07 février 2012

« 5 millions de francs pour TESTER la fermeture de 50 rues ? » - Dites NON en signant le référendum lancé par le GTE grâce au soutien de la section UDC-Ville de Genève

C'est suite au courrier du groupe UDC-Ville de Genève adressé aux 1'000 commerçants exerçant leur activité lucrative dans l'une des 50 rues qui seront fermées à la circulation ainsi qu'au Groupement Transports et Economie (GTE), que ce dernier a décidé de lancer un référendum.

La section UDC-Ville de Genève se joint au comité référendaire « Non au blocage des rues de Genève» et vous invite par conséquent à signer le référendum contre le projet PR-862 du Conseil administratif  accepté le 30 janvier 2012 par le Conseil municipal et ouvrant ainsi un crédit de 5'136'000 francs afin de permettre à l'Exécutif municipal de fermer une première tranche de 50 rues dans le cadre de la mise en œuvre de l'initiative populaire « 200 rues sont à vous ! ».

 

16:59 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur d'un autre temps ! Pourquoi ces combats d'arrière-gardes ? Pourquoi ne pas vous rendre à l'évidence, vous et vos affidés : le dégorgement de nos rues est inéluctable, il se fera tôt ou tard mais il se fera, que vous le vouliez ou non. Un référendum qui sent la poussière avant que la première signature ne le paraphe ! A Genève, la majorité du peuple vota pour (le dégorgement des rues), et vous, parti d'un autre temps, voulez réécrire l'histoire ! Une déculottée de plus vous attend, pauvres UDC !

Écrit par : vert tendre | 07 février 2012

Il faut croire que l'UDC n'a plus peur de se prendre une veste de plus!

Allez parler aux commercants au lieu de leur envoyer des lettres, et vous verrez que la majorité est en faveur des rues piétonnes!
Essayez avec les habitants, et vous comprendrez pourquoi ils ne votent plus pour vous!

Écrit par : vert moins tendre | 07 février 2012

En plus, vous manipulez les chiffres à la sauce UDC!
Dans votre courrier aux commercants, vous annonciez 1500 places supprimées, et dans dans la pétition, il ne s'agit plus que de 914....

vous voyez qu'avec un peu de bonne volonté, vous avez déjà réussi à en sauver près de 600!

Écrit par : vert fâché | 07 février 2012

L'UDC me fait rire : de Zurich à Genève ses membres se prennent les pieds dans le tapis. St-Christoph roulant sur une jante depuis quelques mois, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Les voilà perdus, ne sachant plus quoi faire pour canaliser la vindicte du bon peuple de droite revendicatif et râleur, son fonds de commerce.

Il faut lancer une pétition pour sauver l'UDC de la déroute :
"Pour la sauvegarde de notre théâtre de Guignol national".
Celle-ci, je la signe !

Écrit par : verre d'eau | 07 février 2012

mettez-vous plutôt en grève de la faim, vous pourrez ainsi faire un concours avec votre camarade de Vernier pour voir qui tient le plus longtemps!

Écrit par : vert de terre | 07 février 2012

Je l'ai reçue ! Ben alors, faut pas nous prendre pour des canards. Nous on est pour que les rues soient débarrassées des tas de ferraille. On veut qu'il y soit installé des bancs publics, des jeux de boule, des arbres et des feuillus, que des enfants y jouent aux billes, que les mamans viennent nous voir, que les mémés sortent, que les pépés rient, que les pigeons se marrent, que la vie soit. De dieu !

Écrit par : vers le large | 07 février 2012

La folie dépensière de la gauche a encore frappé ... et fort ... 5 millions !

Écrit par : Victor Winteregg | 07 février 2012

On voudrait que tout soit "comme avant" mais ça n'est pas possible, il faut se rendre à l'évidence, les choses changent, la population augmente, le bruit augmente, la pollution aussi, l'espace des bipèdes que nous sommes diminue, les petits commerçants voient de moins en moins les gens flâner devant les vitrines...

"Comme avant", ce n'est plus le cas, donc il faut être pro-actif, et trouver les moyens de préserver une qualité de vie humaine et laisser de l'espace à l'humain le vrai, celui qui marche, le bipède sapiens, celui qui n'est pas dans son carosse métallique...

Écrit par : Jack_line | 07 février 2012

C'est une expérience française donc je m'excuse d'avance de tout ce que ça pourrait susciter, mais je n'ai pas pu m'empècher en lisant ce mot.

Vers 1992 (à peu près), un projet de piétonisation du centre à démarré. C'est un projet à l'échelle de tout l'hypercentre: l'équivalent de la fermeture de plainpalais, je rappelle en passant que Strasbourg est collée au Rhin qui forme comme notre lac... on fait ce qu'on peut, mais la situation de la ville est finalement assez proche de celle de Genève sauf qu'on peut y faire autre chose que conduire et travailler).

Et bien devinez qui a poussé les commerçants à se rebeller (plus personne ne viendra dans nos rues, le centre va mourir, etc.): le FN. On en a beaucoup parlé et le débat était passionné. Encore plus drôle: ces dernière années les commerçants se sont élevés contre un projet d'ouvrir les possibilités de livraison par camion l'après-midi en plus du matin.

Inutile de préciser qu'aujourd'hui plus personne ne veut revenir en arrière car là ou personne ne voullait trainer ces pieds avant car les trottoirs étaient minuscules et le trafic démentiel pour l'époque (la Place Kleber était un rond point à 4 voies), aujourd'hui, les rues sont noires de monde, l'embouteillage est humain. Il y a même quelques suisses au moins ma femme et mes enfants, mais aucun de l'UDC apparement.

Écrit par : Strasbourgeois | 08 février 2012

soit Chf 102'720,-- par rue fermée. Pas cher pour plus de convivialité, de mieux vivre, d'air moins saturé, et j'en passe. Et de de jeux de boule, d'arbres de feuillus, de bancs publics et tout ce qui va avec.

Écrit par : verbier | 08 février 2012

Une idée : dans les rues ainsi libérées, nous organiserons des concours de ballon prisonnier. Vous vous rappelez ? Moi, j'en ai un bon souvenir mais j'en ai oublié les règles. Sous forme de concours annuel, dans chacune de ces rues "libres", les gens du quartier s'organiseraient en équipes et, le printemps revenu, le temps d'un week-end, le service des sports organiserait une vaste joute populaire. Les vainqueurs seront faits citoyens d'honneur de la liberté urbaine retrouvée.
Ca sent le printemps des villes, vous trouvez pas ?

Écrit par : verdi | 08 février 2012

Pitoyable combat d'arrière-garde. Si vous arrivez à récolter les signatures (ce qui serait déjà un exploit vu l'opinion publique en Ville largement favorable et le froid ambiant), vous allez vous prendre une raclée monumentale en votation. Il y a plusieurs dizaines de militants dans les starting blocks pour mener une campagne de votation offensive et assurer au moins 70% de OUI.

On va bien se marrer.

Écrit par : Ethan | 08 février 2012

Les commentaires sont fermés.