05 janvier 2012

Allocation pour enfant : l'ambigu courrier de Jacques Moret

Plusieurs journalistes ont réagi à mon dernier blog. Enquête faite, la lettre en question concernerait l'allocation pour enfant dont le versement a été suspendu de juillet à décembre 2011. C'est du moins ce qui est mentionné dans l'avant-dernier paragraphe de la deuxième page de la lettre datée du 21 décembre et signée par le directeur ad interim, Jacques Moret. Il ne s'agirait donc pas de l'allocation pour enfant, version 2012, et qui a été bloquée par le Municipal lors du débat budgétaire. Dès ce mois, les employés de la Ville recevront la nouvelle allocation familiale ainsi que l'ancienne allocation pour enfant (100F). Ils recevront donc 400F pour un enfant. Et non pas 450F si l'on s'en tient au règlement en vigueur en 2011. Le Municipal a donc raboté 50F par enfant, ce qui représente tout de même une économie de 1,3 million.

Mais revenons à cette fameuse lettre du 21 décembre. Le contexte politique ne peut être ignoré: déficit budgétaire et décision du Parlement de ne pas augmenter l'allocation pour enfant. L'hostilité de Sandrine Salerno à l'égard de ce blocage est connue. Tout comme la colère de la commission du personnel et des organisations représentatives du personnel de la Ville de Genève. Lorsque le directeur ad interim des ressources humaines entame sa lettre en relevant que Sandrine Salerno est sensible aux témoignages et aux arguments soulevés par les organisations représentatives du personnel et « a obtenu du Conseil administratif le mandat de s'entretenir à nouveau avec les partenaires sociaux sur les conditions d'octroi de l'allocation pour enfant », il est bien difficile de croire que la décision du Conseil municipal n'a pas été au centre des discussions.

Comment comprendre cette lettre qui annonce toute une série de nouveaux principes « pour des raisons d'égalité de traitement et de simplification des procédures » prise fin décembre par le Conseil administratif à la suite de discussions tenues avec les syndicats. Dont le montant de l'allocation pour enfant qui est mentionné en page 2. Montant qui est maintenu et correspond « à la moitié de celle prévue par la loi sur les allocations familiales cantonales ». Avait-elle été remise en question pour le deuxième semestre 2011?

Ces nouveaux principes sont donc rétroactifs puisqu'ils concernent les six derniers mois de 2011. A moins qu'ils concernent 2012 ? Rien ne l'indique. Et pourquoi n'avoir alors pas informé les employés de la Ville qu'en 2012, il y aura de nouveaux principes suite à la décision du Municipal ? Pas clair cette missive! A la fin de ce mois, quel montant sera finalement versée fin janvier ? Réponse dans quelques jours.

 

14:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.