10 février 2012

Culture et sport : Français Longchamp lâche-t-il Charles Beer ?

La Constituante a traité hier de l'imposition des communes et de la question des institutions d'intérêt cantonal et régional, type Grand Théâtre ou Comédie qui pourraient passer de la responsabilité politique et financière de la communal au canton. Il y a un lien évident entre ces deux sujets, sport et culture : les finances. La déclaration faite par François Longchamp (1) devant les Constituants est d'une rare pertinence et d'un courage qu'il convient de saluer. En bref, le magistrat radical (par politesse j'oublie la fusion...) dit : -On n'a plus de fric, oubliez vos rêves: les conseillers d'Etat genevois ne joueront pas demain les D'Jack Lang! Après avoir fait passer un budget 2012 déficitaire de 350 millions de francs, on ne peut qu'approuver ce discours plein de bon sens.

C'est aussi un véritable pavé lancé dans la marre de Charles Beer. Déclarer publiquement que l'Etat n'a pas ou plus les moyens de « cantonaliser » la culture et le sport, c'est flinguer les deux projets de loi récemment déposés par le grand manitou du DIP. Et là, on ne comprend plus vraiment. Si l'on prend la culture, le projet de loi fait suite au rapport sur la consultation relative à l'avant-projet de loi sur les arts et la culture (CELAC). Adopté en 2010, il n'a pas été une seule fois mis en cause et a naturellement conduit, fin 2011, le Conseil d'Etat a déposé son projet de loi. Il est actuellement l'objet de discutions passionnées. Lundi soir, la commission des arts et de la culture recevait Sami Kanaan pour évoquer ce dossier et sa « shopping list » qui pose des problèmes très concrets à la Ville de Genève. Durant cette séance, j'ai pris la parole pour faire part de ma perplexité devant l'appétit culturel de Charles Beer (la culture ne représente pas un doublon Ville-canton!) et relever moi-aussi les difficultés financières du ménage cantonal.

Même remarque concernant le sport, dont le projet de loi a été discuté samedi dernier durant le Forum cantonal du sport. Charles Beer a pris la parole en fin de manifestation pour faire passer son amour du sport et sa volonté de rendre le canton plus interventionniste dans ce domaine.

Le message de François Longchamp a été bien reçu par les Constituants puisque l'article en question a été purement et simplement biffé. Quid à présent des deux projets de loi ardemment défendus par Charles Beer ?

--------------------------

(1)   Le Conseil d'Etat vous demande de renoncer. La facture s'élèverait à 150 ou 200 millions de francs en ne considérant que le transfert de quelques infrastructures culturelles et sportives. Le Canton n'a tout simplement pas les moyens financiers d'assumer ce transfert de charges. (page 22 de La Tribune de Genève du 10 février 2012)

 

15:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je ne pense pas qu'il s'agisse de lâcher qui que ce soit. Il n'y a pas, et de loin, unanimité au sein du Conseil d'Etat pour ce projet sur la culture, projet qui vient d'être saisi pas la commission de l'enseignement.

Écrit par : Jean Romain | 11 février 2012

Les commentaires sont fermés.