03 mai 2011

Chômage : la question des députés UDC qui dérange

Comment se fait-il qu'en 2010, alors que 1'300 emplois ont été créés en 2010, 3'136 frontaliers ont trouvé une place de travail à Genève ? Comment ces mêmes Européens résidants hors de Genève ont-ils pu trouver la porte grande ouverte auprès des employeurs établis dans notre canton alors que 16'000 personnes sont au chômage et que plus de 20'000 personnes sont en recherche d'emploi ? Qui se moque de qui ? La population genevoise est trahie à la fois par ses responsables politiques et par un patronat qui ne tient pas ses promesses faites en 2008 lors de la campagne de votation pour une nouvelle loi contre le chômage, à savoir recruter prioritairement des travailleurs du lieu.

Les députés UDC ont donc déposé le 23 mars dernier une interpellation urgente écrite (IUE 1187) demandant des explications au Conseil d'Etat : « L'Office cantonal de l'emploi envisage-t-il de redoubler ses efforts afin d'intégrer les demandeurs d'emploi genevois au marché du travail et ainsi faire baisser le taux de chômage, plutôt que de laisser des travailleurs frontaliers accaparer les emplois? ».

Avant d'apporter réponse, l'exécutif semble préparer le terrain. Ce qui expliquerait la conférence de presse du Conseil d'Etat donnée hier pour appeler « à la préférence cantonale », une démarche qui n'aurait pas déplu, voici quelques années, à Jean-Marie Le Pen lui-même. Employeurs publics et privés sont à mettre dans la même barque. L'Etat et aussi la Ville de Genève, parce qu'ils se permettent d'engager des frontaliers sans même passer par la case « Office cantonale de l'emploi ». Un Conseil d'Etat soudainement tout frétillant qui remet la compresse aujourd'hui avec la Ville de Genève et le choix de Sandrine Salerno pour sa médiatrice culturelle française, décision que je dénonçais dans mon blog daté du 29 mars dernier. Il n'y a pas, semble-t-il, que ce triste exemple en Ville de Genève: n'y a-t-il pas parmi les agents municipaux l'un d'entre eux qui retourne chez lui, chaque week-end, à Paris?

Les Genevois ont acceptés les accords sur la libre circulation (plus de travail !) puis la convention de Schengen et Dublin (plus de sécurité !) en croyant aux promesses de la gauche, du centre, de la droite et du patronat. L'UDC a été le seul parti national à s'y opposer, à se montrer clairvoyant sur ces sujets. Genevois, il faudra s'en souvenir dans quelques mois et ne pas réélire tous ces équipages politiques défaillants, incapables de prendre les mesures adéquates après avoir entraîné la population dans ce dérapage incontrôlé. 1'300 nouveaux emplois, 3'136 nouveaux frontaliers : cherchez l'erreur et les coupables !

 

23:53 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur Bertinat,
'
'
IMAGINEZ !

IMAGINEZ CELA !


Demain, les journaux annoncent que l’Allemagne ouvre ses frontieres et donne le droit de travailler a 5.2 milliards d’etrangers pauvres, que la Fance ouvre les siennes et fait de meme avec 4.2 milliards de pauvres et l’Italie avec 3.8 milliards.

Une semaine apres je vous garantie sur facture que le peuple allemand re-ouvrent les camps de concentration, les gaulois passent tout le monde a la guillotine et les italiens donnent a bouffer toute cette concurrence aux lions dans leurs arenes romaines.

Vous avez vu comment les europeens se rejettent les 20'000 tunisiens debarques a Lampedusa ?

Pourquoi 5.2 milliards pour l’Allemagne, 4.2 milliards pour la France et 3.8 milliards en Italie ?
C’est pour vous faire comprendre avec des exemples proches ce que represente pour la Suisse d’avoir ouvert le pays aux 500 millions d’europeens de l’Union Europeenne via les bilaterales.

Et les suisses dans la realite des bilaterales ? Les suisses se retrouvent au chomage et souffrent en silence…

Mais la colere monte et j’entends au loin les voulges qu’on aiguise.

Écrit par : Anonyme | 04 mai 2011

héhé Mister Anonyme,
Ca fait longtemps que qqn ne m'avais surpris par ses commentaires...
Piquant, factuel, efficace, imagé, original et drôle
:-))

email: leowinkelried@gmail.com

Écrit par : Lee Ramirez | 04 mai 2011

Cela pourrait-il avoir un lien avec le fait que quelques milliers de résidents genevois déménagent en France voisine chaque année? Parmi eux, des Suisses, comme vous il y a quelques années, mais aussi des Français et des Européens... Qui du coup deviennent de nouveau frontaliers.

Écrit par : Séraphin Lampion | 04 mai 2011

Moi, ce qui me dérange surtout M. Bertinat, c'est que, lors des débats parlementaires à Berne, personne, et surtout personne personne de l'UDC n'avait soulevé ce problème évident qu'allaient connaître les cantons frontaliers.

Passe encore que les conseillers nationaux des partis favorables aux bilatérales l'aient mis sous le coude.

Mais on se demande à quoi cela a servi aux Genevois d'élire André Reymond et Yves Nydegger, qui n'ont rien fait pour Genève et n'ont jamais tiré la sonnette d'alarme.

André Reymond passe son temps à parler de l'énergie nucléaire qu'il trouve formidable.

Yves Nydegger passe le sien à se mettre en valeur en en faisant le moins possible, à être le plus absent des conseillers nationaux.

DOnc vos questions sont légitimes, mais si elles existent c'est parce que les votres n'ont pas fait leur travail à Berne.

Je prévois un automne malheureux pour l'UDC de Genève, qui a envoyé à Berne deux personnes auxquelles le problème des frontaliers avait totalement échappé.

Écrit par : J.-L. Masson | 04 mai 2011

Du travail pour les frontaliers,le chomage pour les résidents,voilà ou nous en sommes à genève,vous avez raison,la colère monte,que nos Autorités réagissent le plus vite possible.

Écrit par : chauffat albert | 04 mai 2011

Pourquoi ne pas soumettre au peuple une nouvelle initiative ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04 mai 2011

Vous avez oublié de compter les Vaudois qui eux ne laissent pas 20% de leur salaire sur Genève.
Assez sectaire comme récation

Écrit par : phiphibandit | 04 mai 2011

@ J.-L. Masson. Merci de l’intérêt que vous portez aux autorités fédérales, dont les genevois se sentent d’ordinaires si éloignés, la réciproque étant par conséquent tout aussi vraie. Comme vous le relevez à juste titre, les Chambres fédérales sont seules compétentes en matière de traités internationaux et donc responsables des effets de la libre circulation sur un canton de comme celui de Genève. Vos remarques gagneraient toutefois en force et en intérêt si vous vouliez bien vous montrer un tout petit peu moins injuste à l’égard du seul parti de l’hémicycle fédéral qui a combattu la libre circulation, seul contre tous, à ses frais et sans baisser la garde depuis plus de vingt ans. L’UDC a été et est encore seule à Berne à annoncer et à dénoncer les conséquences socialement négatives de la libre circulation, notamment sur les cantons frontières qui ont été, comme nous le prédisions, ses premières victimes. Je comprends votre amertume face à la classe politique, et je la partage : la gauche et la droite ont été et restent les détaillants d’un même grossiste, l’Europe. A Genève, l’UDC n’est plus seule sur ce thème mais a été la première. Et s’il est vrai que les conseillers nationaux UDC genevois sont peut être un peu moins bruyants à Berne que certains concurrents le sont à Genève, ils ont toutefois l’avantage décisif d’y être. Et de participer ainsi à l’action au seul endroit et à la seule échelle qui vaille : nationale. En prenant le temps de consulter les rapports du parlement vous apprendrez par ailleurs que ni la paresse ni l’absentéisme ne sont, en comparaison de leurs collègues, les termes qui cadavérisent le plus honnêtement le travail fourni par les UDC genevois, tant sur le plan du labeur parlementaire (commissions et plénum) qu’en terme de présence publique. A bon entendeur. Et surtout : à cet automne !

Écrit par : Yves Nidegger | 04 mai 2011

@ M. Nidegger: Vous avez beau jeu aujourd'hui, et comme d'habitude, de vous poser en défenseur de la veuve et de l'orphelin, alors que, contrairement à ce que vous dites, les bilatérales ont été lancées par Blocher en 1992 et que votre parti les a soutenues en votation jusqu'en 2002, avant de retourner sa veste pour des raisons électoralistes...

Quant aux chômeurs, il est aussi bien tard pour vous de vous mettre en avant, alors que votre parti a soutenu la dernière révision de l'assurance chômage en votation. Bref, arrêtez votre double-jeu sur ces questions, et assumez vos positions au lieu de vous poser en victime.

Écrit par : Dom | 05 mai 2011

Les commentaires sont fermés.