19 mars 2013

Encore un peu de patience et nous voterons les comptes 2013

Le budget 2013 qui a été normalement présenté par l'exécutif l'automne dernier et aurait du normalement être voté par des députés en fin d'année 2012, n'est toujours pas adopté. Mi-mars, devant le refus de la majorité du Grand Conseil d’accepter un budget toujours déficitaire, le Conseil d'Etat refuse le troisième débat et séquestre ainsi le budget pour un bon mois. On n'en reparlera en avril.

Le Conseil d'Etat joue un drôle de jeu. D'une part, il refuse d'entendre la majorité du Parlement et de réduire son budget. Il s’engage dans un véritable bras de fer avec la droite (sans le PDC évidemment). De cet affrontement, l'une des deux parties aura raison et l'autre aura tort. Forcément. L'une veut réduire les charges en constante augmentation, maîtriser les dépenses et l'autre estime que cela sera trop dommageable pour la population. En pleine année électorale, c'est l'assurance qu'il y aura des morts. Politiquement s'entend!

D'autre part, en refusant le troisième débat, le Conseil d'Etat joue la montre, espérant ainsi que les derniers résultats fiscaux soient meilleurs que ceux avancés dans le budget. Cette augmentation de recettes diminuerait d'autant le déficit et - peut-être - adoucirait-il le courroux de la droite genevoise et plus particulièrement celui du président du PLR. Mais alors, l'exercice budgétaire est un échec. Les recettes seront plus justes dans leur estimation mais le budget sera menteur puisque le déficit diminue alors que les charges seront toujours aussi importantes. Nous sommes hors du processus budgétaire. A ce rythme, autant attendre les comptes qui, eux, seront exacts...

10:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Un UDC au Conseil d'état !

Écrit par : Victor Winteregg | 19 mars 2013

Cher député Bertinat,

Il y a une chose que nous ne comprenons pas sur ce cirque ambiant relatif au budget : pour quelle raison l'UDC vote pour moins de prestations pour la sécurité ?

Dans le cas où selon votre majorité, des crédits seraient votés par la suite, n'est-ce pas mentir sur l'équilibre du budget actuel ?

Je souhaite comme vous que les gauchistes arrêtent d'augmenter la dette, néanmoins, je ne comprends pas le jeu des partis de droite.

Est-ce possible que vous mentiez uniquement pour votre profit électoraliste ? Pour démontrer que vous êtes garants du remboursement de la dette genevoise? Je ne peux m'y résoudre à le croire.

Malheureusement, force est de constater que vous baisser les effectifs de police et de la justice pour équilibrer le budget pour ensuite le déséquilibrer à nouveau par la suite....

Pourquoi ne pas prendre uniquement dans l'éducation (salaire indécent des professeurs) et dans le social ou les glandeurs profitent de notre système ?

Bien à vous

un électeur genevois de DROITE !

Écrit par : électeur | 19 mars 2013

C'est une excellente question. Il y a, d'un coté, le soucis "historique" de mon parti de diminuer les charges excessives de l'Etat et rembourser la dette cantonale (voir les nombreux rapports de minorités déposé par moi-même). Réduire de manière ciblée un budget de 200 millions, comme ce fut le cas pour le budget 2012 ou de 100 millions pour le budget 2013 est pratiquement impossible pour un député de milice. Si le Conseil d'Etat fait la sourde oreille, il ne reste plus que les coupes linéaires pour obliger l'exécutif à réduire ses charges. Le message politique devient alors plus délicat, comme vous le relevez, puisque la sécurité et la santé "trinquent" comme toutes les autres politiques publiques. Reste tout de même que plus d'un milliard de francs est attribué au département de Monsieur Maudet pour assurer notre sécurité...

Écrit par : Eric Bertinat | 19 mars 2013

@electeur
Pourquoi un tel mépris ?

Écrit par : Galileo | 19 mars 2013

Les commentaires sont fermés.