'Espagne jusqu'en Amérique et Australie, peu hiérarchisée, elle est spécialisée dans l'importation de cocaïne et les prêts usuraires. Les filières nigérianes travaillent avec eux. A lire : l'Atlas des mafias de Fabrizio Maccaglia et marie.Anne Matard-Bonucci . Ed Autrement, Paris.

Écrit par : demain | 18 avril 2010

"Stop aux réclames pour lupanars !"

Vous voulez dire que vous voulez interdire ce genre de page web:

http://realsexindex.com/

Et la liberté du commerce, qu'en faites-vous?

UNC veut dire Union Des Communistes?

Écrit par : Johann | 18 avril 2010

Mais enfin, comment feront les clients dictateurs en sortant de leurs banques privées pour trouver un peu d'affection, c'est à ça que vous reconnaissez un immigré ayant des comptes en Suisse, c'est quand il sort ou entre dans un lupanar et les assemblées de politiciens à la solde des banques, n'est ce pas un lupanar ? Comme blocher par exemple, vous savez, le copain d'ospel !

Écrit par : Sabourjian | 18 avril 2010

Les commentaires sont fermés.