21 janvier 2013

Ville de Genève : le groupe UDC débute l’année pied au plancher

En ce début d’année, les élus UDC-Ville de Genève ont déposé deux nouveaux textes et un rapport de minorité sur le bureau du Conseil municipal. Il s’agit d’une résolution s’inquiétant du sort des artisans exerçants leurs activités dans les anciens bâtiments d’Hispano-Suiza. En effet, la démolition de ces immeubles s’approche à grand pas, les locataires des lieux ayant reçu une prolongation de bail jusqu’au 31 décembre 2013. L’une des invites demande au Conseil administratif comment la Ville entend maintenir son stock de surfaces selon le plan directeur communal pour des emplois économiquement fragiles mais socialement utiles » après la disparition de ces locaux.

Une motion a également été déposée. Elle est intitulée : «Pour une Ville de Genève pionnière en matière d’encouragement à l’intégration des étrangers». Si l’UDC s’est opposée de toutes ses forces à une loi offrant le droit de vote aux étrangers, le groupe de conseillers municipaux UDC constate, qu’après le vote sur cet objet puis l’adoption de la Constituante, de nombreux étrangers bénéficiant du droit de vote communal ignorent s’ils en ont l’exercice et, cas échéant, comment l’exercer.

Ce constat de terrain, tiré après avoir tenu de nombreux stands publics, se trouve confirmé dans le Rapport sur l'évolution de la politique d'intégration de la Confédération du Conseil fédéral du 5 mars 2010, dit Rapport Schiesser, qui fait justement état du fait qu’une partie des étrangers vivant en Suisse sont insuffisamment informés de leurs droits et devoirs et qu’il faut y remédier.

C’est pourquoi le groupe UDC-Ville de Genève demande au Conseil administratif, cas échéant en concours avec le Bureau de l’intégration, d’entreprendre toutes démarches utiles, en passant notamment par les Maisons de quartier, les bibliothèques et les associations concernées, afin d’informer les étrangers qui en sont bénéficiaires, tant de l’existence de leur droit de vote que de ses modalités d’exécution par, notamment, l’organisation d’une votation fictive, d’une campagne d’affichage et de sensibilisation, l’édition d’un numéro spécial de « Vivre à Genève », la distribution de brochures, etc.

Le groupe UDC note avec amusement que la gauche accueille froidement ce texte. Sans doute est-ce là un réflexe de chasse-gardée face à un thème capturé de longue date par la gauche. Mais force est de constater qu’après avoir mené campagne pour octroyer le droit de vote communal aux étrangers, rien n’est sérieusement entrepris par les élus de l’Alternative pour amener ces mêmes étrangers à participer aux scrutins communaux. Un vote que ne craint pas l’UDC, bien au contraire. Par sa démarche constructive, les élus UDC espèrent ainsi favoriser l’intégration d’une population forte de 35'000 personnes et dont une bonne partie partage le programme de notre parti.

Enfin, le groupe UDC a déposé un rapport de minorité contre le versement de 120 millions de francs à la caisse de pension des fonctionnaires de la Ville de Genève (CAP) suite à l’abaissement technique de son taux à 3,5%. Cet objet sera traité demain lors d'une séance extraordinaire du Conseil municipal. Un versement qui, selon le groupe UDC, ne permettra pas à la CAP d’assurer solidement les pensions de ses retraités et qui, plus est, n’est pas obligatoire. 120 millions de francs qui viendront grossir la dette de 1,4 milliards de francs de la commune de Genève alors que le délibératif se bat pour équilibrer son budget comme ses investissements.

16:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.