11 septembre 2012

maudet.com: c'est top ou c'est trop?

Lui, c’est trop et elle, c’était pas assez! Il y a peu, Isabel Rochat était la mauvaise élève du Conseil d’Etat en matière de communication. Mal à l’aise dans son rôle de chef du difficile département de la sécurité, elle nous a offert quelques conférences de presse bardées de statistiques, de déclarations peu convainquantes et les contestations à répétition du syndicat de la police. Voilà qui suffisait au bonheur des journalistes.

Avec Pierre Maudet, c’est l’exact contraire. Il y a l’action politique et il y a la communication. Avec un grand “C”. Préparée sur papier milimétré. Lui, le chef, communique et ses subordonnés la ferment. Parait que c’est louche. Il a même des rapports privilégiés avec certains journalistes. Comprenez: pas avec d’autres! Il créé l’évènement. Pour Pauline Cancela, dans Le Courrier du jour, il est “capable de juguler la communication interne de son département de la sécurité (DS) tout en orchestrant ses interventions médiatiques d’une main militaire (…)”. Et pour Pascal Décaillet, “C’est un communicateur de génie, presque trop surdoué”.

Ce qui me conduit à deux constats. D’une part, à Genève, quoi que tu fasses - ou que tu ne fasses pas - ça râle. D’autre part, notre journaliste aux origines valaisannes bien connues s’est bien intégré à Genève*.

----------

* Sauf sur l’affaire Varone qui n’intéressent que les saisonniers valaisans travaillant du lundi au vendredi à Genève.

 

 

10:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.