26 février 2012

Clandestins : l'extrême-mollesse des autorités

La journaliste de La Tribune Sandrine Perroud reprend l'étiquette infamante de parti d'extrême-droite pour évoquer l'exigence posée par l'UDC de respecter la loi alors que les autorités de la Ville de Genève envoient à l'hôtel une vingtaine de clandestins découverts à la suite de l'incendie de l'immeuble dans lequel ils logeaient. Ainsi donc, lorsqu'un parti s'inquiète de l'habituel laxisme du Conseil administratif de la Ville de Genève, très majoritairement de gauche, il est classé d'extrême-droite. Et vous espérez qu'ainsi l'affaire est classée ? Il va vous falloir revoir cette opinion : la section UDC-Ville de Genève suivra avec beaucoup d'attention l'avancement de ce dossier et demandera à en connaître tous les détails.

Chère Madame Perroud, je vous invite vivement à lire les récents articles qui ont traités de l'agression d'une personne âgée de 79 ans, séquestrée et torturée à son domicile par deux jeunes crapules qui lui ont volé sa carte bancaire. Avez-vous remarqué qu'il s'agissait de clandestins multirécidivistes sans scrupule ? Comment ne pas être étonné de leur présence sur notre sol depuis 2005 pour l'un et 2008 pour l'autre. Comment ne pas s'inquiéter du fait qu'ils étaient connus des services de police ? C'est l'extrême-mollesse de nos autorités qui a permis que ces criminels et bien d'autres se baladent depuis des années à Genève. Voilà le seul extrémisme dans cette affaire.

 

 

15:08 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Franchement, je me demande comment on peut se dire chrétien ou simplement humain et écrire des choses pareilles! Des familles de clandestins, qui sont présent à GE depuis des années, qui participent à l'économie grise ou noir en travaillant et non pas en volant ou agressant. Cette économie grise ou noir qui est indispensable à notre économmie, mais qu'on oublie hypocritement... comment peut-on mettre dans le même sac ces gens avec des petites frappes sans scrupules?! M. Bertinat et votre UDC, j'ai envie de vous mettre dans le même sac qu'Hitler et ses nazis...

Écrit par : Riro | 26 février 2012

Monsieur Bertinat,

Les clandestins de la jonction ne doivent pas rester chez nous, sauf improbable régulation. Je suis bien d'accord avec vous.

Mais s'il vous plait ne faites pas l'amalgame de ces gens, travailleurs, souvent payants charges sociales et impôts, et qui ont pour tout défaut de ne pas être européens, avec les malfrats écumants nos rues.

Et occupez vous en priorité des malfrats. Vous avez 20 mois. Après c'est Stauffer. Des bavures il y aura. Sans doute. Mais elles ne seront pas pires que la situation actuelle. Je préfère une petite frappe victime d'une atteinte à ses droits de l'homme que des vieilles dames (et les autres) agressées.

Écrit par : CEDH | 26 février 2012

L'ennui à Genève c'est que les autorités ne veulent pas distinguer les "bons et les mauvais" clandestins. Soit elles appliquent la loi en expulsant les uns et/ou les autres, soit elles laissent faire. Conserver sur notre sol les indésirables pourrit la vie des citoyens, y compris celle des sans-papiers honnêtes qui ne font pas de bruit. Souvenez-vous, Micheline Brunschwig Graf, pourtant libérale, était prête à examiner la situation de 5000 clandestins. Aujourd'hui, leur nombre a sans doute triplé, grâce à la mollesse des autorités et à la vague de sous-locations qui se pratiquent dans le canton.

Écrit par : Nébuleuse | 26 février 2012

Je crois que le Procureur général devrait ouvrir une procédure en violation du droit fédéral contraignant contre les personnes qui participent à l'installation de clandestins dans le Pays. C'est un scandale que de continuer à accepter tous ces clandestins et autres sans-papier qui n'ont rien a faire chez nous.
Mais la gauche et la droite molle, pas plus chrétiennes que ceux qui veulent que ce qui appartient à césar revienne à César et ce qui procède de Dieu revienne à Lui,ne font que précipiter la ruine du canton dès lors que la majorité de leurs élus n'ont qu'un rattachement qu'économique et récent avec notre Pays. Pas étonnant qu'ils ne visent qu'à le détruire, ayant une telle haine des indigènes pour n'accorder de valeur qu'aux étrangers les plus sombres.

Tout cela finira très mal, et bien plus vite que l'on pourrait le penser.

Écrit par : simonius | 26 février 2012

Cher Monsieur (ou Madame) Riro,
Vous posez une bonne question: quelle doit être la position d'un catholique face à l'immigration? La charité peut-elle obliger la société, ignorer la loi, la volonté populaire quant celle-ci n'est pas elle-même anti-chrétienne? N'est-elle pas un acte purement personnel? J'y répondrai prochainement dans un blog car la réponse mérite que l'on y prenne du temps.
Quant à votre fine allusion au nazisme, elle est aussi gratuite que diffamatoire. J'apprécierai de recevoir vos excuses car rien dans ma vie personnelle ni dans mon parcours politique ne vous autorise à une telle accusation. Avec mes meilleures salutations.

Écrit par : Eric Bertinat | 27 février 2012

Cher Monsieur (ou Madame) Riro,
Vous posez une bonne question: quelle doit être la position d'un catholique face à l'immigration? La charité peut-elle obliger la société, ignorer la loi, la volonté populaire quant celle-ci n'est pas elle-même anti-chrétienne? N'est-elle pas un acte purement personnel? J'y répondrai prochainement dans un blog car la réponse mérite que l'on y prenne du temps.
Quant à votre fine allusion au nazisme, elle est aussi gratuite que diffamatoire. J'apprécierai de recevoir vos excuses car rien dans ma vie personnelle ni dans mon parcours politique ne vous autorise à une telle accusation. Avec mes meilleures salutations.

Écrit par : Eric Bertinat | 27 février 2012

Cher Monsieur (ou Madame) Riro,
Vous posez une bonne question: quelle doit être la position d'un catholique face à l'immigration? La charité peut-elle obliger la société, ignorer la loi, la volonté populaire quant celle-ci n'est pas elle-même anti-chrétienne? N'est-elle pas un acte purement personnel? J'y répondrai prochainement dans un blog car la réponse mérite que l'on y prenne du temps.
Quant à votre fine allusion au nazisme, elle est aussi gratuite que diffamatoire. J'apprécierai de recevoir vos excuses car rien dans ma vie personnelle ni dans mon parcours politique ne vous autorise à une telle accusation. Avec mes meilleures salutations.

Écrit par : Eric Bertinat | 27 février 2012

Cher Monsieur (ou Madame) Riro,
Vous posez une bonne question: quelle doit être la position d'un catholique face à l'immigration? La charité peut-elle obliger la société, ignorer la loi, la volonté populaire quant celle-ci n'est pas elle-même anti-chrétienne? N'est-elle pas un acte purement personnel? J'y répondrai prochainement dans un blog car la réponse mérite que l'on y prenne du temps.
Quant à votre fine allusion au nazisme, elle est aussi gratuite que diffamatoire. J'apprécierai de recevoir vos excuses car rien dans ma vie personnelle ni dans mon parcours politique ne vous autorise à une telle accusation. Avec mes meilleures salutations.

Écrit par : Eric Bertinat | 27 février 2012

En bon chrétien, je m'excuse et vous demande pardon Monsieur Bertinat. Et je vais prier pour vous et l'UDC.

Écrit par : Riro | 27 février 2012

Je suis de l'avis de Nébuleuse! prenez votre vrai responsabilité! Merci pour l'article

Écrit par : faire part | 28 février 2012

Les commentaires sont fermés.