29 novembre 2012

Commission d'enquête parlementaire: la nuit des longs couteaux

Demain, la commission d'enquête parlementaire siègera pour la première fois. Au programme, la nomination du président et du vice-président. La nuit des longs couteaux se déroule donc en ce moment dans les travées du Gd Conseil. Avec son appétit insatiable et habituel du pouvoir, les libéros z'é les radicaux à la mémoire courte souhaitent présider cette commission. Avec 7 députés (donc avec les voix du PDC), ils n'auront pas la majorité au premier tour. En face, de nombreux candidats se présentent: MCG, socialiste, vert et UDC. Soit 8 députés. Première passe d'arme: on approche le candidat UDC. Si celui-ci vote pour le candidat libéral z'é radical, il hérite de la vice-présidence. Je te donne le fauteuil et tu peux t'assoir sur le tabouret. Et n'oublie pas de dire merci! Deuxième passe d'arme entre ceux que les élus libéraux z'é radicaux ont largement fatigués depuis belle lurette: il est hors de question qu'un parti qui a tout fait pour flinguer la commission d'enquête parlementaire la préside. Et j'ajoute, il est également hors de question qu'un représentant d'un parti qui siège à la Cour des comptes préside la commission. Il reste dans ce décompte le candidat MCG et moi-même. Inutile de préciser que je tiens fermement le manche de mon couteau. Tous les coups (de couteaux) étant permis...

22:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21 novembre 2012

Ville de Genève : pataquès à l’ordre du jour

Le Conseil municipal ne serait-il qu’un Parlement de substitution à celui du Grand Conseil? Une Chambre municipale qui ne serait qu’un écho de ce qui bruite au législatif cantonal? Un doublon législato-délibératif coûteux, tout simplement? 100 députés pour 80 municipaux, le tout assorti d'un joli pinz pour ne pas les confondre et aux frais de la princesse? Hier soir, en décidant l’urgence sur la résolution 168, déposée par la gauche, le Conseil municipal a ouvert la discussion sur la loi 11001, votée par le Grand Conseil le mois dernier. Ce texte (pas bon j'en conviens, mais pas pour les mêmes raisons que les "résolutionnaires"), déposé par la Conseillère d’Etat Verte, Michèle Kunster, interdit dorénavant l’accès des magistrats, cantonaux et communaux aux Conseil d’administration des TPG et de la Fondation des Parking. Exit donc Rémy Pagani pour le 30 novembre 2012. Ce qui n’est pas du goût de ce dernier qui nous a annoncé vouloir se présenter, malgré la décision du Gd Conseil, à la prochaine séance du Conseil d’administration de TPG. Si je peux comprendre que papy fasse de la résistance, je comprends moins l’attitude des partis qui, au Grand Conseil, votent la loi comprenant l’interdiction qui est faite au magistrat municipal et qui, au Conseil municipal, crie à l’ignominie. Sont concernés le MCG, le PDC et les Verts. Allez comprendre… Dans le même ordre d’idée, la motion de Salika Wenger mérite quelques lignes. Elle s’offusque d’une diminution évoquée du budget cantonal des moyens octroyés au planning familial. Là aussi, le Gd Conseil a tranché la semaine dernière en refusant massivement de toucher à ce service. Donc, à part se faire mousser et voir son nom dans le mémorial, l’on se demande pourquoi le Conseil municipal a perdu ce jour son temps à discuter ce qu’il n’y a pas lieu de discuter, puisque ce problème est réglé. Vive l’autisme, vive les doublons, vive les jetons!

18:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18 novembre 2012

L’UDC-Ville de Genève soigne les détails

communiqué_de_presse-villedegeneve.jpg

Il y a un peu plus de deux semaines, en début de journée, un accident mortel est survenu à la route des Acacias. La police arrive sur les lieux, constate rapidement que la circulation doit être réglée mais que son effectif sur place n’est pas suffisant. Elle appelle ses collègues de la police municipale pour faire la circulation. Ceux-ci prennent aussitôt leur véhicule de service et se font piéger par le trafic très dense en cette heure du jour avant d’arriver avec beaucoup de retard sur les lieux de l’accident. Pourquoi donc ont-ils été retardés par les bouchons routiers alors que des sites propres TPG leur permettaient de remonter rapidement les longues files de voitures bloquées ? Parce que les véhicules de la police municipale ne sont pas prioritaires, ne disposent pas d’avertisseurs lumineux (feu bleu) ni sonores. Durant la campagne à l’élection partielle au Conseil administratif, l’UDC a dit qu’il était temps que la police municipale soit modernisée. Il semble tellement évident qu’elle dispose de véhicules adaptés et prioritaires au sens de l’article 16 de l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière que l’on se demande pourquoi cela n’a-t-il pas encore été fait. L’UDC déposera un motion au début de la prochaine séance plénière du Conseil municipal.

Une deuxième motion sera déposée pour demander qu’une exhortation soit dorénavant prononcée par le président du Conseil municipal en ouverture de chaque début de séance, à l’image de ce qui se fait au Grand Conseil. La première municipalité du canton débute ses séances par un simple coup de cloche. La plupart du temps inaudible. La transition entre la l’arrivée bonhomme des élus municipaux et le début des travaux parlementaires mérite d’être plus et mieux marquée. Un minimum de dignité doit être donné dès le début de la séance plénière. Une courte exhortation est donc souhaitée par le groupe UDC. Elle pourrait éventuelle comporter un rappel à la bonne tenue des débats qui, grâce aux retransmissions de Léman Bleu et autres moyens informatiques, sont vus (et commentés) par de nombreux citoyens…

Pour information
Eric Bertinat, chef de groupe UDC
076 / 391 25 03

12:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09 novembre 2012

Rémy Pagani et l’eau gazeuse

Rémy Pagani, c’est un peu comme une bouteille d’eaux gazeuse. Pscht! Il ne sert à rien de la secouer et, pour la déguster, il faut la boire rapidement sinon elle perd ses bulles et devient une eau très ordinaire. C’est ainsi que j’ai pris l’annonce des 5 priorités décidées par le Conseil administratif qui ont conduit à la rédaction d’un nouveau règlement pour la police municipale. A boire immédiatement, c’est à dire à prendre acte  du travail du magistrat, sans gesticulation, pour ne pas le faire déborder. Et dans quelques semaines, lorsque la commission de la sécurité urbaine traitera le sujet, l’eau gazeuse sera devenue toute plate. Je ne vois pas d’autre attitude devant cette nouvelle frasque de notre magistrat préféré. Car enfin, il n’y avait pas urgence. Il suffisait d’attendre l’élection du remplaçant de qui-vous-savez pour reprendre le dossier. Ce que la commission que je préside avait convenu. Et qui malgré le dépôt de ce nouveau texte ne s’en emparera pas avant le mois prochain. Au mieux. Il n’y avait d’autant moins urgence que ce type de règlement devait être préparé avec prudence, entouré de tous les acteurs, à commencer par la police municipale. Dans sa précipitation (attention, ne pas secouer!), Remy Pagani a oublié de les contacter. Eux. Les principaux intéressés. Ils ne sont même pas informé de la démarche de leur magistrat de tutelle…

Bref, dans sa grande sagesse, la commission de la sécurité urbaine va entreprendre dans les règles ce dossier. Pas par pas. Avec Monsieur Barazzone. Et que le PDC soit rassuré: je ne suis pas mauvais perdant et ferai tout pour aider le nouveau magistrat dans sa tâche. Sans le secouer…

15:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

08 novembre 2012

Ville de Genève : l’équilibre budgétaire, mais pas plus !

Le Conseil administratif, après avoir trouvé plusieurs millions d’économie qui n’en sont pas vraiment (1), a présenté mardi 6 novembre un budget « rectifié », toujours déficitaire (- 6 millions). Ce fut donc aux membres de la commission des finances que revint la mission de parvenir à l’équilibre budgétaire. Pour réussir l’exercice, la commission fut amenée à :

- refuser de nouveaux postes au département Constructions et aménagements,
- refuser également 2 postes auxiliaires au département Cohésion sociale et solidarité,
- non-indexer les salaires (2,4 millions) compte tenu que l’indice des prix à la consommation est de 0,1%,
- revoir le budget consacré à l’allocation enfants (1,9 millions),
- supprimer le rattrapage des rentes CAP (2 millions).

L’UDC-Ville de Genève constate à la suite de ces débats que ce budget est tout de même décevant. La commune de Genève garde un train de vie plus que confortable et sans la loi sur l’administration des communes (LAC), il y a fort à parier qu’elle voterait des budgets déficitaires. La dette et les impôts restent très élevés à Genève et aucun effort n’est entrepris pour soulager les contribuables. Sans réformes structurelles, il est prévisible que les années à venir obligeront l’administration communale à d’autant plus de rigueur qu’elle n’aura pas voulu se remettre en question alors que le climat économique le lui permettait.

Après deux soirs de discussions serrées et sereines (à relever !), il restait même une somme excédentaire de 1,3 millions que la droite a fait passer au compte de l’entretien des routes. Un compte qui, après arbitrage du CA, avait diminué de 2 millions au budget « rectifié ». La commission des finances est donc parvenue à l’équilibre budgétaire (+7’130 francs) et à voter à l’unanimité le budget 2013.

Les représentants UDC-Ville de Genève à la commission des finances ont donc voté ce budget. Il contient quelques signaux encourageants tels l’effort porté sur la sécurité (+25 APM) et sur l’entretien des routes  ou encore la volonté de plafonner les investissements à 110 millions. Mais aussi, en votant à l’unanimité ce budget, l’UDC-Ville de Genève espère vivement contribuer à donner un signe institutionnel fort après les épisodes scandaleux que Genève a connus ces derniers mois, contribuant ainsi à rassurer sa population et favorisant un climat général optimiste pour l'année à venir.

 -----------------
(1)     L’on songe par exemple à la suspension du versement annuel au fonds chômage (5 millions) ou l’augmentation de la taxe professionnelle (5 millions) ou encore le transfert d’amortissements complémentaires sur 2012 (2 millions)  

06:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |