23 janvier 2013

CAP : la gauche et le PLR coûtent très cher aux contribuables

Au terme d’un long débat, une majorité composée par toute la gauche et le PLR a accepté le crédit budgétaire de 120 millions de francs destiné à compenser la baisse du taux technique de la CAP. L’UDC y est totalement opposée, arguant qu’il n’est pas obligatoire de verser cette somme dans la caisse de pension des fonctionnaires municipaux, qu’il faudra s’attendre à répéter l’exercice plusieurs fois et que le seul résultat certain est la hausse magistrale  de sa dette.

Les explications données par Sandrine Salerno n’ont pas contredit les arguments UDC. Sans le versement de 120 millions, la magistrate en charge des finances a expliqué que le taux de couverture est ramené de 78% à 75%. Et alors ? Les retraites ne sont pas touchées par cette baisse et la Fondation de la CAP a quarante ans pour parvenir à un taux de couverture de 80%, tel qu’exigé par la Confédération. Non, vraiment, le vote de ce soir n’est dû qu’à l’entêtement de la gauche qui soutient mordicus le principe très coûteux de primauté de prestations pour ses fonctionnaires. Ce qui n'est pas le cas du PLR. Mais alors, quelle était la motivation des fusionnés pour voter avec la gauche ?

07:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.