17 novembre 2011

Pierre Losio, le gentleman du Parlement

J'ai rapidement lié amitié avec ce vert-là. Toujours élégamment vêtu (ma che!), d'une extrême courtoisie, passionné par l'Histoire en général et par celle de la politique en particulier, ce fin connaisseur de l'Ovalie ne pouvait pas ne pas me plaire. C'est sans doute l'un des rares enseignants qui n'a pas sombré dans la manie du crayon rouge et de l'index levé. Pierre Losio sait vous écouter et mieux-même sait vous répondre. Pas sentencieux pour quatre sous, il excelle dans les tournures de phrases bien faites, dans les petits rappels historiques, dans les démonstrations simples de ses arguments. Son humour est fin, presque timide, forçant ses interlocuteurs à l'attention que mérite ses interventions. Le tout sur un ton toujours amical. Bref, cet homme hautement fréquentable sera parfaitement à sa place au perchoir ! Je serai à ses côtés au sein du bureau. Je me réjouis déjà de travailler avec lui.

Si Pierre arrive, Renaud s'en va. Avec sa voix de stentor, le président Gautier a mené tambour battant les séances du Grand Conseil. Mais sous des abords parfois rudes et le verbe haut en couleurs, le gaillard est un tendre qui a soucis de ceux qui l'entourent. Mais il ne se laisse pas facilement démasquer, le bougre ! Il a fallu qu'il devienne président du Grand Conseil pour que ceux qui l'ont entouré dans sa tâche découvrent toutes les qualités qu'il cache si bien. Une année présidentiel qui l'a rendu plus abordable et l'a sans doute fait voir sous un autre angle : celui d'un homme. Tout simplement.

 

19:30 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pierre LOSIO sera un très bon Prèsident de notre parlement.Tous mes voeux pour une bonne prèsidence.

Écrit par : Chauffat Albert | 17 novembre 2011

J'aime, j'aime et j'aime !

J'aime votre billet qui démontre qu'en politique il y a de la place pour le respect de l'autre.

J'aime Le Professeur Losio car c'est un homme du terroir, un vivant heureux qui donne avant de recevoir.

J'aime Renard car c'est un homme de convictions et pas simplement d'idées.

Nous avons tous un point commun, une éducation qui nous autorise à écrire ce genre de billet.

Minet.

Écrit par : Walter Schlechten | 17 novembre 2011

Joli hommage au nouveau et à l'ancien !
Un billet qui présente avec finesse la face ouverte de l'UDC : celle que tu approuves et que tu illustres, Eric. Bravo !

Écrit par : Jean Romain | 18 novembre 2011

C'est drôle tout le monde connaît Pierre Losio le politicard. Mais personne ne connaît Pierre Losio le professeur.

Cet homme avait eu à la fin d'une année scolaire, le reproche de la part des garçons de la classe qu'il favorisait toujours les filles. L'histoire reprochée est la suivante : une journée comme les autres, il avait puni 2 filles et 1 garçon. Il avait demandé des voir les 3 à la fin de la journée. Le lendemain seul le garçon avait produit sa punition, les filles avaient été exemptée.

D'autre part un acharnement constaté envers un garçon venant d'une école catholique privée. On a été témoin de discrimination. Mais aujourd'hui il y a prescription. Alors si Losio part se sera un bon pas pour la tolérance.

Écrit par : plume noire | 18 novembre 2011

@ plume noire:
Vous dites: "C'est drôle tout le monde connaît Pierre Losio le politicard. Mais personne ne connaît Pierre Losio le professeur. [...] Le lendemain seul le garçon avait produit sa punition, les filles avaient été exemptée".

Tout d'abord, n'importe qui, qui connait un peu les statistiques inférentielles, rira de votre argument: on ne prouve rien avec trois cas.

Ensuite, puisqu'on en est aux anecdotes pour seule preuve, il s'avère que j'ai eu Pierre Losio comme enseignant. J'en garde personnellement un excellent souvenir, tant d'impartialité que de rectitude et pourtant je suis un garçon.

Maintenant, faisons la même chose que vous avec Monsieur Bertinat pour les mettre à égalité, et allons voir qui se cache derrière le voile de tolérance que produit ce dernier dans le message ci-dessus, message au demeurant très sympathique.

En reprenant votre propre formule: "c'est drôle, tout le monde connaît Eric Bertinat le politicien. Mais personne ne connaît Eric Bertinat le religieux."

On découvre avec stupeur dans le "Matin" du 19 novembre 2011 qu'il promeut l'interdiction de la prostitution autour des lieux de culte, avec le prétexte des nuisances que la prositution occasionnerait aux croyants, comme si les croyants avaient droit à une protection spéciale, celle de la nature immaculée de leur morale, qu'ils ne sauraient voir souilée par la pratique des autres. Ceci dit, quel bel exemple de tolérance chrétienne. Rappellez-moi mon cathéchisme, est-ce bien ce que le Christ professait relativement aux prostituées?

Vous laissez entendre que chez Pierre Losio, il pourrait y avoir risque d'amalgame entre la pratique discriminatoire d'enseignant et l'activité politique. Et bien ici, le Bertinat religieux se fonde complètement dans celui qui est politicien, puisque sa croyance le pousse à vouloir légiférer dans le sens de sa croyance. Avec lui, la loi se remplit du pire des vices: elle devient éminemment "morale" au lieu de juste.

L'égalité de traitement et la justice veulent que si la pratique de A dérange B, et que pour cette raison son interdiction soit légitime, alors de la même manière si la pratique de B dérange A on devrait pouvoir l'interdire également. Réciproquement, si on ne peut interdire la pratique de B sur cette base, pourquoi pourrait-on interdire la pratique de A sur le même fondement? Ce que Monsieur Bertinat professe comme croyant et souhaite voir mis en place comme politicien, c'est le règne de la morale, en fait de la sienne. Et lorsque une morale particulière est mise dans la loi, la loi en devient immorale au plus haut degré. En effet, comme la morale ne dépend que de la subjectivité de celui qui la professe, c'est le règne de l'inégalité, et finalement de l'injustice, ou la morale de l'un est imposée à l'autre.

Réciproquement à ce type de revendication, c'est un peu comme si les libertins demandaient à ce que l'expression de toute croyance religieuse soit interdite dans la rue, parce qu'elle les dérange. Par exemple, personne ne contestera que les cloches qui sonnent le dimanche matin sont également une nuisance pour certains. Peut-on dès lors faire interdire la pratique religieuse dominicale dans les lieux d'habitation ou la fiare interdire tout simplement? Heureusement pour les pharisiens UDC, les libertins sont plus tolérants qu'eux.

Une dernière citation pour finir, il dit au journaliste: "Je suis malheureux pour vous si vous n’arrivez pas à comprendre que la prostitution dérange les croyants". Soit. Oserait-on dire alors, mutatis mutandis, que nous sommes malheureux pour lui s'il n'arrive pas à comprendre que la religion dérange les libertins?

Personnellement, pour nos libertés, je m'inquiéterais davantage des déclarations politiques publiques de Monsieur Bertinat quant à l'ordre moral qu'il souhaite imposer, que de deux anecdotes relatives à l'activité passée d'enseignant de Monsieur Pierre Losio, dont en plus vous ne connaissez certainement pas le détail des faits.

Écrit par : mais tout à fait | 20 novembre 2011

"que de deux anecdotes relatives à l'activité passée d'enseignant de Monsieur Pierre Losio, dont en plus vous ne connaissez certainement pas le détail des faits."

J'ai attendu une semaine quand même...

Les détails je les connais très très très bien je pourrai même vous en faire une chronique...et de plus le père de Monsieur Losio de son vivant était un ami de ma famille...donc je peux m'avancer et dire que je le connais bien plus que vous spéculez...alors continuer de spéculer...on voit ou ca mène la spéculation ! ;-)

Du coup je crois que toute votre argumentation tombe à l'eau et vos statistiques. Car des stats restent rien de plus que des chiffres que l'on fait parler dans le sens que l'on veut. Tandit que l'expérience ou une anecdote, elle, est une réalité. Pour preuve je vous donne une anecdote. C'est parce que la femme du créateur des prix nobel a couché avec un mathématicien que les mathématiques n'est pas un prix nobel. C'est pour cette raison qu'il y la médaille Fields ou le prix Abel.

Écrit par : plume noire | 28 novembre 2011

@ plume noire:

Impressionnant comme argument. Le père de Monsieur Losio était un ami de la famille? Et avec ça on juge d'un fait survenu en classe sans y avoir été? Avez-vous aussi connu la soeur du beau-frère de la cousine, peut-être en auriez-vous de belles à nous apprendre sur cette base?

Pour les statistiques et les conclusions qu'on tire d'anecdotes, on voit que vous n'y connaissez rien. Ce que vous faites avec trois cas, c'est de tirer une conclusion sur une loi binomiale avec trois variables de Bernouilli. N'importe qui, qui connait un tant soit peu les mathématiques et les lois de probabilité rira.

A ce titre, pour vous cultiver un peu, je vous suggère la référence suivante*. C'est un ouvrage pour débutants qu'on donne volontier aux étudiants de bachelor de deuxième ou troisième année. Mais je ne sais pas si pour vous c'est abordable.

*Howell, D.C. (1997/1998). Méthodes statistiques en sciences humaines. Paris : De Boeck Université.

Par ailleurs, ce ne sont pas les statistiques qui permettent de dire n'importe quoi. C'est au contraire tirer des généralités à partir d'anecdotes qui conduit à dire n'importe quoi. Ce que vous faites, c'est un peu comme si sous prétexte que Jeanne Calment a vécu jusqu'à environ 120 ans en buvant du porto et en fumant, je concluais que l'alcool et le tabac c'est bon pour la santé.

Finalement, comme vous aimez les anecdotes, en plus vous êtes adeptes des rumeurs. Vous en produisez une autre, à propos de l'absence de prix Nobel de mathématique, comme si vous pensiez me heurter à propos des mathématiques avec ça. Ridicule. Mieux, je vous remercie de me donner encore raison, puisqu'en plus de n'avoir aucune portée comme argument, votre anecdote est fausse. Allez lire ceci*.

*Garding, L., & Lars Hörmander, L. (1985). « Why is there no Nobel prize in Mathematics? », Mathematical Intelligence, 7-3.

D'autres remarques pour vous rendre un peu plus ridicule?

Écrit par : mais tout à fait | 04 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.