24 janvier 2012

Plan directeur cantonal : l'hallali ?

60 magistrats communaux ne veulent pas entendre parler du plan directeur cantonal (PDCn) défendu par Mark Muller, pour quelques jours encore conseiller d'Etat. Tous partis confondus (y compris les libéraux-zélés-radicaux !) représentant une trentaine de communes. Et, semble-t-il, le soutien de nouvelle communes à cette démarche n'est pas fini.

Sauf pour les cinq magistrats de la Ville de Genève. En effet, ils ont soumis au parlement communal deux résolutions acceptant « sous conditions » le PDCn. Qui s'est empressé de l'accepter. L'UDC s'y est opposé ! Reste que sur le fond comme sur la forme, la démarche est contestable. Pourquoi accepter ce document puisque certaines conditions ne sont pas remplies ? Pour être conséquent, il fallait le refuser. Et qu'en sera-t-il de ces fameuses conditions ? Le Conseil d'Etat entend-il y répondre ? Le Conseil administratif donnera-t-il lui-même un préavis défavorable si les conditions ne sont pas remplies ? Des conditions mais aussi des questions, puisque ces dernières figurent également dans la deuxième résolution acceptée par le délibératif. Sur quels critères le CA acceptera-t-il les réponses de l'exécutif cantonal ? Le bon sens n'est pas toujours au rendez-vous dans les travées du municipal Ville de Genève et l'UDC n'entend pas laisser filer ce dossier, à bien plaire du Conseil administratif. Aussi, une résolution sera déposée afin que le Conseil municipal soit tenu informé séance tenante des réponses du Conseil d'Etat et des décisions prises par nos astucieux magistrats !

17:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.