04 octobre 2011

Sécurité : faut-il accorder 1,3 milliard de francs à Madame Rochat ?

Evidemment, quand c'est un copain qui subit un cambriolage, cela touche toujours un peu plus. Cela rend plus proche l'agression qu'il a subit. Le braquage de ce matin chez l'horloger-bijoutier Antoine Prezusio, avec qui j'ai suivi l'Ecole d'Horlogerie, me rend encore un peu plus fâché devant l'insécurité qui règne à Genève. Fâché contre les voyous. Mais aussi fâché contre la gabegie du département présidé par la libérale Isabel Rochat. Au Grand Conseil, nous n'arrêtons pas de voter des crédits et des dépassements budgétaires. Pour engager plus de gendarmes. Pour construire plus de places de prisons. Pour équiper de moyens modernes la police. 1,3 milliards de francs aux comptes 2010. Et le prochain budget continue d'augmenter avec 66 nouveaux postes. Pour quels résultats ?

Toujours là pour montrer leurs muscles, les libéraux genevois nous ont refilé deux magistrats proches de l'incompétence. Avant 2009, ces mêmes libéraux aimaient critiquer le socialiste Laurent Moutinot. Et puis quoi ? Il a été remplacé par une libérale. Et rien - ou presque - n'a changé. La criminalité augmente dans des proportions invraisemblables et nous entendons toujours le même discours, les mêmes statistiques ronflantes, les mêmes excuses. Nous voyons des gendarmes courir de long en large notre canon, toute sirène gueulante, à la poursuite des malfrats pour qui l'absence de frontières facilite la vie. Nous voyons des citoyens faire le poing pour se débarrasser des joueurs de bonneteaux ou avoir recours à une police privée pour se protéger. Nous voyons les touristes étrangers éviter notre canton parce qu'ils ont peur. Nous voyons le bordel qu'il y a le soir au collège Voltaire, aux abords de l'Usine ou au Rond-Point-de-Rive.

Faut-il continuer à donner à Dame Isabel des centaines de millions de francs pour si peu de résultats ? Soit elle est incapable de diriger son département, soit c'est la cheffe de la police. Mais l'une d'entre elle doit disparaître rapidement du paysage genevois pour qu'il y ait du changement.  En l'état, je ne voterai pas le budget de ce département!

 

14:54 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pourquoi "les libéraux genevois nous ont refilé deux magistrats proches de l'incompétence". Les faits montrent qu'ils n'en sont pas proches, en plein dedans. On peut carrément utiliser l'expression "deux magistrats d'une crasse incompétence". Je croyais que l'UDC n'avait pas peur d’utiliser les mots justes quand il fallait... Encore trop de respect pour le PLR, sur lequel l'UDC s'aligne d'ailleurs au Grand conseil, par cette retenue verbale ; vous faites le lit du MCG, qui, lui, sait frapper avec les mots justes.
Je me vois vraiment mal voter pour un parti qui ne décrit pas, comme ils le méritent, le savoir non-faire de ces deux magistrats.l

Écrit par : J.-L. Masson | 04 octobre 2011

J.-L. Masson

Laissez au moins à l'UDC le mérite de faire des propositions en matière de sécurité, sans parler du soutien que ce parti apporte au PLR et aux Verts tendance libéral sur le plan économique. Mon voisin de bureau a lui aussi fait son apprentissage avec Messieurs Bertinat et Prezusio. Lui aussi est en colère pour soutenir son ami qui est victime pour la troisième fois d'un casse dans son commerce. Lui, est policier et trouve aussi qu'il est décourageant de faire son métier avec autant d'incapables aux échelons supérieurs. L'Etat doit aussi urgemment dégrossir un mamimum le nombre de petits chefs surpayés et totalement incapables d'assumer leur fonction. Stop au copinage ! J'ai des exemples multiples au département des finances où les petits chefs n'en savent beaucoup moins que leurs subordonnés. A la Justice et à la Police idem ! Merci M. Bertinat de mettre en évidence toutes ces lacunes étatiques car vous le faits mieux et de manière plus intelligente que le MCG. Signé: un ancien de gauche qui a décidé depuis peu de voter UDC.

Écrit par : Geniès | 04 octobre 2011

Voici une attitude typique UDC. On hurle au loup sur les problèmes sécuritaires, réels à Genève. Et lorsqu'il y a une possibilité de se doter des moyens d'agir, on dit non. Belle cohérence, grande stupidité.

Écrit par : Déblogueur | 04 octobre 2011

@déblogueur. Voici des années que je dépose des projets pour accroître la sécurité à Genève. Police et gardes-frontière ont été des thèmes que j'ai défendu. Mon rôle de député ne peut pas aller plus loin, c'est au Conseil d'Etat d'assumer son rôle. Il me reste cependant la possibilité de marquer ma désapprobation sur un département par un vote négatif de son budget. Comme une dernière cartouche...

Écrit par : Eric Bertinat | 04 octobre 2011

@ Eric Bertinat,

De toute façon les moyens resteront insuffisants, si l'on ne révise pas le code pénal qui est au niveau fédéral. A quoi bon arrêter plus facilement des délinquants ou des criminels grâce à des effectifs policiers plus nombreux si au final ce ne sont que des jours amendes avec sursis qui sont prononcés par les juges?

D.J

Écrit par : D.J | 04 octobre 2011

Tout n'est pas question d'argent, mais de l'usage qui en est fait, et là des questions se posent car si les principales priorités ne sont pas dans les objectifs utiles attendus par le peuple, c'est que fausse route il y a, c'est que gaspillage il y a, c'est que mauvais choix il y a, et pour l'instant, comme simple électeur, moi je n'ai rien vu venir de très positif !

Ne dit-on pas le temps c'est de l'argent, mais là le temps passe vite !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 04 octobre 2011

Zappelli en premier lieu devrait montrer l'exemple et démissioner, avant Bonfanti et Rochat !

Écrit par : Victor Winteregg | 04 octobre 2011

On va encore me traiter de "macho" mais je m'y risque quand même: ce qu'il faut à Genève, c'est un HOMME à poigne au Département de la Police et un HOMME à poigne comme Chef de la police à Genève. Personne n'ose le dire haut et fort !

Silence dans les rangs ! Du temps de MM. Guy Fontanet et Bernard Ziegler, ça marchait beaucoup mieux. (Le laxisme et le Bronx se sont installés à l'arrivée de M.Moutinot.) C'est vrai qu'il existait encore une frontière (filtrante et non un mur de Berlin ou de Gaza) pour protéger Genève. Depuis Schengen, on est envahi.Je viens de voir un petit film très convaincant de la députée C. Amaudruz qui promet de s'engager en priorité pour combattre la violence dans nos villes si elle est élue à Berne. Vous voyez bien que je ne suis pas contre les femmes ! Bon vent à notre députée et songeons vraiment à changer la direction politique de la sécurité au Conseil d'Etat et cherchons d'ores et déjà (avant la fin de la législature ) UN chef de la police, capable d'être respecté par ses hommes et capable de les remotiver !

Je me rends compte que ma proposition est politiquement incorrecte. Quand il y a péril en la demeure, osons dire, comme dans La Tunique de l'Empereur (A. Andersen): "Le roi est nu " !


http://www.youtube.com/watch?v=8qYrxFPwQVU

Écrit par : Martin Tamar | 05 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.