11 mars 2013

Stade de G’nève : ce foutoire va durer encore combien de temps ?

Les derniers exploits du FC Servette sont aussi spectaculaires que ceux de la Fondation du stade de G'nève. Après la mirifique période Marc Roger, ce fut celle de Majiid Pilchard. On est comme ça à Genève: costume de soie et grande gueule suffisent pour embobiner l’officialité. Hugh Quennec a bien du courage d’espérer sauver un club dans ces conditions. Mais voilà, les Genevois se retrouvent avec un stade de 120 millions sur les bras et une Fondation dont je persiste à critiquer la gestion. Qu’ont-ils faits depuis leur création pour rentabiliser ce stade à part nous expliquer avec un entêtement frôlant le trouble obsessionnel qu’il n’est pas adapté pour des spectacles autres que des événements sportifs. Alors quand le club de football Evian-Thonon-Gaillard se trouve en panne de stade, au lieu de soutenir sa venue, on les a senti tout chose. L’occasion était-elle trop belle pour commencer à rentabiliser cette tirelire en béton ? Aujourd’hui, c’est le club de rugby d’Oyonnax qui pourrait bien monter en D1. Et le même problème se pose à ce club : le stade est trop petit et ce n’est pas cette commune de 23'000 habitants proche de Genève qui pourra supporter les aménagements que sa promotion implique. Quelle vont donc être les rodomontades que l’on va entendre pour ne pas donner un coup de main sportif (sportif !) à cette région franco-helvétique et utiliser pleinement ce foutu stade.

Donc résumons. M. Genecand et ses copains mettent en demeure le FC Servette, statut oblige. Bonne fin de championnat ! Le club d'Evian-Thonon-Gaillard n’est pas autorisé à jouer ses matches hors frontière par le Dieu tout puissant du football européen. Et il y a fort à parier que ce n’est pas dans les plans secrets de la Fondation que de proposer notre stade au club de rugby d’Oyonnaz. Bref, on a payé 120 millions pour faire plaisir à qui ?

16:33 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

" Le club d'Evian-Thonon-Gaillard n’est pas autorisé à jouer ses matches hors frontière par le Dieu tout puissant du football européen. "

Parce que ce dieu tout puissant et comme l'autre dieu CIO. Ils veulent des infrastructures tout beau tout neuf pour leurs événements sportifs. Une fois ceux-ci terminés; c'est demerdez-vous pour les rentabiliser. Les Grisons eux, l'auront pour cela échappé belle en disant non aux JO d'Hiver.

D.J

Écrit par : D.J | 11 mars 2013

A propos du refus de Platini (ou de l'UEFA, c'est pareil).
En visite en Haute-Savoie le 10 mars, M F. Thiriez, président de la LFP (Ligue de Football Professionnel) a martelé sa conviction qu'il est nécessaire pour l'ETG d'avoir un stade "à la hauteur de ses ambitions", et est revenu sur le REFUS,INCOMPREHENSIBLE selon lui, de l'UEFA de voir l'ETG évoluer à Genève. (Lu dans le Dauphiné de ce jour).
L'avis (la sentence !)de Platini aurait donc plus de poids que la LFP ? Quelle instance pourrait trancher cet absurde litige ??

Écrit par : Jean-Charles Heritier | 11 mars 2013

Merci pour votre coup de gueule.
Mais ce serait mieux de passer aux actes.
A quand une motion pour que le Rugby Club d'Oyonnaz puisse jouer à la Praille ?
Même si l'UDC n'est pas vraiment favorable au développement de la métropole lémanique, elle aurait une partie facile à jouer pour redorer son blason, relativiser sa réputation de repli identitaire dans le réduit national et confirmer son rapprochement avec les partis fréquentables.

Écrit par : Pierre Jenni | 11 mars 2013

Les commentaires sont fermés.