04 octobre 2010

Comment est-il possible que des médecins étrangers pratiquent à Genève sans diplôme valable ?

Pour pratiquer à Genève, un médecin doit être au bénéfice d'une autorisation de pratique délivrée par le département des affaires régionales, de l'économie et de la santé (DARES). Ce dernier délivre l'autorisation de pratique que si le requérant possède le diplôme ou le titre requis en fonction de la profession ou un titre équivalent reconnu par le département (art. 75, al. 1 let. a LS).

Toutefois, malgré ces dispositions sans équivoque, des praticiens étrangers exercent la médecine dans notre République sans en avoir le droit. Depuis quelques temps, divers médecins, en parfaite conformité aux lois en vigueur, nous ont fait part de leurs témoignages à propos de ces médecins illégaux et nous ont alerté des risques sanitaires pesant sur les patients de ces derniers.

La véracité de ces témoignages a pu se démontrer lorsque la presse a fait état d'un incident sérieux ayant eu lieu en janvier 2008 et dans lequel une patiente a presque laissé la vie suite à un mauvais diagnostic d'un médecin ne disposant pas d'équivalence pour ses diplômes étrangers. D'après nos sources, ces médecins dépourvus d'équivalence de diplôme exercent principalement dans des structures d'une certaine envergure (permanences, centre médicaux, services d'urgence à domicile).

Ces faits m'ont amené à déposer aujourd'hui une interpellation urgente écrite: Le Conseil d'Etat envisage-t-il de mettre un terme aux activités illégales des personnes exerçant indûment une profession de la santé, y compris de celles employées par des permanences, des centres médicaux et des services d'urgence à domicile ?



13:50 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Tous les médecins qui exercent sur le territoire de Genève doivent avoir une autorisation de pratique.
Les non suisses mais faisant partie de la communauté européenne ont automatiquement leurs titres et spécialités reconnus.
Donc l'autorisation de pratiqué se borne à être sûr que le médecin n'a pas été condamné dans son pays et qu'il n'est pas "frappadingue".
La situation actuelle n'est pas saine je rejoins votre préoccupation.
Comme médecin et collègue député, je soutiens votre intervention urgente.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 04 octobre 2010

Les ennuis provoqués par la libre circulation s'accumulent. Quand donc les citoyens de ce pays s'apercevront-ils que les accords sur la libre circulation ont été très mal négociés ? Contrairement à ce qu'affirmaient leurs égéries, Mme Micheline Calmy-Rey et Mme Doris Leuthard, ces accords ont été baclés, négligeant toutes sorte d'éléments concrets qui se retournent aujourd'hui contre nous. Demandez aux étudiants dont le régime du sytème de Bologne à péjoré leurs conditions d'études... Demandez aux paysans qui doivent aujourd'hui se confronter à des importations de fromages qui ne sont presque plus composés de fromage et qui sont en train de casser le marché...
Il faut aujourd'hui remmettre ces accords sur la sellette, il faut en demander la renégociation selon des principes qui tiennent vraiment compte de notre réalité économique et sociale.

La libre circulation introduite par Mme Calmy-Rey et Mme Leuthard est une véritable honte, elle a été faite sans aucun égard ni véritable mesure de protections pour les habitants de ce pays.

Écrit par : 022 | 04 octobre 2010

Merci pour l'article, j'ai été très intéressé ...

Écrit par : Yvette | 12 octobre 2010

@ Bon Docteur BUCHS

Vous écrivez :

"Les non suisses mais faisant partie de la communauté européenne ont automatiquement leurs titres et spécialités reconnus. Donc l'autorisation de pratiqué se borne à être sûr que le médecin n'a pas été condamné dans son pays et qu'il n'est pas "frappadingue".La situation actuelle n'est pas saine je rejoins votre préoccupation."

Votre observation n'est pas claire.

Qu'est-ce qui n'est pas sain ? La reconnaissance des diplômes européens ou le fait que certains médecins qui n'auraient pas de diplôme du tout exercent, comme le dénonce Monsieur Bertinat ?

Je vous signale que la Suisse manque de médecins. Récemment un simple péquin avec assurance de base n'a pas pu trouver un spécialiste à Genève, sauf en fin de compte un Allemand, avec des diplômes allemands ... horreur ! .....Parallèlement j'ai joué le client fortuné (assurance ONU qui rembourse généreusement plus que l'assurance de base) et j'ai pris rendez-vous chez un spécialiste dans la journée.

La libre circulation des vrais médecins, comme cet allemand aux titres plus sérieux que nombre de nos médecins, est au contraire un bienfait pour notre pays.

De plus, elle est de nature à faire baisser les prix excessifs des médecins.

Evidemment je ne parle pas des charlatants que dénonce Monsieur Bertinat.

Votre amalgame médecin charlatant/européen est répugnant. Il ne vise qu'à préserver votre possibilité de surfacturer.

Écrit par : CEDH | 12 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.