13 mars 2013

L’UDC Ville de Genève exige une police municipale armée

Le jour même où le Syndicat de la Police municipale de la Ville de Genève adresse aux députés un communiqué de presse pour faire connaître sa position sur le projet de loi sur les agents de police municipale (LAPM), à savoir que cette révision de la loi accroit leurs prérogatives sans pour autant renforcer leur défense par l’autorisation du port d’une arme à feu, le groupe UDC-Ville de Genève dépose unerésolution exigeant du Conseil administratif qu’il intervienne auprès du Conseil d’Etat pour armer les policiers municipaux de la Ville.

Le groupe UDC-Ville de Genève n’accepte pas la décision du Conseiller d’Etat Pierre Maudet, soutenue sans surprise par le Conseiller administratif Guillaume Barazzone, d’étendre les compétences des APM à la lutte contre le trafic de drogue, à les autoriser à contrôler et à fouiller les personnes suspects, voire à utiliser la force si nécessaire sans que les policiers municipaux soient en mesure d’assurer convenablement leur propre défense. L’éventualité d’une agression à main armée n’est pas complètement farfelue puisque nos deux magistrats ont doté les policiers municipaux de gilets par-balles…

Le groupe UDC-Ville de Genève tient à respecter ses engagements lors de la campagne électorale d’octobre 2012 et constate que son discours était bel et bien celui des hommes et des femmes qui sont engagés sur le terrain. Dans la ville la plus criminogène de Suisse, la décision de Pierre Maudet est irresponsable et le groupe UDC-Ville de Genève fera tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir une police municipale moderne, efficace et parfaitement équipée pour accomplir au mieux sa principale mission : la sécurité de notre commune, à commencer par celle des APM eux-mêmes !

16:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci à vous de penser à la sécurité des agents. Il est temps qu'enfin quelqu'un comprenne que nous sommes devenu une police et que nous avons quitté le monde des gardes-platanes.
J'apprécie également votre idée que nous ayons enfin une reconnaissance, grâce à un brevet fédéral. Actuellement, nous ne pouvons même pas nous vanter du terme de "policier", alors que nous faisons ce travail depuis de nombreuses années.
Il vous reste maintenant à convaincre les autres élus communaux et cantonaux et pour cette tâche, je vous souhaite beaucoup de courage.
François

Écrit par : François | 15 mars 2013

Les commentaires sont fermés.