L’UDC Ville de Genève préoccupée par le sort des artisans de la rue de Lyon

Imprimer

C’est tout un quartier qui est touché par la vente du périmètre de l’ancienne Hispano-Suiza, révélée par La Tribune de Genève le 25 août dernier, et qui laisse dans l’inquiétude les artisans qui travaillent sur ce lieu. Louées à bas prix, les anciennes halles offrent des ateliers et des bureaux qui permettent à plus d’une centaines de PME de survivre à Genève. Que vont-ils devenir une fois les travaux entrepris ? Aucune proposition de relogement n’a été faite. Où retrouver des surfaces à ce prix ? Et qu’en est-il des accords passés entre le nouveau propriétaire (à mois que ceux-ci n’aient été passés avec l’ancien propriétaire, ce n’est pas très clair), la Ville de Genève et la Fondation des terrains industriels pour que 40% des surfaces soient réservées aux artisans avec des loyers ne dépassant pas les 200F le mètre carré par année ? Qu’elles assurances ont été données pour qu’ils retrouvent des locaux une fois l’immeuble reconstruit. Les déclarations faites le nouvel acquéreur à La Tribune de Genève laisse songeur : « (il) tentera de construire par étape pour reloger certains locataires. Mais pas tous » (souligné par nos soins). Du côté du Palais Eynard, aucune information n’a été fournie.

Le groupe UDC dépose ce jour une motion demandant au Conseil administratif un point de situation suite à la vente de l’usine et, cas échéant, d’aider ces travailleurs à retrouver une surface commerciale sur la commune de Genève ou auprès d’autres communes du canton. L’urgence sera demandée lors de la séance supplémentaire du 3 septembre.

Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires

Commentaires

  • N'hésitez pas également à demander aux propriétaires ... par contre je trouve votre position interventionniste sur le marché des biens immobilier commerciaux pour le moins contre avec la règle du marché libre et de la concurrence qui fait partie des dogmes adoptés par votre parti.

  • Je suppose que cet "interventionnisme" de Monsieur Bertinat, à l'encontre des dogmes de l'UDC comme le relève justement Djinus, n'a rien à voir avec les prochaines élections en Ville de Genève. Serais-je trop naïf ;-) ?

  • Le problème de l'"interventionnisme" ne se pose pas réellement dans la motion que j'ai déposée en ce sens que je demande que l'on aide les artisans à retrouver un atelier. La Ville et la FTI sont déjà intervenues en imposant des règles qui s'inspirent partiellement de celles utilisées pour les zones de développement d'activités mixtes. Reste à savoir qu'en est-il aujourd'hui de ces discussions.

  • c'est vraiment un site web ravissant. Donc je post sur twitter cette actualite

Les commentaires sont fermés.