03 mars 2013

Les milliards de francs, les trous noirs, le big bang…

Les Genevois ont donc voté une dépense pour la fonction publique de plus de 6 milliards de francs, s’engageant ainsi à s’endetter durablement sur deux générations. Voilà qui va amuser plus d’un Suisse qui doit se dire que Genève est un canton très particulier. Pour le moins. Comment expliquer un résultat aussi surprenant alors qu'une partie de la population genevoise souffre chaque mois pour payer son loyer et ses assurances maladie ? Une première réponse se trouve dans le grand nombre de fonctionnaires et de pensionnés de la CIA/CEH. 45'000 personnes sont directement concernées par cette votation sur les 55'500 citoyens qui se sont prononcés. 75% ont accepté cet objet, la proportion est respectée…

Une deuxième réponse se trouve dans la somme qui nous a été réclamée, 640 millions, 6,4 milliards ou 64 milliards, voilà une somme stratosphérique qui ne peut être pleinement comprise que par les spécialistes de NASA et par nos autorités qui nous affirment qu’il n’y a pas là matière à s’inquiéter. Une assurance pleinement partagée par le chef de groupe PLR au Conseil municipal de la Ville de Genève (et accessoirement fonctionnaire d’Etat), Olivier Fiumelli, qui promet sur facebook que «Si le Conseil d'Etat et le Grand Conseil font bien leur boulot, avec la fonction publique, on trouvera 6,4 milliards d'économie et de mesure d'efficience sans baisse de prestations ou augmentation d'impôts». Nous ne nous demanderons pas pourquoi cela n'a pas été possible jusqu'à ce jour. Dommage que les Genevois croient que cela sera possible demain!

17:31 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Un élément capital manque dans votre texte: Si les caisses ont dû se recapitaliser pour atteindre 80% et non plus 50% de taux de couverture, c'est à cause d'un changement de la LPP, voté par tous les partis de droite à Berne. Personne n'a encore pu m'expliquer pourquoi une caisse publique - donc d'une entreprise pérenne - est plus saine avec 80% qu'à 50%. Tous ces milliards partent donc en capitalisation inutile... dans le meilleur des cas. Car il est aussi possible que, à la faveur d'un krach ou d'un retour d'une forte inflation, ils disparaissent dans la nature...
Alors savoir si les fonctionnaires doivent payer 55%, 50% ou 45% de la recapitalisation, c'est de la cosmétique en regard du désastre financier que nous ont concocté les parlementaires fédéraux prétendument libéraux...

Écrit par : Julien Nicolet | 03 mars 2013

Vous avez parfaitement. Un autre élément que j'aurai pu ajouter et qui fait suite au vôtre. Aucun parti n'a osé, en période électorale, se mettre à dos le vote des fonctionnaires. Que cela soit en Ville de Genève ou au plan cantonal...

Écrit par : Bertinat | 03 mars 2013

il y a des fois des trucs qui me prennent la tête grave...comment se fait-il que l'etat doit trouver 6 milliards pour financer les retraites des fonctionnaires? 6 milliards c'est pas rien... sa fait quand même 120 tonnes d'or à 50.000 Frs le kg. petite comparaison pour avoir une idée de se que sa représente ces fameux 6 milliards. il va falloir m'expliquer clairement comment c'est posssible un tel trou dans les finances de ces caisses. bien sur il ne faudra pas compter sur moi pour boucher le trou, commence à en avoir raz le bol de cette gabgie dans les comptes de l'état. le coup des 2 milliards de la banque cantonale ne sont toujours pas passé, l'os est encore en traver de la gorge. petite question il y en a encore beaucoup des casseroles du genre dans les comptes de l'état ? une chose est sur... une petite initiative à la Mr Minder sur les salaires des hauts fonctionnaires et des politiques vous pends au nez , car là aussi il y a de l'abus.

Écrit par : Pierre Elucka | 03 mars 2013

Très juste Je suis sûr que la population se rendra compte a posteriori de l'importance de cette votation. De cette folie politique, l'on n'a pas fini d'en parler. Et pas seulement durant la période budgétaire...

Écrit par : Bertinat | 03 mars 2013

Vive l'UDC !
Vive Oskar, l'Homme du jour , homme du peuple !

Écrit par : Victor Winteregg | 04 mars 2013

Je serais vraiment intéressé de savoir comment le citoyen Julien Nicolet peut expliquer que les organisations publiques sont "pérennes"... Surtout si leur pérénité est garantie par des ponctions fiscales touchant tous les contribuables, mais au bénéfice que d'une caste de privilégiés...

Écrit par : Déblogueur | 04 mars 2013

Les commentaires sont fermés.