09 mai 2012

Furax

Il fait de la provocation sous haute tension. A l'opposé de l'autre qui utilise la basse tension, celle qui permet la provocation préparée, prémiditée, dégustée d'avance, Furax, lui, se branche violent. Il ne perd pas une occasion de dire tout ce qui lui passe par la tête. Au parlement, en commission, à la buvette, bref tous les hauts lieux institutionnels d'importance à Genève. Il dit ce que les autres pensent mais n'osent pas dire. Il dit ce que les groupes parlementaires disent tout bas, entre eux, en fin de soirée. Il ne dit pas seulement ce qui se chuchottent, ce qu'ils pensent intimement mais il dit aussi ce qu'ils ne pensent pas. Furax leur prête les plus sordides complots, les plus bas arrangements, les pires combines. Il rend public ce que les partis préparent dans leurs laboratoires secrets. Il combat leurs projets. Il dénonce même ce qu'ils n'ont pas encore envisagés.

Haute ou basse tension, les secouées sont toujours violentes, les secoués généralement bien secoués. Hier, au municipal, question secousses, ce fut un tremblement de terre. Et puis surtout, il y a eu de puissantes répliques. Il a fallu laisser passer ces forces de la natures que sont nos voisins des bancs extrêmes, puis, après la tempête, réinstaller le courrant. Histoire, que l'on puisse communiquer. Cela a pris plus d'une heure au bureau du municipal. Jamais, dans l'histoire de l'Hôtel-de-Ville, l'on a admiré aussi soigneusement les plafonds de la salle Bogueret. Et je suis certain qu'avant le 17 juin, nous aurons encore l'occasion d'approfondir l'études de ce plafond...

Haute ou basse tension, la préméditation réussi toujours au pays des bien-élevés. Que répondre aux grossiertés, aux vérités partielles, aux solutions toutes faites? Les uns sont prisonniers de leur bonne éducation, les autres sont libres de tout comportement. Les uns manquent souvent de courage, les autres de séduction. Il reste bien le règlement... Mais il est trop ou pas assez. C'est selon sa propre échelle de liberté de parole. Variable. Evidemment.

13:23 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Juste.

Et tu oublies de dire que le parti qui a allumé le feu et celui qui y a jeté de l'essence sont les seuls partis à avoir voté, sans succès heureusement, pour l'obtention d'un jeton de présence pour l'heure passée en plus pour compenser le temps qu'ils nous ont fait perdre.

Écrit par : Olivier Fiumelli | 09 mai 2012

Les propos tenus dans ce blog, venant de la part d'un UDC qui est clairement dans la ligne ultra dur du parti, est prendre les autres pour des cons !

C'est clairement l'église qui se moque de la charité de lire un UDC validant les affiches sur les pacsés infécond de venir ici faire la vierge effarouchée !

Écrit par : Antoine le Sage | 09 mai 2012

Les commentaires sont fermés.