14 novembre 2011

On prend les mêmes et on recommence

La crise actuelle est-elle autre chose que le résultat de la politique imposée depuis les années 1980 par des institutions comme l'Union Européenne et les structures qui l'ont précédée? Sur l'Italie, Le Figaro annonce "un gouvernement resserré et technique". Mais en quoi consiste la "technique" de ces prétendus "experts"? Est-ce autre chose que la collection de lieux communs récurrents, présentés comme consensuels, qui ont ruiné les pays européens? Car c'est sans doute l'aspect le plus inquiétant de cette situation: l'incapacité, de la part de ceux qui nous gouvernent, d'appliquer dans la pratique autre chose que la "bonne vieille" politique des trois dernières décennies qui a conduit à la débâcle des années récentes. C'est précisément de ce point de vue, que le recours à des "spécialistes" influents liés à la Commission Trilatérale et au groupe de Bilderberg apparaît particulièrement parlante.

Le 14 novembre, Radio Chine Internationale (RCI) écrit entre autres : "La plupart des Grecs soutiennent le nouveau gouvernement de coalition", se référant aux sondages diffusés par la presse grecque à propos du gouvernement que vient de former Lucas Papademos. S'agissant de l'Italie, Les Echos commente "Mario Monti, un technocrate sobre et intransigeant". Précisons que MM. Monti et Papademos sont les deux des membres de la Commission Trilatérale, dont le premier préside la branche européenne. Très lié à l'Union Européenne et président honoraire du think tank Bruegel, Mario Monti est également membre du comité de pilotage des rencontres de Bilderberg.

Dans une présentation d'il y a deux ans, Mario Monti apparaît comme conseiller de Goldman Sachs et de Coca Cola. Lucas Papademos fut de son côté vice-président de la Banque Centrale Européenne (BCE). La semaine passée, du 11 au 13 novembre, la réunion européenne de la Commission Trilatérale a eu lieu à la Haye. Une dépêche Romandie News/AWP du 14 novembre commente d'emblée "Grèce: Papademos définit lundi sa feuille de route dictée par l'UE et le FMI". Atlantico interroge : "Le nouveau gouvernement grec va-t-il achever l'Europe?". C'est cela la "technique" de ces nouveaux "spécialistes"!

15:45 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Une situation impossible à gérer et une réalité que l'on ne veut pas voir en face.C'est la recherche du dernier calme avant la tempête finale! Si seulement cela pouvait nous servir d'avertissement, avec le déficit abyssal du budget annoncé de l'Etat de Genève et sa dette à la grecque.Mais je rêve...

Écrit par : Memoriter | 14 novembre 2011

Quant on est dépassé par certains thèmes, mieux vaut pas en parler dans un blog.

Écrit par : Roket | 14 novembre 2011

Mieux vaut parler de la mainmise de la ploutocratie sur la démocratie, plutôt que de se mettre la tête dans le sable en attendant des jours meilleurs, qui d'ailleurs ne viendront jamais si le peuple laisse faire. L'avantage de la situation, c'est qu'aujourd'hui il n'est même plus besoin de mettre à jour les think-thank et autres sociétés qui ne sont secrètes que parce que les "grands" médias n'en parlent pas (et pour cause : leurs patrons y ont leur rond de serviette !). Il suffit de voir de quelle façon et par quelles personnes sont remplacés des gouvernements précédemment issus d'élections démocratiques. La dictature des marchés a pris le pas sur la volonté des peuples, et le maintien de la paix entre les pays européen est l'instrument du chantage qui forcera le vulgum pecus aux pires sacrifices, jusqu'au jour où il n'aura plus rien à perdre...

Écrit par : Fabrice RESTIER | 14 novembre 2011

Dans la veine de votre billet, excellent et ironique commentaire dans l'un des rares médias français à l'esprit libre :

"Avec l’autre Premier Ministropoulos, les marchés hégémoniques, spéculatifs et irrationnels ont réussi leur coup : en lieu et place d’un politique comme on les aime, ils ont imposé des techniciens, connaisseurs des rouages financiers, conscients des enjeux, et emblématiques du retour à la rigueur souhaité de la Grèce et de l’Italie."

http://www.causeur.fr/cest-la-faute-aux-marches,13195

Écrit par : Gagarine | 15 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.