29 avril 2010

Hockey : promesses de politiciens

C'est raté ! Non pas la finale contre le CP Bern, mais le rendez-vous des politiciens avec le succès du HC Servette. Trop tard. La saison recommencera dans quatre mois et ce n'est pas le bricolage que propose la Ville de Genève qui suffira à rattraper le manque de discernement des autorités. Des loges pour VIP, suspendues au plafond de la patinoire, au-dessus des tribunes ouest, voilà qui n'est guère rassurant. Des loges supprimées l'an passé et dont les travaux avaient interdit au HC Servette ses premiers matches à domicile. Des nouvelles loges qui ne résoudront que très partiellement les problèmes d'une patinoire vieillissante et peu digne d'un canton trop souvent prétentieux pour avoir les pieds sur terre. Ou les patins sur la glace.

C'est raté ! Non pas la finale contre le CP Bern, mais l'assurance pour le HC Servette de disposer rapidement d'une nouvelle patinoire. Elle ne se construira pas dans la plaine de l'Aire. Déjà que nos autorités n'arrivent pas à construire des logements, on se demande bien comment elles parviendraient à construire une patinoire ?

C'est plus que raté ! Non pas la finale contre le CP Bern, mais le projet avorton de Mark Muller à l'Arena. Cet ancien sportif ressort de sa poche de training le projet d'une patinoire à l'Arena. Et de nous expliquer sérieusement que lors des matchs de Playoffs, qui se tiendront lors du salon de l'auto, eh bien ces matches auront lieu à Lausanne ou... aux Vernets.

La seule solution est de démolir l'actuelle patinoire des Vernets et d'en reconstruire une plus grande, plus moderne, plus écologique. Au diable son classement! C'est là qu'elle a sa place, facile d'accès, avec des parking, un restaurant. C'est là qu'on l'aime comme on aimait le stade des Charmilles !

Enfin, pour avoir suivi avec passion et fidélité (et avec mon fils Patrick) les trois dernières saisons du HC Servette, je m'en voudrais de ne pas remercier l'équipe et tout le staff pour les exploits accumulés (ah, l'acte 7 contre Fribourg-Gotteron !). Ils en ont tous bavés et de nombreux joueurs ont puisé jusqu'au fond de leur réserve physique, et même plus, pour tenir bon jusqu'au dernier match. Ils ont mérité, hier soir, l'incroyable hommage de leur public. Bien plus que celui de l'officialité réunie hier à midi au Palais Eynard et dont l'absence des élus de la gauche a été remarquée.

Vivement la saison prochaine !

servette.jpg

 

 

 

 

14:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

22 avril 2010

Genève offre ses prestations sociales à toute l'UE

Lutter contre la pauvreté des familles ! Ils travaillent mais leurs revenus ne leur permettent pas de vivre à Genève. 3'000 familles (1) font ainsi partie des « working poor », ces familles traditionnelles, recomposées ou monoparentales dont les fins de mois sont terriblement difficiles. A répétition. Plutôt que de les laisser tendre la main à l'aide sociale, François Longchamp leur propose un système innovant de prestations complémentaires calquées sur celles de l'AVS et AI (PL 10600). Un droit à un revenu minimum pour cette catégorie de la population. Soit 2'075F par mois, multiplié par un coefficient déterminé selon le nombre de personnes composant le groupe familial. Environ 5'000F pour une famille avec 3 enfants. Entre 20 et 30 millions de francs supplémentaires au prochain budget de l'Etat. A mes yeux, ce projet de loi, bien que séduisant sous plusieurs aspects, pose plusieurs questions d'importance telles que celle du principe des salaires de misère complétés par l'Etat ou celle de l'instauration d'un revenu minimum pour une seule catégorie de travailleurs. J'aurai l'occasion d'y revenir plus en détail.

Mais qui sont les bénéficiaires de cette nouvelle subvention publique ? Selon le PL, ces personnes devront avoir leur domicile sur le territoire cantonal, vivre en ménage commun avec des enfants, exercer une activité lucrative et répondre aux autres conditions prévues par la présente loi. Quelles sont donc ces « autres conditions » ? Attester d'une durée de séjour minimale de 5 ans ininterrompue en Suisse ou sur le territoire d'un Etat membre de l'Union européenne ou de l'AELE. En d'autres termes, n'importe quelle famille de la planète, ayant vécut 5 ans dans l'UE, puis s'installant à Genève munie d'un contrat de travail, pourra bénéficier des prestations complémentaires familiales si son revenu n'est pas suffisant selon les critères établis pour les rentiers AVS ou AI. François Longchamp nous a assuré qu'il n'y a aucun danger de voir affluer des travailleurs étrangers provenant de l'UE. Il ne rassure que lui-même. La récente affaire des « frontaliers » contestant l'imposition à la source au nom de la discrimination de traitement est là pour nous rappeler que nous sommes liés pieds et mains à l'Union européenne. Aujourd'hui, toute amélioration de la condition de vie des résidents genevois rendra d'autant attractif notre canton. Genevois : vous avez bien fait de voter pour la libre circulation !

-------------
(1)    Elles étaient 1'700 selon le communiqué de presse du 5 juin 2009 du département de la solidarité et de l'emploi.

 

16:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

17 avril 2010

Stop aux réclames pour lupanars !

venus.jpgDepuis que l'accord sur la libre circulation est entré en vigueur, la prostitution a explosé à Genève. Une personne sur 170 habitants s'adonne à la prostitution dans la Cité de Calvin. 130 salons érotiques, 2'700 prostitués et prostituées. Ce milieu est non seulement celui de la débauche mais aussi celui de la criminalité. (...) la prostitution n'est pas claire dans la tête des gens qui, bourrés d'idées reçues, mélangent la fiction littéraire à la réalité et font voisiner dans un flou artistique les putes au grand cœur et les salopes, les bêtes de plaisirs et les anges dévoyés, les putains respectueuses et les putains respectables. (L'Événement du Jeudi, 10 avril 1986). Faut-il favoriser ce commerce en laissant libre d'accès les panneaux publicitaires ?

Pour les députés UDC, la réponse est non ! Ces publicités réduisent la femme à un objet sexuel et inculquent à nos enfants, dès le plus jeune âge, une image dégradante et mercantile de la femme. Nous proposons donc d'interdire la publicité sur le domaine public pour la prostitution de salon et celle d'escorte en modifiant la loi sur les procédés de réclame.

A cette image dégradante de la femme, mais aussi aux conditions de vie déplorables des prostituées, notre demande devrait trouvé un écho auprès des associations engagées dans la défense de la femme, telle que le Centre de liaison des associations féminines genevoises animée avec brio par Mme Claude Golovine. Nous prendrons contact avec elle. Les députées de tous bords politiques, nous semble-t-il, devraient être sensibles à ne pas aider d'une manière ou d'une autre ces pratiques et donc « réserver un bon accueil au présent projet de loi », selon la formule consacrée. Et puis aussi quelques femmes connues pour leur engagement féministes, telle Mireille Valette. Et d'autres encore. Nous prendrons contact avec chacune d'entre elles

 

23:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

14 avril 2010

Ueli Maurer : à lire entre les lignes

Ueli Maurer est dans le collimateur de quelques politiciens-officiers qui ne se gênent pas pour critiquer publiquement le chef du département fédéral de la défense. Un traitement que n'avait pas connu Samuel Schmid... Lors de la commémoration des 50 ans de la mort du général Guisan, mardi 13 avril, Ueli Maurer lui a rendu un bel hommage. Voici un passage de son discours où l'on pourrait y percevoir quelque allusion à ses détracteurs.

Lire la suite

23:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13 avril 2010

« Le Général » devrait être montré à tous les élèves genevois!

La télévision suisse romande a célébré ce soir le 50e anniversaire de la mort du général Guisan. Parmi les émissions se rapportant à cet anniversaire, le documentaire retraçant la vie d'Henri Guisan et intitulé « Le Général » (diffusé sur la tsr2 à 20h40), était d'une rare qualité. Loin des satires politiques et morales habituelles, cette émission a offert aux téléspectateurs romands une véritable leçon d'histoire.

Mais avant ce documentaire, le journal du 19h30 a donné la parole aux jeunes romands : quel souvenir laisse le général Guisan ? Les réponses à cette question ont montré que dans nos écoles genevoises l'enseignement de l'histoire contemporaine suisse était bien médiocre. Durant ces difficiles années, la figure du général Guisan a illustré l'esprit de résistance à toute forme de totalitarisme qui anima alors les Suisses. Ce chef charismatique est méconnu de la plupart des étudiants. Tout comme le refus courageux de nos aïeuls de céder aux nations belliqueuses et de défendre ainsi notre indépendance. L'année du 50e anniversaire de sa mort devrait être l'occasion de sensibiliser les élèves genevois sur notre histoire durant la Deuxième Guerre mondiale en projetant durant un cours d'histoire l'excellent documentaire de M. Felice Zenoni, « Le Général ». Un devoir de mémoire salutaire et patriotique pour nos jeunes qui ne connaissent de cette période que les critiques obsessionnelles du rapport Bergier.

00:09 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |