17 juin 2012

Le week-end du refus

Trois objets fédéraux soumis à votation, trois refus secs. Le peuple s'est prononcé très clairement et les initiants n'ont plus qu'à revoir leur copie. Tout particulièrement l'ASIN qui espérait un score honorable pour continuer à peser sur le département fédéral des affaires étrangères qu'elle juge sous influence européenne voire américaine. Certes, les arguments que l'on a opposé à l'initiative ont trouvé échos au sein de la population, que l'on craigne de voter plus (ou trop?) de traités internationaux ou que l'on se satifasse de l'actuelle possibilité de lancer des référendums facultatifs contre ces mêmes traités. Mais à observer à chaud ces résultats, l'on a tout de même l'impression que l'ASIN n'a pas réussi à populariser ce sujet, à démontrer l'impact de certains traités internationaux sur la société suisse, dans la vie de tous les jours. Il faut reconnaitre une défaite et en tirer les conclusions qui s'imposent pour que d'autres scrutins soient gagnés et la décision prise vendredi par le comité directeur de lancer trois référendums contre les accords fiscaux passés avec l'Angleterre, l'Autriche et l'Allemagne pourrait faire l'objet d'une nouvelle évaluation.

Il n'en reste pas moins que d'autres combats sont à l'ordre du jour de l'ASIN, telle l'initiative pour que la neutralité soit inscrite dans la Constitution fédérale. Il faut savoir se montrer bon joueur et un brin philosophe : demain est un autre jour !

 

16:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

M. Bertinat,

Lancer "trois référendums contre les accords fiscaux passés avec l'Angleterre, l'Autriche et l'Allemagne" serait une grave erreur politique après le désaveu que l'ASIN a subi aujourd'hui. Si d'aventure le nombre de signatures requis devait être atteint, ce qui me semble très, très optimiste, je suis persuadé que le peuple approuverait très massivement ces trois accords fiscaux, tant les tribulations internationales de certains banquiers irresponsables ont fini par lasser les plus chauds partisans du secret bancaires.

Se battre oui, mais ne pas se tromper d'adversaire !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 17 juin 2012

Les commentaires sont fermés.