03 septembre 2012

Une révolution? Non, une résolution!

Madame Widmer-Schlumpf mérite sans doute la Légion d'honneur. Au moins. Elle a travaillé, avec beaucoup d’enthousiasme, pour améliorer sensiblement les finances publiques de la France. Elle aura, par contre, beaucoup moins fait pour son pays, pour son économie, pour ses concitoyens et pour les étrangers qui résident légalement sur le territoire. La nouvelle Convention de double imposition en matière de succession, négociée à la hâte au cours de la période estivale et sans grande consultation, modifie drastiquement la Convention de 1953 entre la Suisse et la France. Dorénavant, avec la bénédiction toute maternelle de la cheffe des finances fédérales, la France s’arroge le droit d’imposer tous les biens des résidents suisses, si les héritiers ont leur domicile en France. La “réforme” entraînera de lourdes conséquences fiscales pour les héritiers domiciliés en France et notamment pour les 170’000 Suisses domiciliés en France.

Madame Widmer-Schlupf a privilégié les intérêts de la France au détriment de ceux de son propre pays. Cette Convention est désastreuse pour les cantons comme pour les communes, pour qui ces impôts constituent une part importante de leurs recettes discales et pour qui cette nouvelle Conventionne manquera pas d’occasionner une diminution des recettes fiscales.

La compétitivité de la Suisse, de l’arc lémanique et de Genève s’en trouvera diminuée alors que le canton de Genève subit déjà les conséquences de la politique d’un Conseil fédéral ayant bradé notre souveraineté dand bien des domaines (secret bancaire, impôt libératoire, transmission de données à l’étranger). Que ce soit Genève ou la Suisse, nous subirons socialement et économiquement l’étrange stratégie du Conseil fédéral et plus particulièrement celle de Madame Widmer-Schlumpf, qui consiste à se coucher devant toutes les prétentions étrangères.

L’UDC-Genève n’entend pas laisser faire nos dirigeants politiques. Elle dépose sur le bureau du Grand Conseil une résolution invitant le Conseil d’Etat à s’opposer à la ratification par les Chambres fédérales de la Convention de double imposition en matière de succession, comme l’a déjà fait le canton du Valais en date du 23 août 2012. L'urgence sera demandée pour la prochaine session du Parlement genevois.


15:24 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

UDC encore et toujours seul contre tous ! Bravo !

Écrit par : Victor Winteregg | 03 septembre 2012

C'était ça ou la fermeture des banques suisses en France !

Si ce n'est pas déjà bientôt le cas !!!

Écrit par : Hommelibre | 03 septembre 2012

Victor, cest ainsi que vous parlez du premier parti de suisse ???

Écrit par : Hommelibre | 03 septembre 2012

Ce n'est pas John (hommelibre). C'est une usurpation, la seule différence étant le H majuscule. Merci de m'envoyer sur mon adresse mail toutes les infos concernant. J'avertis la TdG.

Écrit par : hommelibre | 03 septembre 2012

En général ce sont les propos de Corto.

J'insiste pour que l'on m'envoie toute information utile.

Écrit par : hommelibre | 03 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.