23 septembre 2011

Frontières : le principe de l'entonnoir plutôt que celui de la passoire

Pas assez de gardes-frontière. Trop de possibilités de franchir la frontière genevoise, de petits passages, de petites routes qui permettent de passer discrètement la frontière. Muni d'un GPS n'importe quel criminels passe de nuit et dans n'importe quel condition météorologique notre frontière. Dans les deux sens, évidemment. Comment remédier à ces carences ? Plusieurs solutions sont envisageables. L'accroissement des effectifs douaniers, évidemment. Malheureusement, ce n'est pas pour demain. Au contraire. L'arrivée à la retraite de très nombreux gardes-frontière, malgré quelque velléités bernoises de renforcer les effectifs, affectera durement le travail du Corps ces prochaines années. Reste les 77 chemins carrossables, permettant le franchissement de la frontière en voitures. Sur ces 77 accès, certains ne sont jamais ou rarement empruntés, de sorte que leur fermeture ne serait pas susceptible d'engendrer des difficultés de circulation ou un report de trafic insupportable. La fermeture de ces routes et chemins carrossables - hors des routes douanières - permettrait aux gardes-frontière d'atténuer quelque peu l'ampleur de leur difficile tâche et d'augmenter la couverture aux autres points de passages. C'est la proposition que fait le groupe des députés UDC en déposant une motion, cosignée par de nombreux parlementaires du PDC et du PLR.

 

17:47 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Prions pour que cette motion soit rejetée vigoureusement, parceque si c'est le cas, bonjour les embouteillages supplémentaires contrairement à votre analyse. Il y a tellement d'autre possibilités comme fermer ces petites douanes la nuit seulement ou simplement collaborer avec les français pour renforcer les contrôles sur les grands axes (Lyon, Annecy, Annemasse, Bellegarde).

Écrit par : eric | 23 septembre 2011

Excellent projet, la situation devient intolérable pour les résidents genevois habitant près de la frontière. La nuit, tous les chats sont gris, c'est pourquoi bloquer des accès incontrôlés peut s'avérer judicieux. Quant aux contrôles effectués par les français, ils sont quasi inexistants. La preuve, à la suite de nombreux braquages de banques et de postes ou de pillages d'habitations et de commerces, y compris en Ville, les criminels n'ont jamais été interceptés par nos chers voisins français.

Écrit par : Mygalon | 23 septembre 2011

Il faut vraiment méconnaître l'histoire genevoise pour faire une telle proposition. Le congrès de Vienne, en 1815, a délimité la très longue frontière actuelle. Dans leur très grande sagesse, les traités internationaux ont prévu justement que tout devait être mis en oeuvre pour faciliter le passage... cette proposition de l'UDC est vexatoire pour les Genevois par rapport à leur histoire et à celle de leurs voisin et amis.

Écrit par : yvan-pierre chabloz | 23 septembre 2011

Depuis le Traité de Paris en 1814 et celui de Vienne en 1815 il y a poutant eu quelques changements ! La Savoie a été annexée en 1860 par la France et d'essentiellement agricole toute la région suburbaine est devenue une vaste et complexe cité dortoire. Il y a quelque 50 ans, on disait déja en Faculté qu'Annemasse et Saint-Louis étaient les villes les plus criminogènes de France. A plusieurs reprise j'ai vu quelques gardes-frontières a la Gare des Eaux-Vives mais jamais a Ambilly ou a Chancy. Mutatis mutandis,cette proposition de l'UDC, qui n'a pas eu besoin de se rendre a New York pour consulter, ne manque pas de sagesse dans la lutte contre la criminalité galopante dont souffre Genève

Écrit par : Zonien expat | 23 septembre 2011

Tout à fait d'accord, il y a bien trop de passage ouverts, ce qui rend le travail des gardes-frontières dérisoire. Il faut orienter les véhicules sur de grands axes routiers avec des caméras de surveillance à l'appui.

Tant pis pour les bouchons supplémentaires, cela contribuera à pousser les pendulaires à utiliser les transports en public.

Il ne s'agit pas de bâtir un mur autour de Genève mais d'améliorer la sécurité des citoyens sans oublier de rappeler que 99% qui franchissent la frontière n'ont rien à se reprocher. D'où les contrôles ciblés.

Écrit par : hawaiien | 24 septembre 2011

Ce qui soulève un point qui me choque
et reste planté pire qu'une écharde dans le pied :

>n'avons-nous donc aucune organisation responsable de la sécurité transfrontalière, depuis application de cet espace Shengen?

>n'y a-t-il rien d'autre entre CH & pays frontaliers, que qq escouades de gardes frontières rabougries, pour assurer en solo côté Suisse, le trafic interfrontières?

où pendant ce temps, les maires des communes françaises avoisinantes ont fermé, les uns après les autres,
- tous postes de police / gendarmerie stationnés le long des frontières,
- leurs postes de douanes & gardes de frontières,
- et regroupé leurs postes de sécurités dans des postes de commissariats "3en1", en centres d'agglos, loin des frontières

commissariats où les particuliers suisses ou français, victimes de vandalisme, agressions & autres accidents, ne peuvent même plus y déposer plainte sans se faire rejeter, ou rabrouer pour vouloir le faire

Sachant que depuis 1994 existe une gestion transfrontalière, avec participations & financements suisses, pour le développement, le réaménagement des

- transports transfrontaliers, voiries, habitats, des eaux & déchets
en zones frontalières,

avec pour le moins une dizaine d'organismes côté français, complets avec élus et fonctionnaires payés,

- comme "la communauté de communes du Genevois" où, avec ses dettes & emprunts toxiques de 4 486 000 €, siège Antoine Vieillard.

Une idée / un besoin,
serait une architecture de la sécurité suisse fédérale & cantonale, incluant l'organisation de la sécurité en zones frontalières - avec les douanes CH et Françaises, les gendarmeries et polices frontalières concernées.

Écrit par : edouard | 24 septembre 2011

Il n'y vraiment rien de vexatoire pour les Genevois que de voir 70 chemins murés pour empêcher le passage de voitures qui n'ont rien à faire à ces endroits... Excellente mesure!

Écrit par : Poutine | 24 septembre 2011

@poutine,
faut-il en premier comprendre votre pseudo
avant votre commentaire?

Écrit par : edouard | 24 septembre 2011

Ingérable, voici la situation de la circulation des pendulaires.
Il est inadmissible de voir les indisciplinés de la route se croire tout permis et transformer nos quartiers en zone de transit.
La plupart de ces automobilistes et scouteristes ne respectent pas les signalisations et se moque bien des municipaux et des policiers.

Quand on a le malheur, petit résident mouton genevois de se plaindre auprès de la police, celle-ci ne fait rien ou pire répond que tant qu'il n'y a pas d'accidents elle ninterviendra pas.

Entre les pendulaires avec leurs véhicules ventouse et les fou du volant beaucoup de communes deviennent invivable de nuit comme de jours.

Oui à la fermeture de certains postes de douanes ou routes à trafic toléré .

Malgré les prix dérisoires que paient les frontaliers pour les abonnements P&R par rapport aux résidents genevois, sans obliger les pendulaires a prendre les transports publique cela restera ingérable et en augmentation chaque année en vue du nombre de suisses partants s'installer en France et au nombre toujours plus grand de travailleur de la zone euro venant en Suisse.

Avec l'absence totale d une police répressive pour
Les causes que l on connais, les gens se prennent des droits et le résultat c'est la règle du non-droit sur les routes.

Les politiques auront une responsabilité le jours ou un enfant se fera tuer dans des zones riverain ou résidentielle par ces criminels du volant voulant gagner 5 minutes pour rentrer chez eux

La politique de mobilité est la uniquement pour punir les résidents genevois et leur prendre toujours plus d'argent , pour qui ? pout subventionner les pendulaires.

Priorité aux résidents genevois et pour ceux qui on fait le choix de venir en Suisse travailler ils n'ont qu a sadapter et faire la queue dans les bouchons , au moins ils ne rouleront plus comme des fou.

Écrit par : Razlebol | 28 septembre 2011

Preuve a été faite encore une fois que la ville est le terrain de non droit pour tout les alcooliques et fou du volant.
Avec la politique laxiste de la gauche de ce canton depuis des années a se soucier des répercussions sociale pour les délinquants de faire un séjour en prison au lieu de se preocuper des honnêtes citoyens, plus personne ne respecte et ne craint la police ou les gardes-frontières.

Il est surtout temps de virer les chefs et les officiers incompétent qui ne savent rien décider sauf punir et dégouter les agents de terrain qui essaient de faire le mieux possible leur travail avc des supérieur lâches et ne se preocupant que de leurs salaires et de leurs avantages.

Il est grand temps de mettre Geneve sous tutelle financière et secrétaire

Écrit par : Thonesien | 09 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.