08 février 2012

Démission de Mark Muller: la décision appartient au Conseil d'Etat

Rubrique faits divers, Mark Muller continue de défrayer la chronique. Et il n'y a que le PLR pour clamer que tout va bien alors que son Conseiller d'Etat a reconnu avoir tabassé le barman du Moulin à danse et avoir menti lors de l'établissement des faits. Alors, s'inquiètent les journalistes ? Qu'en pensez-vous ? Doit-il démissionner ? Oui, il doit démissionner, son comportement n'est pas digne de la fonction qu'il occupe. Qu'allez-vous faire ? Rien ! Le peuple, constitutionnellement, ne peut s'exprimer qu'à l'occasion des élections, y compris anticipées... Et les députés ne possèdent aucun instrument pour destituer un magistrat. Le Grand Conseil ne peut rien faire, à moins qu'il y ait une majorité qui se dégage pour déclencher une crise institutionnelle. Ce n'est pas son rôle premier et ce serait avant tout une démarche de partis, pas celle d'un parlement.

Si Mark Muller ne veut pas démissionner, le Conseil d'Etat peut toutefois le lui demander. C'est lui, et lui seul, qui doit décider si la confiance nécessaire au bon fonctionnement des institutions est rompue avec l'élu PLR, si il reste capable d'accomplir sa tâche. Pour le bien commun, pour l'image de notre canton. Pour l'heure, Le Conseil d'Etat se contente de commentaires convenus, chacun d'entre eux restant courageusement en marge de tout débat. Sauf Charles Beer qui a rapidement pris ses distances. On devine les fissures et les calculs électoraux. Mais quoi qu'il en soit de la collégialité du Conseil d'Etat, en acceptant de continuer son travail avec Mark Muller, un signe clair est donné à la population lasse de ces scandales à répétition : celui d'accepter un magistrat qui se bat avec un concitoyen et qui ment à la République.

16:37 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est bien connu, certains politiques ont toujours eu la conscience étroite. Ils s'accommodent de la morale individuelle conventionnelle pour mieux refuser la morale sociale et politique.

Écrit par : Charly Schwarz | 08 février 2012

J'en ai la nausée que le PLR maintienne sa confiance à un homme qui a ouvertement et volontairement menti au peuple dans une conférence de presse. Qu'on doive l'attaquer sur ses dossiers, c'est une évidence, cette affaire du MàD n'est qu'une virgule dans la Genève actuelle, mais que le parti estime que mentir au peuple n'est finalement pas très grave est à mon sens une faute impardonnable.

Écrit par : Nadia Alich | 08 février 2012

Après tout ... mais oui bien sûr ..., tout ce binz à la noix, ce ne serait-ce qu'une simple faute morale, rien de plus comme celle du monsieur à la femme de caractère.

Même sa sortie il la loupe lamentablement ! ...

Stauffer vite Help please ! ...

Écrit par : Philippe Jordan | 08 février 2012

Vraiment bien fait ton article, j'attend d'en lire plus. Bonne continuation et à bientôt :)

Écrit par : mutuelle des chats | 14 février 2012

Les commentaires sont fermés.