10 août 2011

Université d'été - ASIN : mise en bouche (1)

Plutôt rare dans le paysage suisse, mais pas pour autant complètement absente, l'Université d'été annonce l'arrivée de l'automne, et vous donne rendez-vous pour préparer la reprise de l'agenda politique. Bien moins formelle qu'une assemblée générale, beaucoup plus détendue qu'une conférence, l'Université d'été est un entraînement et une détente avant la rentrée parlementaire et les premières votations de septembre. Sans oublier les élections nationales. L'ASIN n'étant pas un parti politique, l'idée d'organiser une Université lui a semblé bienvenue dans le contexte économico-politique actuel. « L'Europe contre l'Union européenne » sera le thème général. L'un de nos conférenciers, Jean-Yves Le Gallou est diplômé d'études supérieures de sciences économiques et de l'Institut d'études politiques de Paris, fondateur du club de l'horloge. Membre du Comité directeur du Parti Républicain (1982), secrétaire général du groupe Front National à l'Assemblée Nationale de 1986 à 1988, délégué général du Mouvement National Républicain (MNR) de 1999 à 2002, conseiller municipal de Colombes de 1989 à 2001 et conseiller régional au Conseil régional d'Ile-de-France. Il fut également député français au Parlement européen de 1994 à 1999. Jean-Yves Le Gallou nous apprendra tout sur « La novlangue de l'Union européenne ». Voici, ci-dessous, un petit résumé du texte qu'il vous présentera.

La meilleure analyse de la situation politique de l'Europe contemporaine se trouve chez Georges Orwell. Dans 1984 cet auteur britannique décrivait prophétiquement un régime totalitaire qui contrôlait la population en appliquant quatre règles :

- une télévision perpétuellement allumée ;
- une histoire révisée en permanence en fonction des intérêts idéologiques et politiques du moment ;
- la diabolisation des opposants ;
- l'usage d'une Novlangue, c'est-à-dire la manipulation du vocabulaire à des fins politiques pour cacher les réalités déplaisantes et imposer les visions du régime.

Et bien ce goulag mou, ce « moulag », nous le connaissons aujourd'hui en Union européenne. Son vocabulaire officiel repose sur une triple pratique :

- D'abord la disparition de certains mots ; les « mots tabous » totalement absents des textes officiels et que nul ne doit utiliser car ils sont frappés d'interdit : frontières, peuples, identité, référendum.
- Ensuite l'usage massif du beau parler européen, les mots fétiches de la Novlangue européenne, ces « mots trompeurs » dont le sens a été changé : démocratie (conçue comme un ensemble de valeurs, non comme une procédure de choix par le peuple), citoyen (à qui on prétend donner des droits individuels pour mieux retirer ses droits collectifs), valeurs (liées au politiquement correct et déconnectées de toute histoire), Etat de droit (c'est-à-dire pouvoir absolu des juges constitutionnels et des juges internationaux).
- Enfin le recours aux « mots sidérants » pour imposer le déni de réalité, le déni de cohérence et le déni de débat : quiconque ne pense pas comme il faut se voit qualifier d'être « europhobe, xénophobe, nationaliste, populiste, voire d'extrême droite ».

Pour être complet, il faudrait ajouter que le vocabulaire des institutions européennes est incompréhensible pour quiconque n'est pas un expert des institutions européennes :

- le gouvernement européen porte le nom de Commission ;
- ce qu'on appelle Conseil des ministres n'est pas un gouvernement mais une chambre haute;
- ce qu'on nomme Parlement n'est qu'une chambre basse doublée d'une agence de normalisation ;

-enfin les directives sont des lois cadres et les règlements des lois simples.

Cet embrouillamini langagier présente un formidable avantage : dans chaque pays les gouvernements et les majorités se permettent de critiquer vertement les décisions qu'ils ont eux même votées à Strasbourg et à Bruxelles ! Une formidable tromperie de l'électeur qui marche depuis plus de trente ans !

La suite ? Elle vous sera offerte samedi 27 août 2011, à 17h, au Sentier (Vallée de Joux)
> notre prospectus

 

07:30 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ouf je me sens mieux après vous avoir lu,je me disais aussi quel langage nous sert- on afin de mieux nous embrouiller l'esprit!

Écrit par : lovsmeralda | 10 août 2011

Les commentaires sont fermés.