09 septembre 2010

L'Etat doit subventionner votre protection privée

 

Elles n'y arrivent pas. Ni la police, ni la Justice ne parviennent à assurer notre sécurité ! Il est bien loin le temps où on laissait ouverts nos voitures à St-Gervais ou à Rive. Il faut donc que nous empoignons nous-mêmes ce problème. Si nous pouvons fermer nos voitures, nous pouvons aussi rendre plus sûrs nos portes et nos fenêtres. Un seul coup d'épaule ou de tournevis ne doit plus suffire pour que les voyous venus des quatre coins du monde s'emparent de nos biens. Il faut donc renforcer nos maisons, nos appartements. Si, d'un côté, cela coûte cher à l'habitant, d'un autre côté, moins de cambriolages signifient moins d'enquêtes pour la police, moins de travail pour les tribunaux. Donc une diminution des coûts. Alors pourquoi ne pas octroyer des subventions cantonales aux particuliers qui s’équipent de systèmes de sécurité? Le droit à la sécurité, qui se doit d'être garanti par l'Etat, n'implique t'il pas que ce dernier s'engage concrètement pour assurer la sécurité de sa population ?

Fort de cette réflexion, j'ai déposé une résolution invitant le Conseil d'Etat à présenter un projet de loi visant à octroyer des subventions aux particuliers qui installent des systèmes de sécurité pour protéger leur domicile (voir texte complet).

 

01:23 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonne idée votre résolution !

Pour votre information, dans certains quartiers, les habitants ont pris en main la protection des personnes et des biens via la Geneva Security Guard, milice citoyenne sans but lucratif.

Écrit par : Audrey | 09 septembre 2010

"Ni la police, ni la justice ne parviennent à assurer notre sécurité !"

En votre qualité de député, donc membre du pouvoir legislatif, pensez-vous que durant ces 6 dernières années vous avez octroyé tous les moyens nécessaires au bon fonctionnement de ces deux entités, pensez-vous que les réforment entreprises ont été judicieuses et améliorent ainsi la sécurité des citoyens, pensez-vous que ces responsabilités là ne sont pas du ressort du Conseil d'Etat, à travers sa gouvernance et ses projet politique ?

Avant blinder vos portes en distribuant de nouvelles subventions, il faudrait renforcer la police et donner de véritable moyens à la justice pour 2011. Mais tout ceci a un coût, et là ...

Meilleurs messages, Walter SCHLECHTEN.

Écrit par : Walter SCHLECHTEN | 09 septembre 2010

Cher minet,

L'UDC a toujours voté tous les crédits destinés à la Police ou à la Justice pour qu'elles puissent assumer son rôle. J'ai été rapporteur de la majorité pour plusieurs projets financiers tels que POLYCOM (31 millions de francs).

Alors oui,je pense que nous avons voté, ces dernières années, suffisamment de moyens financiers. Le budget 2011, présenté par prestations publiques, va nous permettre de nous faire une idée plus exacte des dépenses concernant la sécurité. Les sommes engagées seront présentées en fonction des missions données et des résultats attendus. De quoi jeter un nouveau regard sur la sécurité, son prix et ses résultats à Genève. Et, évidemment, l'on parlera gros sous. Je me réjouis déjà de vous lire!

Amicalement. Eric Bertinat

Écrit par : Eric Bertinat | 09 septembre 2010

Cher Riton,

l'UDC genevoise a quitté il y a trop longtemps la ligne de conduite fédérale du parti. Et pour ce qui est de l'argent, des dépenses et des résultats, là aussi je me réjouis de vous lire, ou de lire la cour des comptes.

Des millions perdus dans des systèmes informatiques, des millions perdus dans une réorganisation virtuelle, et si peu de résultats au final.

Voter des crédits, c'est bien, en assurer le suivi c'est mieux. L'important, en politique comme en gestion, c'est de mettre de l'argent au bon endroit, pour obtenir le résultat attendu, et pas un fiasco organisationnelle et financier.

Et tout n'est pas question d'argent, mais d'investissement, nuance. Un nouvel Hôtel de police, à la hauteur des besoin, aurait dû voir le jour il y a 4 ans, mais à la place on a voulu gagner du temps et "rénover" Carl-Vogt, le pouvoir judiciaire aurait dû recevoir des locaux et voir des postes budgétés il y a deux ans, et là on se retrouve devant la close de nécessité. Mais bon, nul n'est prophète dans son pays.

Cordialement, Walter SCHLECHTEN

Écrit par : Walter SCHLECHTEN | 09 septembre 2010

Monsieur Schlechten,

Le syndicalisme et son aspect fanatique que vous représentez n'est pas mis en accusation dans ce projet de loi !

Etes-vous en train d'affirmer qu'il faudrait, pour une bonne sécurité, un policier pour chaque citoyen ?

Je ne pense pas qu'un "Etat policier" soit votre finalité.

Acceptez-vous de convenir que nous avons trop de délinquants étrangers que la police ne fait qu'arrêter de manière répétitive, au fil de jours, car ils sont remis en liberté sous prétexte qu'on ne peut les refouler ou les expulser?

Convenez-vous également la tendance actuelle est d'offrir tous les "Droits" aux délinquants, ceci au détriment des victimes ?

Le CPS actuel interdit aux citoyens d'utiliser "la légitime défense" en intervenant contre des délinquants "ne commettant" qu'une infraction contre le patrimoine.

Oui, face à la situation actuelle voulue par les partis du "politiquement correct" il nous semble judicieux d'inciter les gens à renforcer la protection de leur patrimoine durement acquis par leur travail.

Dommage, votre argumentation est vraiment courte. Vous nous avez habitués à mieux.

Écrit par : Le Plébéien | 14 septembre 2010

Je pense que la pensée de Walter SCHLECHTEN représente assez bien la pensée générale de la police, à savoir: "la sécurité, c'est nous !".

L'écrasante majorité des policiers que je connais, jettent un regard condescendant sur les agents privés. Peut-être parce que ces derniers renvoient le policier à ses incompétences, à ses échecs et certainement à sa fatuité.

Je trouve que la police n'est pas bonne en sécurité ! Je trouve que pour la police, la sécurité, ce n'est qu'un concept flou, abstrait. Il serait intéressant d'ailleurs d'entendre un policier définir la sécurité. Très certainement que les agents privé en ont une bien meilleure idée. Bien plus concrète, pragmatique, efficace. Le privé devant en tout temps produire l'effet attendu et pas uniquement en période électorale...

Je pense que le pouvoir politique doit mettre sur pied des projets, incluant divers partenaires, pour aider la police à repenser la sécurité, à reconsidérer sa place dans la cité et à mieux se situer dans la "chaîne sécuritaire".

Wax911

Écrit par : Wax911 | 14 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.