11 octobre 2011

Copinage en Ville : Rien de neuf

Pierre Maudet s'est exprimé devant le Conseil municipal suite aux révélations de dysfonctionnements graves de la part des ressources humaines de la Ville et qui ont occupé les médias ces derniers jours. Un magistrat embarrassé, pressé visiblement de tourner la page. Trois décisions sont annoncées. Premièrement, le CA reconnait les dysfonctionnements relevés par la Cour des comptes. Mais pas ceux révélés par Gauche Hebdo ou Le Courrier. Sur ceux-là, pas un mot. Deuxièmement, le CA entamera sans attendre une analyse détaillée du processus de recrutement, Cour des comptes oblige. Troisièmement, éditer une directive claire. Comprenez que la directive actuellement utilisée n'est pas claire... Ces promesses de jours meilleurs ne règlent aucunement le manque de retenue de Sandrine Salerno qui a beaucoup de peine à endosser l'habit de magistrat. Peut-être ne s'est-elle pas rendue encore compte que l'extrême-gauche comme la droite l'ont mise sous haute surveillance. Les déclarations purement administratives du magistrat radical n'y changeront rien.

18:06 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour calmer la nervosité de grands esprits municipaux, le Maire est venu collégialement au secours de Sandrine Salerno, rien de plus. Ce n'est que la pointe de l'iceberg.

Écrit par : Monoeil | 11 octobre 2011

Surtout pas un mot de l'affaire Valérie Garbani.
Salerno récidive, persiste et signe !
Votez UDC !

Écrit par : Victor Winteregg | 12 octobre 2011

Pourquois Monsieur le Maire Pierre MAUDET prend la dèfence de Mme SALERNO,elle est assez grande pour le faire elle mème,la collègialitè a des limites.

Écrit par : Chauffat Albert | 12 octobre 2011

Laissez donc Valérie Garbani en paix !

Occupez vous de Patrice Muzy qui est également dans le collimateur de la Cour des comptes. Il est vrai qu'il est un peu de votre bord, non ?

Écrit par : Hypolithe | 12 octobre 2011

POurquoi ne faudrait-il pas parler de Mme Garbani, engagée à titre humanitaire par Mme Salerno ? Y aurait-il des zones "taboues" dans la gestion municipale ? Vous voulez la transparence ? Vous l'aurez voulu en regrettant de ne pas avoir rebouché la bouche d'égout après l'avoir soulevée.Des relents méphitiques s'en dégagent, à lire la presse,pourtant peu critique.

Écrit par : Paul Pernet-Strauss | 14 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.