19 février 2012

Stéphane Valente: Citernes et saisonniers (1)

Stéphane Valente n'est pas un saint. C'est dommage. Mais il est homme de combat. Avec sa volonté et son courage. Avec sa conscience qui lui dicte parfois de bien curieux choix. Tel celui de ne pas laisser à d'autres la responsabilité de dénoncer le laxisme du gouvernement lorsque des milliers de personnes sont exposées au danger. Une conscience qui doit lui parler à haute voix:

- Eh, mon gars, les citernes de Vernier représentent un danger majeur! Tu le sais. Bouge-toi!

Alors Stéphane Valente s'est bougé. D'abord en sa qualité d'élu municipal. Il a étudié le sujet, épluché les études, déposé des textes, attendu une décision qui aurait du tomber comme le couperet de la guillotine: Il faut rapidement déménager ces citernes plantées au milieu d'immeubles d'habitation. Parce que si l'accident-qui-n'arrive-jamais... arrive, ce sont des centaines de personnes qui brûleront sur place et des milliers d'autres qui seront blessées plus ou moins gravement. Le Conseil d'Etat ne voit aucune urgence à ce dossier. Alors Stéphane Valente a entamé une grève de la faim. Depuis mercredi passé. Dans son coin, presque timidement. Mais je le connais assez pour savoir qu'il ira jusqu'au bout. Et même deviner qu'après lui, il y aura un autre zinzin pour prendre le relai. Parce que ces putains de citernes sont un réel DANGER!

Il aura fallu que la population vote en nombre pour le MCG pour que la question des frontaliers soit enfin au programme du Conseil d'Etat. Cela a du rudement discuter, au gouvernement, pour que le président Pierre-François Unger prenne son courage à deux mains et déclare une vague priorité pour les résidents genevois qui briguent une place à responsabilité aux HUG. Une dizaine de personnes peuvent être concernées. Mais ce message a évidemment une portée politique plus générale. C'est bel et bien la libre-circulation qui est ainsi remise en question. C'est l'aveu que la pression exercée par la main-d'oeuvre européenne sur les places de travail genevoises est insupportable. C'est le début d'un nouvel état d'esprit.

Stéphane Valente est pour le dossier des citernes de Vernier ce qu'est le MCG pour les frontaliers: le dénonciateur et le représentant d'une partie de la population excédée par une situation qui n'a pas à être. Stéphane Valente va perdre beaucoup de poids avant que les autorités ne trouvent le courage de régler vite fait bien fait ce problème. Du courage politique comme celui trouvé en envisageant que le MCG pouvait rassembler encore plus d'électeurs sous sa bannière pour les prochaines élections. Stéphane Valente, lui, va gagner à sa cause, chaque jour, un peu plus d'amis jusqu'à ce qu'il y en ait suffisamment pour forcer le Conseil d'Etat à déplacer les 145'000 litres d'essence et de kérosène qui sont stockées à 40 mètres des premières habitations. Courage Stéphane !

 

15:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Suite à un attentat, ce n'est pas que la population de la ville de Vernier qui serait touchée, mais bien plus que cela.

Allez ... courage Stéphane, ami et voisin !

Écrit par : Victor Winteregg | 20 février 2012

Encore un excellent article. J'ai beaucoup aimé. Nous l'avons publié sur notre profil Facebook

Écrit par : mutuelle optique | 09 mars 2012

Les commentaires sont fermés.