06 avril 2011

Débat sur Léman bleu : la culture de la peur

cartouche.bulletin.de.vote.jpgSes yeux couvrait bien 270° pour l'occasion. Un exploit. Après avoir posé sa question sur la « culture », Pascal Décaillet fut pris d'un doute affreux, presqu'existentialiste. - Ai-je été entendu ? Pour un homme de radio et de télévision, c'est terrible ! Ou alors ai-je été victime d'une panne de son ? Ou encore y a-t-il eu une nouvelle révolte nord-africaine qu'Eric Stauffer ne m'aurait pas annoncée ? De leurs cotés, les candidats semblaient tous avoir des problèmes avec un fil qui dépassait de leur costume ou pour Madame Salerno, quelques peluches accrochées à son écharpe jaune pâle. Soli Pardo préférait contempler le plafond. Ce qui attira bien évidemment mon attention. Seule Florence Kraft-Babel, ma courageuse colistière-à-sens-unique frétillait à l'idée de répondre. Tourisme et culture sont pour elle ce qu'est Joseph Gorgoni à Pierre Naftule. Inséparables. Arrivant juste à la hauteur de la table, on ne la vit pas. C'est bien dommage.

- Et la culture ? Le journaliste  répéta sa question, baissant le ton, comme un peu honteux: - Quel candidat veut traiter de la culture? Puis reprenant de la voix, il rappela, à toute fin utile, que tout de même, 200 millions sur un budget d'un milliard, c'est beaucoup ? Non ? Vraiment personne ?

Pauvre Pascal Décaillet ! Mardi 5 avril, la culture, tes candidats, ils s'en foutent. Car leurs électeurs s'impatientent. Et il ne reste plus que quelques jours pour leur vendre de la sécurité, des logements, de la circulation, de la traversée de la Rade et du CEVA, du discours anticapitaliste (plus très frais !) et des promesses d'apocalypses fiscales (deux pour une !). Oui, tout doit disparaître avant le 17 avril. Même mes gratte-ciel. Pourquoi pas ? Et aussi des manifestations communautaristes chères au candidat portugais du MCG.

La culture ? Ce n'est pas porteur, mon bon Pascal. Reparlez-en dès le 7 juin, le lendemain de la prestation de serment des élus. Tel Malraux, ils vous répondront unanimement (ce qui fera plaisir à Michel Chevrolet) : - la culture ne s'hérite pas, elle se conquiert. Et comme ce soir, les seules envies de conquête étaient celles de l'audimat...

- Mais quand même, la culture ? 200 millions sur un budget de un milliard, ce n'est pas rien...

 

00:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.