05 novembre 2013

Un Conseil municipal floué au sol

Success story à la genevoise pour la fusion des pompiers de l’aéroport et ceux de la Ville de Genève. Baptisé ConvergenceS, ce projet porte bien mal son nom. Initié par Pierre Maudet, qui l’a soumis au pas de charge durant sa campagne électorale au Conseil municipal pour l’octroi un crédit d’étude de 6,5 millions de francs, il s’est enlisé depuis sans que son successeur, Guillaume Barasonne, n’en puisse grand-chose. ConvergenceS, c’est la fusion des corps de pompiers SSA-SIS, mais c’est aussi la construction d’une caserne digne de la guerre de étoiles dans la Halle 7, avec une rampe d’accès de science-fiction pour les tonnes-pompes du SSA et la création d’une établissement public autonome (qui lui semble être un projet plus sérieux) regroupant tous les pompiers du canton. Le tout, ainsi qu’il en est l’habitude au municipal, servi dans un seul et même projet.

La commission de la sécurité et de l’informatique que j’ai présidé jusqu’à cet été, a suivi ce dossier avec beaucoup de sérieux et d’unité, ce qu’il convient de relevé. Tous étaient inquiets de ce projet changeant au fil des mois, où les nombreux acteurs ne semblaient pas totalement acquis à l’idée d’une fusion ou perplexes devant les plans d’une caserne improbable qui ne répondait pas – et de loin – aux différents cahiers des charges. Les mois passèrent...

La Ville de Zurich a effectué la fusion de ses pompiers voici une dizaine d’années. La première année s’est terminée sur un flop, comme à Genève mais après 5 ans (!) de promesses et d’études coûteuses. Les autorités ont alors décidé qu’il y aurait fusion quel que soit les jérémiades des uns et de autres. Cela a été réalisé en une année. Quelques difficultés relationnelles plus tard, la fusion fonctionne très bien, merci, a apporté un gain d’efficience pour la Ville comme pour l’aéroport et, cerise sur la gâteau, coûte moins chère qu’avant la fusion.

Mais au bord de la Limmat, les intérêts et les hommes (et les femmes !) ne sont pas les mêmes. Bienheureux Zurichois.

 

 

 

10:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

La fusion du SIS et du SSA est d'une logique imparable. Comme devrait l'être celle des corps de sapeur-pompiers des communes en zones plus étendues. A Genève, le service du feu est d'un incroyable complexité, en dépit de l'existence de risques majeurs (chimiques, bactériologies et de radio-activité)...

L'inaction actuelle reflète l'incurie totale des différents acteurs concernés à se mettre autour de la table et d'engager des discussions sérieuses sur la prévention/gestion des risques.

C'est à l'instar des travaux de la Constituante (dont vous faisiez partie?) qui a été incapable de proposer un changement du nombres de communes (45) dans le canton.

Écrit par : Frontal Bard | 05 novembre 2013

Cher Monsieur,
Vos propos au sujet de la conduite du projet de Zürich sont très largement erronés et manquent de fiabilité.
Le projet de Zürich a mis en avant de nombreux problèmes, mais certainement pas ceux de la mise à niveau des caisses de pension qui étaient pratiquement identiques en matière de traitement des personnels de la Ville et de l'aéroport. Ce simple problème plombe le projet ConvergenceS (25 millions à Genève)
Les magistrats en charge de ce dossier à Genève ont failli et n'ont pas été suivis à terme par les dirigeants de l'aéroport qui ont réalisé trop tard malgré de nombreux avertissements en interne que le fiasco était programmé.

Au final, votre inaction et votre absence de pertinence dans le cadre de votre présidence ne vous ont pas permis de corriger le tir au profit de la communauté genevoise. (Il est vrai qu'il faut savoir écouter)
Abandonnez la critique, Monsieur, et construisez une vraie fusion sous l'égide d'un établissement public autonome tel que proposé aux magistrats genevois et à la Cour des comptes il y a plus de 3 ans !
De grâce, confiez ce futur projet à d'autres magistrats disposant d'une vision un peu plus large que leurs seuls intérêts personnels !
Que le magistrat en charge de la sécurité ne souhaite plus se prononcer est révélateur d'un fiasco qu'il porte à titre personnel aux yeux de nombreux sapeurs-pompiers de ce Canton.
Moins de COM BLING BLING, plus de faits concrets !

Écrit par : tempestlulu | 05 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.